Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : rare Wax par Meu Caro Vinho.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
RÉTRO ? FUTURISTE ? PROBABLEMENT LES DEUX. C'EST EN TOUT CAS L'ESPRIT VEHICULÉ PAR LINNOVANTE MARQUE FRANÇAISE SQUARP INSMUMENTS. CE FABRICANT DÉCLINE LE CONCEPT AVEC PYRAMID. CE SÉQUENCEUR MELE UNE INTERFACE HARDWARE MINIMALISTE À UN ARSENAL DE FONCTIONS. IL EST CENSÉ SERVIR DE BASE POUR TOUTES VOS COMPOSITIONS, AUSSI BIEN EN STUDIO QUE SUR SCÈNE. AUTREMENT DIT, C'EST UN VRAI « GAME CHANGER POUR CEUX QUI CHERCHERAIENT À METTRE DE CÔTÉ L'ORDINATEUR, LÂCHER L'ÉCRAN ET SE CONCENTRER SUR LA MUSIQUE. AFIN DEN SAVOIR D'AVANTAGE, NOUS AVONS RENCONTRÉ JEAN ET TOM DANS LEURS BUREAUX À mournEuu_.
Pcrje 37Irderidew Jecrn & Tarnde Sluarp Instruminis1xat Sesp/Ptcie pnr Dj Ccshmcs matas Vous êtes ingénieurs mais également musiciens... Tom  : Oui, nous gravirons autour de la musique. Benoît fait de la trompette et beaucoup de guitare. Jean joue des synthés. Moi je suis plutôt dans le sampling et je pratique un peu la basse. On écoute beaucoup de trucs différents... du rock, de la pop 80's, de la musique classique, beaucoup de jazz et j'adore le rap... Pour l'histoire, la gamme d'accords du Pyramid vient plus du jazz que de la musique électronique. Comment est venue l'idée de créer Pyramid ? Tom  : Au tout début, en 2014, on cherchait des séquenceurs pour notre propre musique... On s'est très vite trouvé face à des machines qui n'étaient pas des séquenceurs à part entière. Si, par exemple, tu utilises une MPC pour séquencer des synthétiseurs, tu n'as pas un worldlow vraiment adapté. Il y avait très peu de machines efficaces, qui s'adaptaient aux différents workflows... C'est pour ça qu'on a lancé Squarp. Retour vers le futur ! Tom  : Ce quia participé au retour des séquenceurs hardware, ce sont les petits synthés, désormais moins chers. Les synthés polyphoniques étaient encombrants, chers, et donc réservés aux professionnels. Subitement on a vu émerger des machines à des prix plus abordables. Alors, les musiciens se sont trouvés avec leurs propres machines pour la basse, le lead, etc.ll fallait donc concevoir un séquenceur adapté. Et Pyramid, c'est quoi ? Jean  : C'est l'élément qui permet à l'artiste de mieux composer... En gros, il offre la possibilité de commencer l'album, de le travailler jusqu'au bout et puis de rejouer facilement la même chose en live, avec le même séquenceur. Tom  : Il existe des séquenceurs monophoniques et polyphoniques, comme pour les synthes. À sa sortie, le Pyramid était l'un des rares à proposer de la polyphonie. Et donc de pi...Lettre d'enregistrer des accords, ce qui est important pour composer. Côté mélodies, on a la polyphonie illimitée et des outils permettant même aux gens qui ne maîtrisent pas le solfège de faire des trucs stylés avec des gammes. 11 permet aussi d'accorder toutes les séquences de ton morceau ensemble. Et on peut personnaliser le tout. En plus de la polyphonie, il y a aussi le polyrythmie. On peut mélanger des pistes de longueurs différentes ou des rythmes variablesDes choses qu'on ne peut pas faim sur des séquenceurs basiques. C'est comme un petit ordinateur dans la machine, Pendant six ans on a passé 95% de notre temps à coder ça ! Quels sont les différences avec d'autres machines comme MPC ou Elektron ? jean  : Il y a 64 pistes qui peuvent jouer en même temps. Et l'idée est de pouvoir les manipuler en temps réel. Le quanrize, par exemple, peut être modifié en direct avec un potard, sans détruire le truck d'origine. Des effets comme Parpeggio sont ac,e,sibles sur les 64 pistes en direct. Tom  : Le but est de ne pas trop regarder l'écran. 11 y a des pada qui permettent de jouer des notes en live puis d'enregistrer et de rejouer la séquence directement. Puis il y a des touches qui vont servir à des fonctions spéciales. Par exemple, la note repeat, des générateurs d'accords à configurer sois-même, ou des arpeeiarors... Pour le côté studio, il y a évidemment, un séquenceur « stepby-step » (pas-à-pas, Ndlr) et l'interface principale c'est donc les pats. Et tous les pats et encodeurs peuvent être assignés à ce que ni veut, tout comme le pad tactile. Le pad'tactile ? Tom  : Ah ouais, il y a un pad tactile, héhé. On peut utiliser, par exemple, le pad tactile pour designer une enveloppe, juste en la traçant du doigt en temps réel bien sûr, Hermod, c'est vos premiers pas dans l'univers de l'Euro(c)rack... Jean  : On n'était pas trop dans PEurorack à ses débuts. On voyait pleins de mecs sur YouTube en train de Faire « Bliip-blop, bliip-blop s ou des choses déstructurées. Ce qui est intéressant dans la composition, c'est de construire un morceau avec un début, un milieu et une fin, même pour une musique déstructurée. Hermod, est donc un outil qui permet de structurer ces sons-là. Tom  : Au niveau de la topologie des séquenceurs, avant Hermodtu pouvais faire des répétitions et des chcoés comme ça, mais il n'y avait pas vraiment de séquencer avec lesquels tu pouvais faire des accords et varier les notes. Dans PEurorack, les modules sont principalement en mono (mais ça a bien évolué depuis, Ndlr). Quand Hermodest sorti, nous avons eu des retours qui disaient » Eh, vous allez tuer k fun de PEurorack, son côté aléatoire. C'est censé être un peu n'importe quoi, c'est une histoire de pardi... » Mais ces commentaires ont vire été remplacés par ceux, plus positifs, disant  : « Ah, cool, un bon séquenceur pour Euromck, on peut enfin composer des mélodies plus complexes » Certains utilisaient déjà Pyramid pour séquencer leurs modulaires. lis ont vite vu que c'était une version de Pyramid, mais pour PEurorack Sont-ils identiques ? Tom  : Plus ou moins.Mais il y a des fonctions sur le Hermodqu'il n'y a pas sur le Pyramid, et vice-verm. Le Hermodcorrespond au standard CV. Et ça permet d'autres possibilités. Jean  : Le CV est un format « imparfait «. On peut faire du nitroturiing, par exemple. Et on peut profiter de sons plus « tordus s qu'en Midi, plus proches des instruments acoustiques... C est plus vivant, plus musical. Le Midi est un peu trop « parfait ». Ce n'est pas parce qu'on utilise plus l'ordinateur que la musique est moins complexe...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :