Stop Arnaques n°109 fév/mar 2016
Stop Arnaques n°109 fév/mar 2016
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°109 de fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : banques et crédits, qui vous donne le plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
CONSO Réparer plutôt que jeter ! 92% des Français sont convaincus que les produits électroménagers ou high-tech sont volontairement conçus pour ne pas durer (obsolescence programmée). Parallèlement, la baisse du pouvoir d’achat incite les consommateurs à faire plus attention à leurs dépenses. Pourtant, ce qui les décourage de réparer un appareil, c’est la difficulté à trouver la pièce à changer. Pour les aider, Nord Pièces Ménager (NPM) propose un catalogue de 15.000 références pour l’électroménager sur plus de 140 grandes marques  : sacs pour aspirateur, pièce de chauffeeau, thermostat de réfrigérateur, résistance de four… Instauration du paquet neutre Les députés ont adopté l’instauration du paquet de cigarettes neutre à partir de mai 2016, vivement contesté par l’industrie et les buralistes. Le Sénat avait supprimé cette disposition du projet de loi santé, proposant à la place de suivre la directive européenne qui prévoit d’accroître la taille des avertissements sur les paquets. Le texte prévoit l’instauration de paquets de cigarettes ayant tous la même forme, la même taille, la même couleur et la même typographie, sans aucun logo. Le nom de la marque continue toutefois d’apparaître en petit sur les paquets. Médiation pour les litiges de consommation Au 1er janvier 2016, toutes les entreprises doivent s’être conformées à la règle prévue par la directive européenne 2013/11 sur le règlement extrajudiciaire des litiges de consommation permettant aux consommateurs de passer par la médiation pour régler un litige de consommation. Il s’agit de donner aux consommateurs la possibilité de faire valoir leurs droits sans avoir à recourir à des procédures judiciaires longues et coûteuses. 6 STOP ARNAQUES - FÉVRIER - MARS 2016 STOP ARNAQUES VOUS EN DIT PLUS Concurrence sur le prix du gaz  : comment gagner ? Dans un contexte de fin des tarifs réglementés de vente, dont l’échéance arrive à grands pas, l’ouverture du marché du gaz à la concurrence a-t-il été favorable à une baisse des prix pour les consommateurs ? Bien qu’ouverte à la concurrence depuis 2000, la libéralisation des marchés s’est nettement accélérée avec la fin des tarifs réglementés pour les professionnels. Mais cet élan n’est qu’un début et non un aboutissement. Le processus ne peut aboutir que le jour où la fin des tarifs réglementés est effective, aussi bien pour les professionnels, dont la consommation est inférieure à 30 MWh, que pour les particuliers. Concernant les particuliers, le réveil est encore bien timide. 81% des consommateurs sont toujours chez leur fournisseur historique. Pourtant, ils se voient offrir un large éventail d’offres et de solutions d’accompagnement. Et le plus surprenant est que 77% des Français estiment que l’ouverture progressive du marché est une bonne chose*. … mais des décisions réglementaires restrictives Pour autant, les obligations réglementaires ont un coût non négligeable qui se répercute invariablement sur la facture des clients, notamment  : - le nouveau dispositif CEE (Certificat d’économie d’énergie) précarité énergétique, qui vient en aide aux ménages aux revenus très modestes pour la rénovation énergétique de 500.000 logements par an à compter de 2017, pèsera sur la facture de tous les consommateurs ; - l’extension de la CSPE (Contribution au service public de l’électricité), prélèvement fiscal auprès des consommateurs d’électricité afin de dédommager les fournisseurs des surcoûts liés aux obligations engendrées par la loi sur le service public de l’électricité. Or, des discussions ont lieu sur la nécessité d’étendre la collecte de ce prélèvement aux autres énergies. Bien qu’aucune décision n’ait encore été prise, l’adoption de cette mesure se soldera par un surcoût conséquent pour les consommateurs de gaz, avec une facture de gaz en hausse de 10% ! Pourtant, le prix du gaz est 2,2 fois moins cher que celui de l’électricité, il émet 40% d’émissions de CO 2 en moins que le charbon et sa chaîne d’approvisionnement est l’une des moins émettrices en CO 2 (parmi celles des combustibles courants). Enfin, sachez que vous pouvez comparer le montant de votre facture au tarif réglementé avec toutes les offres commercialisées à prix libre par les fournisseurs de gaz qui sont en concurrence sur le marché des particuliers sur www.quechoisir.org. *Source  : Ifop/Eni
STOP ARNAQUES VOUS EN DIT PLUS Assurance et cancer du sein L’association d’aide aux malades du cancer, Life is Rose, a annoncé le lancement d’un nouveau contrat d’assurance crédit dédié aux femmes souffrant d’un cancer du sein depuis 1 an minimum. Cette nouvelle assurance, baptisée Assurose, offre une surprime limitée et prend en charge les arrêts maladie liés au cancer du sein. Lancée en partenariat avec le courtier en assurance Euroditas, l’assurance emprunteur propose une couverture pour le risque de décès, d’incapacité et d’invalidité, sans exclusion de la pathologie. Cette assurance est valable pour toute sorte d’investissement immo  : prêt amortissable, in fine et relais. Les feux de cheminée autorisés L’interdiction des feux de cheminée dans Paris et sa région n’a pas fait long feu ! En effet, ils ont été de nouveau autorisés dans la capitale et en Île-de-France. Cette autorisation fait suite à une demande en ce sens de la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. Avec ce revirement, il est possible d’utiliser des cheminées dites « à foyers ouverts » (sans vitre de séparation) pour le chauffage d’appoint et les flambées d’agrément à Paris et dans toute l’Île-de-France. Le chauffage d’appoint utilisant des foyers fermés est, lui aussi, autorisé dans toute la région parisienne. Mais avant de faire une flambée, vérifiez que vous êtes bien assuré et avez l’autorisation de votre propriétaire. Du nouveau pour les pastilles écologiques En lieu et place des 7 pastilles annoncées, il n’y a finalement que 4 éco-pastilles disponibles depuis le 1er janvier, avec différentes catégories selon l’âge des autos et leur motorisation hydrogène, électrique, essence ou diesel  : verte, violette, jaune et orange. Ce dispositif des pastilles anti-pollution ne présente pas de caractère obligatoire. En outre, si l’éco-pastille est gratuite pour le 1er semestre 2016, elle devient payante par la suite. Toutefois, elle ne devrait coûter que 5 € environ pour une validité estimée à plusieurs années. Tarif des assurances  : est-ce que cela va monter ? ASSURANCE En 2015, le prix des assurances a augmenté plus que l’inflation  : +1,6% pour l’automobile, 2,7% pour l’habitation et 2,9% pour la santé*. Quelles augmentations attendre en 2016 ? En assurance auto Le bilan des tués et des blessés de l’année 2015 n’est pas bon  : +2% et -4% respectivement pour les tués et les blessés hospitalisés par rapport à la même période en 2014. À ces facteurs se rajoute une augmentation mécanique due à l’augmentation des coûts de la réparation automobile (voitures plus sophistiquées) et de l’indemnisation des victimes. À l’inverse, la loi Hamon est clairement un facteur qui pousse les assureurs à la modération tarifaire. Si la MAIF, la MACIF et la MATMUT ont annoncé un gel des tarifs pour 2016, chez les autres assureurs, il faut néanmoins s’attendre à une hausse moyenne de 1%. En assurance habitation 2015 a été une mauvaise année en matière de catastrophes naturelles, la France ayant connu quelques tempêtes et inondations. En outre, les petits risques (dégâts des eaux, vols…) continuent à augmenter, même si le rythme est plus modéré que les années précédentes. Enfin, le risque de résiliation lié à la loi Hamon existe aussi en assurance habitation, même si les assurés changent peu d’assureurs. La prévision est donc à une hausse moyenne de 3% en 2016. En mutuelle santé L’évolution des dépenses de santé en France continue d’augmenter du fait du vieillissement de la population et de l’amélioration des technologies médicales, à un rythme d’environ +2% en 2015. Il n’y a pas eu de transferts de charges de la Sécurité sociale vers les complémentaires santé ou d’augmentation de taxes sur les mutuelles santé en 2015. Au contraire, la part des dépenses de santé prise en charge par la Sécurité sociale serait très légèrement en hausse en 2015. À l’inverse, les assureurs s’interrogent sur le transfert des salariés vers des contrats collectifs entreprise (loi ANI – Accord national interprofessionnel), qui pourrait conduire à un déséquilibre de l’assurance santé individuelle. Il faut donc s’attendre à une hausse moyenne de 2%. *Source  : IPAP (Indice des prix de l’assurance des particuliers) STOP ARNAQUES - FÉVRIER - MARS 2016 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :