Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : rare Wax par Meu Caro Vinho.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
1
Page 29 _Interview tue Reccider par Subrina souars/Photo pur Cannleternuutcan LIFE RECORDER EST UN DJ-PRODUCTEUR INSTALLÉ DANS LA CITÉ PHOCÉENNE DEPUIS 2010. IL EST INFLUENCÉ PAR LA D.E.P HOUSE, LA TECHNO, LE JAZZ ET LA MUSIQUE AFRO-AMÉRICAINE. RÉCEMMENT, IL A LANCÉ SON LABEL LIFE NOTES RECORDINGS. FRÈRE DE SON DE COLIN, LE FONDATEUR DU SHOP EXTEND PLAY, CE MUSICIEN FAIT UN TOUR D'HORIZON DES ÉLÉMENTS-CLÉS DE LA CULTURE CLUB LOCALE CES CINQ DERNIÈRES ANNÉES. IL NOUS PARLE ÉGALE- MENT DE SON PARCOURS ET DE SES DERNIÈRES DÉCOUVERTES. Tu t'es installé â Marseille en 2010. Pourquoi ? Pas du tout pour des raisons musicales, mais pour suivre ma femme qui avait de la famille installée ici. Elle est Arménienne et la communauté arménienne est importante ici. C'était aussi une période de changements pour moi. À l'époque, je tournais un peu en rond dans ma Haute-Savoie natale. Trois mois avant d'arriver à Marseille, je n'avais même pas pensé une seconde venir y vivre. J'avais pensé à Paris et rejoindre des amis, mais la vie m'a dirigé près de la mer dans une ville où on peut quand même prendre le temps de vivre. Je suis assez content d'être ici. Que penses-tu de la scène marseillnise ? Aujourd'hui, la scène marseillaise revit, bouge et se redéfinit depuis quatre voire cinq ans. Marseille a une scène riche mais qui fait encore face à certaines mentalités. Beaucoup de choses peuvent démarrer et s'arrêter brutalement. Mais la scène, ici, est bien vivante et créative, contrairement à 2010 où tout était quasiment au point mort, mis à part un ou deux lieux comme la Dame Noire, encore présente aujourd'hui, avec une identité musicale bien particulière. Le début d'un nouveau cycle s'est surtout fait ressentir en 2013. Un lieu qui, pour moi, a amorcé ce renouveau marseillais est Seconde Nature. C'est un lieu de médiation, à Aix-en-Provence, qui proposait une partie club le vendredi et le samedi. Marc Housson, son programmateur, fut le premier, dans la région à prendre des risques et à s'intéresser à la nouvelle scène internationale. Il a invité des artistes tels que Cla ro Intelecto, Levon Vincent, Jus-Ed er bien d'autres ainsi que certains pionniers de Detroit comme Theo Parrish. ou Delano Smith.lla également programmé des artistes de la région avec une démarche artistique sérieuse  : Dj Oil, Rorre Ecco, Nerns-B ou Elijah... Et j'ai eu l'opportunité de pouvoir m'y exprimer aussi. La nouvelle impulsion s'est vraiment instaurée dès 2013, en même temps que le renouvellement de la scène club en France, avec un retour de la bouse et de la techno ainsi que l'explosion des soirées Concrète. Elles ont pas mal influencé la programmation des lieux ici. Un nouveau réseau a commencé à se créer entre Marseille et Paris puis Lyon. Des lieux et des clubs en perte de vitesse ont pu connaître un nouveau souffle comme le Cabaret Aléatoire, la Friche De La Belle De Mai et le Baby Club. Certains vont naître aussi. C'est le cas du One Again Club qui a marqué le renouveau de 2013 dans le quartier du Prado. L'Upercut Jezrlub a rapidement séduit grâce à son atmosphère parfaite pour bouger sur de la house, de l'afrobeat ou du jazz. Ces lieux sont emblématiques de la scène actuelle. Chacun a sa propre identité et son public. Le week-end se succèdent de gros noms de la scène deep bouse et techno internationale, essentiellement grâce à un travail de collaboration avec les collectifs et les Dis locaux. Il est difficile de tous les citer, mais je pense à Métaphore, Paradox, D-Moud, Phonons, le duo D ub Striker et Extend & Play avec qui nous (Niloc, Elijah et moi) essayons de proposer quelque chose en gardant notre esprit avec l'aide du magasin de disques. De nouveaux labels naissent et produisent les nouveaux talents locaux comme Smoky Window ou D-Moud Records. D'autres continuent de se développer et profitent de ce renouveau. C'est le cas de Modelisme et Seb Bromberger. Ils restent tous les deux pertinents depuis presque vingt ans et continuent à tisser des liens avec Detroit ou Berlin. Le label marseillais Wewillalwaysbealovesong évolue artistiquement et produit aujourd'hui des artistes bouse de Chicago et de Detroit Certains sont très contents de jouer les électrons libres. Benjamin Fouquoire alias Pulse Code Modulation, par exemple, continue de faire son bout de chemin avec son concept Pong Music et divers projets. Il continue de transmettre sa grosse culture musicale comme il en a envie. Et puis impossible d'évoquer la scène marseillaise sans parler de l'ambassadeur Jack De Marseille, toujours présent. Il organise le Jack In The Box festival avec le Cabaret Aléatoire depuis 2015. Et ça cartonne. Même si Marseille nous prouve que rien n'est jamais acquis et qu'il faut profiter de l'instant présent. Il y a un potentiel réel sur la scène depuis cinq ansIl y a un mélange, des échanges entre artistes et cultures old et new school. L'ouverture et la diversité sont de retour dans les clubs. Le public est beaucoup plus réceptif. On peur jouer vraiment la musique qu'on aime. Il y a quelques années, c'était loin d'être évident. " On peut jouer vraiment la musique qu'on aime. Il y a quelques années, c'était loin d'être évident. "



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :