TGV Magazine n°156 jui/aoû 2013
TGV Magazine n°156 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°156 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 36,6 Mo

  • Dans ce numéro : Nathalue Baye... la belle histoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
> sur un metteur en scène dont on m'a parlé, je tape son nom sur Google et je vois tout de suite ce qu'il a fait. C'est le côté positif. Mais je n'irai pas chercher son âge... La presse people, en revanche, est sans doute plus intrusive qu'à vos débuts... Oui, elle n'existait même pas à l'époque. Le premier magazine à avoir fait des articles « people » finalement, c'est Paris Match. Il y avait aussi France Dimanche, Ici Paris... Puis c'est devenu vraiment autre chose avec tous ces trucs à scandales, je ne peux même pas citer leurs noms... Et c'est maintenant d'une grande violence. Beaucoup de jeunes pensent que la célébrité est un passeport pour le bonheur, c'est une hérésie. Aviez-vous conscience à vos débuts de l'impact que pourrait avoir la notoriété ? Pas du tout. Je n'y ai pas pensé. J'ai été élevée dans un milieu artistique, mais sans notion de célébrité aucune. Mes parents étaient des peintres un peu bohèmes, cela ne faisait pas partie de leur mode de fonctionnement. Nous n'avions pas de téléviseur, juste des bouquins. Puis j'ai évolué dans le milieu de la danse classique. Je n'ai pas du tout été préparée aux désagréments de la notoriété. Mais quand j'ai décidé de devenir actrice, je n'ai plus jamais dévié de cette voie. Même quand j'ai été plus exposée, à un moment précis de ma vie... J'ai appris à vivre avec, à m'adapter, me protéger. Je ne suis pas non plus dans une prison. Il y a des choses beaucoup plus graves que ça, il faut relativiser, faire preuve d'humour aussi. Moi, je peux vous dire que je me suis bien marrée... Que vous reste-t-il de votre éducation ? Un regard. Mes parents, peintres, m'ont appris à regarder. Les choses les plus TGV magazine
banales, les plus simples, les lieux... Quand j'arrive quelque part, j'observe ce qu'il y a autour de moi. Le matin, quand je me lève, je regarde toujours la lumière. Et puis j'ai grandi avec le sens de l'autre, de l'honnêteté. Je n'aime pas du tout les mensonges, les trucs en douce... Je préfère dire les choses, droit dans les yeux. J'ai été élevée avec cette phrase qui revenait souvent : « Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse ». Cela m'a marquée au fer rouge. Etes-vous une femme d'engagement ? En tout cas, je ne me sers pas de ma notoriété pour ça. Je ne me suis jamais engagée politiquement sur mon nom, par exemple. Je suis toujours restée neutre. Vous défendez tout de même certaines causes... Oui, je soutiens La Source et Gérard Garouste (association qui aide les enfants défavorisés grâce à l'art, NDLR) et je fais partie de la DMD (Droit de mourir dans la dignité). Je soutiens, mais je ne rentre pas dans le débat. Ce n'est pas mon rôle. Si je fais partie de la DMD, c'est parce que ma mère est restée plus d'un mois dans le coma dans des conditions terribles. Elle était condamnée, elle avait un cancer absolument monstrueux, et il y avait cet acharnement thérapeutique effroyable alors que c'était fichu. J'ai compris à ce moment-là des choses que je n'aurais pas pu comprendre sans les avoir vécues. Etes-vous une femme de bilan ? Non, moi j'avance, sans aucune notion du temps qui passe. Si je vous demandais aujourd'hui d'en faire un de votre carrière, vous en seriez donc incapable ? (Hésitante.) La seule chose dont je me réjouisse vraiment, c'est le fait de toujours aimer autant mon métier après tant d'années de carrière. Je trouve cela formidable. Le reste... Je n'ai sans doute pas fait que des bons choix, mais si je me suis trompée, je ne peux m'en prendre qu'à moi. Personne ne m'a forcée. J'ai toujours privilégié le désir. Garder le désir en amour est un sacré boulot. Eh bien c'est la même chose dans mon métier ! Pas de regrets, donc ? Non ! On peut regretter de ne pas être allé voir son grand-père avant sa mort, de ne pas avoir dit je t'aime à quelqu'un... Mais des regrets sur des rôles, non, ça apporte de l'amertume. Comment voyez-vous encore évoluer votre carrière ? Toujours dans le même sens, en faisant des choses très différentes. Si j'ai la chance — et la santé — de pouvoir continuer, j'espère bien travailler le plus longtemps possible. Les propositions de rôle sont-elles toujours aussi intéressantes ? Cela dépend. Il y a des périodes creuses, où rien de ce que l'on me propose ne m'intéresse. Je viens, par exemple, de passer seize mois sans tourner. J'ai dit non à tout, cela fait longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Je suis très indépendante, quand je ne le sens pas, je préfère ne pas y aller. TGV magazine 9 SA CARRIÈRE EN QUELQUES DATES 1979. Sauve qui peut (la vie), de Jean-Luc Godard (César du meilleur second rôle). 1981. Une étrange affaire, de Pierre Grenier- Deferre (César du meilleur second rôle). 1981. Le retour de Martin Guerre, de Daniel Vigne. 1982. La balance, de Bob Swain (César de la meilleure actrice). 1982. J'ai épousé une ombre, de Robin Davis. 1999. Vénus beauté (institut), de Tonie Marshall. 2005. Le petit lieutenant, de Xavier Bauvois (César de la meilleure actrice). 2007. Michou d'Auber, de Thomas Gilou. 2012. Laurence Anyways, de Xavier Dolan. Un rôle comme celui de Colette dans Les reines du ring est rare ? C'est différent. Là, c'est le côté « film choral » qui m'intéressait. C'est un premierfilm, avec un bon scénario de comédie sociale : quatre caissières de supermarché qui vont former une équipe de catch pour aider l'une d'entre elles récupérer son enfant. J'aimais bien ce pitch, touchant et drôle... C'est votre première caissière ? Oui ! (Rires.) Et je me suis rendu compte à quel point ce métier est difficile. Elles doivent rester aimables alors que les clients ne le sont pas toujours, elles sont toute la journée entre la chaîne du froid, les rayons congélation qui provoquent un courant d'air glacial et les portes automatiques du magasin. C'est pour cette raison qu'elles portent souvent des polaires. Colette est aussi votre première catcheuse ? Ah oui ! Nous avons fait trois mois d'envainement au rythme de douze heures par semaine, il faut le savoir ! Certaines séquences ont été doublées, mais nous avons fait beaucoup de scènes nousmêmes. Je me suis même fait une entorse. Le coach, génial par ailleurs, nous a par exemple appris à tomber, première chose à savoir au catch. Cet entraînement nous a soudées. Nous sommes aussi allées voir des combats de catch dans des banlieues improbables, on s'est prises au jeu. Dans les rangs des spectateurs, il y avait des parents, des enfants, des grands-parents, des bébés, tout le monde était là ! On a beaucoup parlé de la crise dans le cinéma français. Vous la ressentez ? Oui, elle existe. Il ne faut pas croire que le cinéma soit le seul secteur privilégié. Il y a une sorte de tension. J'ai deux amis >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 1TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 2-3TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 4-5TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 6-7TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 8-9TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 10-11TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 12-13TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 14-15TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 16-17TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 18-19TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 20-21TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 22-23TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 24-25TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 26-27TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 28-29TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 30-31TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 32-33TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 34-35TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 36-37TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 38-39TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 40-41TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 42-43TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 44-45TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 46-47TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 48-49TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 50-51TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 52-53TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 54-55TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 56-57TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 58-59TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 60-61TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 62-63TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 64-65TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 66-67TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 68-69TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 70-71TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 72-73TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 74-75TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 76-77TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 78-79TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 80-81TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 82-83TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 84-85TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 86-87TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 88-89TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 90-91TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 92-93TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 94-95TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 96-97TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 98-99TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 100-101TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 102-103TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 104-105TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 106-107TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 108-109TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 110-111TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 112-113TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 114-115TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 116-117TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 118-119TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 120-121TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 122-123TGV Magazine numéro 156 jui/aoû 2013 Page 124