Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : rare Wax par Meu Caro Vinho.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Pffle 26 _Infavlow Ifflaz Schldr En 2001 tu as sorti un premier album et tu as commencé à tourner... Oui et j'ai décidé de ramener au moins une platine dans ma configuration et, depuis 2003, je suis revenu complètement aux platines disques et je me suis débarrassé de l'ordinateur portable et de l'échantillonneur. C'est à cette époque que j'ai commencé à jouer et à faire des tournées avec mon inspiration première, Martin Tétreault, en faisant des recherches et en apprenant de ses techniques dont les aiguilles et les cartouches préparées. Il m'a inspiré à ne jouer qu'avec des objets sur le disque rotatif. Ces sons acoustiques ont été amplifiés à l'aide d'un microphone à condensateur et traités à l'aide d'un leoperipitch shifter. J'ai utilisé cette configuration que j'ai appelée Surfaces. Cette structure a été volée lors d'une tournée en 2012 et j'ai décidé de revenir à l'utilisation du vinyle. Pendant un moment j'ai utilisé toutes sortes de sons mais aussi des coupes de tour pour mon usage personnel. Depuis 2015, j'ai recommencé à travailler avec les surfaces manipulées des disques, en créant des instruments en vinyle au son unique et en ramenant des cartouches manipulées qui ramassent les surfaces modifiées. Quelles sont tes sources d'inspiration ? Celles-ci sont très variées, mais ceux qui ont un grand impact sur moi sont des artistes visuels, en particulier issus des mouvements minimalistes et conceptuels dont Fluxus ou l'Arte Povera. Mais aussi des gens comme le comédien bavarois KarlValentin. Ou des courants comme le free jazz, la musique avant-gardiste et électro-acoustique, la scène Downtown Nyc, la musique classique contemporaine... Récemment, je me suis remis à écouter beaucoup de musiques africaines et des tonnes d'autres musiques folkloriques traditionnelles d'Asie du Sud-Est (Laos, Vietnam, Indonésie.) Pour mon travail, ce sont surtout des objets que j'utilise pour mes installations sonores ou mes instruments. Et bien sûr des vieux disques vinyles que je recherche constamment dans les brocantes. As-tu des projets ? En ce moment, en plus de composer, je prépare une plus grande exposition avec mes oeuvres visuelles. Elle sera présentée en septembre 2019. Il s'agira de collages, de partitions graphiques, de dessins, d'objets et d'installations sonores. Depuis septembre et jusqu'à fin décembre 2018, je suis en résidence d'artiste à Istanbul. Là, je travaille sur un projet de cartographie sonore sur la ville et sur plusieurs nouvelles compositions. Viendras-tu en France pour faire une performance ? Oui, je jouerai en solo au prochain festival Umlaut début avril 2019, à Paris. Je vais interpréter un extrait de ma pièce « Form, Farbe, Kiang ».
Ignaz Schick, performance au Goethe-Institut, à Hanoi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :