Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : rare Wax par Meu Caro Vinho.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
FOCUS 71 FACTORY LABEL Mi RECORDS -CLOEF.A. Sccrion 25-Always now fricnd ly firesdirry k co5rs dives insideout incir dos hit babiu in the Lido bebra ve new horizon penduoid by martin hanncri enginecr joli n caff-pcyrccorded arbrirrania row elisegunrori  : grafira indu srtia L  : typogiatka burthold a Factory 1 s producr fast 4j
Page 39Focus Factory Records prit Vincent Cafteur/Photo James Martin Fucus SORTI IL Y A QUARANTE ANS DES BRUMES DE MANCHESTER, LE LABEL INDÉ- PENDANT FACTORY INCARNE LE POST-PUNK AU TRAVERS DE FORMATIONS COMME JOY DIVISION, A CERTAIN RATIO OU THE DURUTTI COLUMN. LANCÉE PAR TONY WILSON, CETTE ENSEIGNE SE DÉMARQUE PAR UN DESIGN AUDA- CIEUX. VINGT-SIX ANS APRÈS SA FERMETURE, SON INFLUENCE SUR LA SCÈNE ÉLECTRO-ROCK RESTE DÉTERMINANTE. Au mitan des années 70, le raz-de-marée punk ébranle l'édifice rock. Outre-Manche, ce courant musical s'exprime par une myriade de groupes, fanzines et labels indépendants comme Rough Trade ou Mute. Homme de télé et propriétaire de la salle'The Factory à Manchester, Tony Wilson surfe sur la vague et enregistre les formations locales. Édité en janvier 1979, le double 45 tours « A Factory Sample » annonce la couleur. Tirée à 500 exemplaires, cette deuxième production estampillée Factory Records dévoile quatre pousses prometteuses dont les agitateurs de Cabaret Voltaire. Associé à Alan Erasmus, Tony Wilson prolonge l'expérience avec 41Elecuicirys, le premier single d'Orchestral Manoeuvre in the Dark. Foncièrement pop, cette plage propulse Factory sur le devant de la scène. Resté clans l'ombre, A Certain Ratio (voir photo ci-contre) atteste malgré tout de la créativité ambiante. Mix de new wave et de rythmes funk, ce groupe préfigure ainsi avec force les toumeries dance de la fin des 80's. Mais le sommet artistique de cette première période est sans conteste The Durutri Colurnn. Inspiré par l'Histoire, le collectif séduit les plus curieux grâce à ses entrelacs éthérés, la griffe du guitariste Vini Reilly. Figure de proue du label Factory, Joy Division traduit de manière implacable la crise économique sans nom que traverse l'Angleterre. Marqué par la voix hantée de Jan Curtis, ce combo enregistre en 1979 le 33 tours e Unknow Pleasures », sous la houlette de Martin Hannett. Puis délivre l'excellent single « Transmission ». Les coups du sort ont pourtant raison de la formation et de ses concerts déments. Épileptique et dépressif ; fan Curtis se suicide en mai 80, à la veille d'une première tournée américaine. Pressé quelques jours après cet épisode tragique, « Love Will Tear Us Apart H devient l'hymne du groupe « Closers, le deuxième album est quant à lui un classique immédiat. Né des cendres de Joy Division, New Order accomplit une mue saisissante. Délibérément tourné vers h culture club, le maxi s Blue Mondays se vend en 1983 à plus d'un million d'exemplaires, un record pour ce format. Et les différents remixes réalisés par Arthur Baker, Kevin Saunderson et même Quincy Jones assoient une réputation redoutable sur les dancefloors. Emmené par Bemard Sumner et Peter Hook, le quatuor n'oublie pas pour autant ses racines rock avec des albums comme « Low-Life » ou « Brotherhood », « Stray Dogs, le récent duo avec Iggy Pop, confirme la bonne tenue de h formation mancunienne. Influencé par le futurisme et la pensée situationniste, le graphiste Peter Saville compose alors des pochettes surprenantes comme « The Return of the Durutri Colurnn » er son vinyle emballé dans du papier de verre, « Always Now » de Section 25 et son alignement typographique parfait ou bien encore le maxi « Blue Monday » de New Order dont le visuel prend la forme d'une disquette, le nec informatique de l'époque. Détail significatif, le designer détourne les codes chromatiques de l'imprimerie et les décline sur le mode alphabétique, chaque combinaison de couleurs correspondant à une lettre— Cette esthétique radicale fait la réputation de Factory. Mais le concept ne s'arrête pas 1k. Non content d'affirmer une ligne unique, le label classe alors chaque bien, des goodies aux documents administratifs en passant par l'immobilier er naturellement les disques. Siglées FAC, ces centaines de références sont répertoriées sur le site de www.factoryrecords.org Nightclubbing Partie intégrante de cet inventaire noviO,'The Haçienda est le point de ralliement de la galaxie Factory. Inauguré en 1982 par Tony Wilson et New Order, ce club devient l'indicateur de nouvelles tendances musicales comme le mouvement Madchester et l'acid houle. Épicentre du Djing au Royaume- Uni, la structure programme notamment Laurent Garnier alias Dj Pedroou The Chemical Brothers... Paradcemlement moins inspiré, Tony Wilson découvre en. 1985 les Happy IVIondays. Réputée ingérable, cette tribu offre pourtant quelques moments de bravoure via le populaire « Pills'n'Thrills and Bellyachess. Le film « 24 Hour Party People » de Michael Winterborrom tenace méticuleusement cette époque. Chaotiques, les dernières années du catalogue sont ponctuées de signatures intéressantes mais disparates. Et pour ne rien arranger, une gestion hasardeuse fragilise la société. Elle pousse Tony Wilson à suspendre Factory Records fin 92. Malgré ces vicissitudes, le mogul britannique relance l'entreprise aux travers d'avatars comme Too. Et restera actif dans le secteur de l'industrie musicale, jusqu'à sa disparition en 2007, des suites d'un cancer du rein. Réalisée par Peter Saville, sa plaque mortuaire est depuis incluse au catalogue Factory. Elle porte le numéro 501 À lire  : la Factory, Grandeur et Décadence de Facrory Records par James Nice-Éditions Naïve.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :