Stop Arnaques n°84 mar/avr 2012
Stop Arnaques n°84 mar/avr 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°84 de mar/avr 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 47,6 Mo

  • Dans ce numéro : locataires, défendez vos droits.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
CONSO compte bancaire dans les jours à venir. Par ailleurs, il existe une alternative à cela, il s’agit de la e-carte bleue. Son fonctionnement est très simple. Grâce à un logiciel à télécharger sur le site de votre banque et à installer sur votre ordinateur, vous pouvez générer des identifiants de carte bancaire à votre nom mais pour un usage unique et une très courte durée. Le numéro est utilisable une seule fois et empêche donc toute réutilisation. Cependant, tous les établissements bancaires ne proposent pas ce service. Le mieux est encore de vous renseigner auprès de votre conseiller. Il y a également la solution PayPal. Cette dernière permet d’envoyer et de recevoir des paiements en ligne. Vous pouvez ainsi effectuer vos achats sans communiquer vos informations bancaires personnelles à une tierce personne, et ce de manière quasi instantanées. Enfin, si les formules précédentes ne vous conviennent pas, il vous reste le virement bancaire ou l’envoi d’un chèque par voie postale. Cependant, ces systèmes ne sont pas toujours proposés par les sites de e-commerce. Notez qu’il faut bien souvent aller vérifier dans les conditions de vente pour les trouver. En outre, il vous faut savoir que, dans les 2 cas, le commerçant attend d’avoir reçu le règlement pour traiter votre commande. Tout cela suppose un délai supplémentaire qui peut être de plusieurs jours. Cette procédure n’est donc pas recommandée si vous êtes pressé. Des avantages et des inconvénients Tous les moyens de paiement dont vous disposez pour effectuer vos achats ont chacun leurs propres intérêts et désagréments. En effet, la carte bleue ne demande aucune inscription ni aucun logiciel à télécharger. Son fonctionnement est simple et à la portée de tous. Toutefois, la sécurité des transactions n’est pas très élevée puisqu’il suffit que votre ordinateur soit infecté par un programme de phishing (hameçonnage) pour obtenir toutes vos coordonnées bancaires. Quant à la technologie de type PayPal, elle se révèle être Bien s’assurer Quelques conseils Pour lutter efficacement contre ce problème et éviter de nombreux désagréments, voici quelques astuces : - utilisez un compte bancaire dédié à ce genre d’achat sur lequel vous ne transférez que les sommes correspondantes à vos transactions afin d’éviter les risques de prélèvements frauduleux ; - surveillez régulièrement vos comptes bancaires pour savoir si vous avez été bien débité du montant de votre achat ; - ne stockez jamais vos coordonnées de carte ou celles de votre service de paiement sur votre PC ; - vérifiez régulièrement que votre ordinateur n’est pas infecté par des programmes malveillants (malwares) qui peuvent tenter de détourner vos données personnelles ; - évitez d’aller sur des sites situés à l’étranger et notamment dans des paradis fiscaux ; - vérifiez que le petit cadenas s’affiche correctement en bas de votre navigateur Internet pour certifier que le site est bien protégé. plus intéressante car vous ne divulguez aucune information personnelle. Cependant, l’utilisation n’est pas aussi aisée qu’il y paraît car, pour vous en servir, il faut préalablement ouvrir un compte dédié et le créditer plus ou moins régulièrement, en fonction du nombre d’emplettes que vous réalisez. Enfin, la e-carte bleue est véritablement la solution la plus sûre. Son usage unique évite au hacker de s’en resservir et, par conséquent, de vider votre compte. Mais, comme toute technologie, elle a aussi des désavantages. Ainsi, il est nécessaire d’installer au préalable un logiciel de la banque où vous possédez vos comptes. Il faut ensuite apprendre à s’en servir, une chose pas toujours aisée pour les internautes qui font leur premier pas dans l’univers de l’achat en ligne. Pour bénéficier d’une sécurité supplémentaire lors d’un achat en ligne, il est important de noter qu’il existe des assurances antifraudes. Fonctionnant de la même manière qu’une assurance standard avec des mensualités, elles couvrent certains sinistres en cas de fraudes. Le seul bémol est qu’il existe très peu de professionnels qui proposent ce genre de contrat. Le mieux est encore de vous rapprocher de votre banque afin de connaître les différentes modalités pour ce type d’opération. Stop 2011 44 arnaques
45 Crédit conso : attention, ça change Très encadrés depuis la réforme de juillet 2010, les crédits à la consommation verront l’année 2012 sous le signe d’interlocuteurs, mieux formés, plus responsables... PAR MARINE GUYPPÉ La loi du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation a renforcé la protection des consommateurs des abus et des excès des organismes de prêt, tout en améliorant l’accompagnement des personnes qui connaissent des difficultés d’endettement. Pris pour application de cette loi, le décret (n°2011-1871) du 13 décembre 2011 fixe les exigences minimales auxquelles doit répondre la formation des personnes qui remplissent avec le consommateur la fiche d’information prévue dans le cas où un crédit à la consommation est proposé sur le lieu de vente ou à distance. Nouvelles obligations du prêteur L’articleL.311-8 du Code de la consommation, issu de l’article 6 de la loi, impose que le prêteur ou l’intermédiaire de crédit fournisse à l’emprunteur les explications lui permettant de déterminer si le contrat proposé est adapté à ses besoins et à sa situation financière, notamment à partir des informations contenues dans une fiche d’information. Il doit attirer l’attention de l’emprunteur sur les caractéristiques essentielles du ou des prêts proposés et sur les conséquences que ceux-ci peuvent avoir sur sa situation financière, y compris en cas de défaut de paiement. Ces informations sont données, le cas échéant, sur la base des préférences exprimées par le contractant. Lorsque le crédit est proposé sur un espace de vente, l’établissement prêteur veille à ce que la personne qui contracte la dette reçoive ces explications de manière complète et appropriée sur le lieu même de la transaction, dans des conditions garantissant la confidentialité des échanges. Mieux formés pour informer Les personnes chargées de fournir à l’emprunteur les explications sur le crédit proposé et de recueillir les informations nécessaires à l’établissement de la fiche relative aux ressources et charges de ce dernier ainsi que, le cas échéant, aux prêts en cours qu’il a contractés Argent doivent être formées à la distribution du crédit à la consommation et à la prévention du surendettement. L’employeur de ces personnes devra tenir, à compter du 1 er juillet 2012, à disposition, à des fins de contrôle, l’attestation de formation mentionnée à l’articleL.6353- 1 du Code du travail établie par un des prêteurs dont les crédits sont proposés sur le lieu de vente ou par un organisme de formation enregistré. À compter de cette date, pour tous les nouveaux contrats de crédit à la consommation, le non-respect de cette obligation permettra au contractant de se prévaloir devant le juge des dispositions de ce décret, et de demander que le prêteur soit déchu totalement ou partiellement du droit aux intérêts. Si une personne propose un prêt à la consommation à un client, elle doit nommément lui en faire part. Elle doit pouvoir lui fournir tous les renseignements nécessaires pour lui permettre de comprendre le contenu de la fiche mentionnée à l’articleL.311-6. Contenu minimal de la formation Le décret du 13 décembre 2011 impose, à l’article D.311- 4-3 du Code de la consommation, que les personnes Stop 2012 arnaques



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 1Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 2-3Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 4-5Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 6-7Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 8-9Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 10-11Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 12-13Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 14-15Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 16-17Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 18-19Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 20-21Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 22-23Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 24-25Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 26-27Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 28-29Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 30-31Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 32-33Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 34-35Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 36-37Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 38-39Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 40-41Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 42-43Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 44-45Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 46-47Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 48-49Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 50-51Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 52-53Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 54-55Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 56-57Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 58-59Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 60-61Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 62-63Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 64-65Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 66-67Stop Arnaques numéro 84 mar/avr 2012 Page 68