Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
Star Wax n°49 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : rare Wax par Meu Caro Vinho.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Page 25 _Inbisvisw km:LE:chie par Gamones Fœiras JFnces (DR.) IGNAZ SCHICK EST UN COMPOSITEUR ET MUSICIEN ALLEMAND. EN COLLA- BORATION AVEC ANDREA NEUMANN IL SORT EN 2001 « REM'PALE », SON TROISIÈME ALBUM, SUR LE LABEL ZAREK. AUJOURD'HUI IL VOYAGE À TRAVERS LE MONDE GRÂCE À SES CRÉATIONS, POUR DES RÉSIDENCES ARTISTIQUES ET DES PERFORMANCES. BIENVENUE DANS UN UNIVERS DÉCALÉ OÙ LE DISQUE VINYLE EST MANIPULÉ Â L'EXTRÊME POUR RENAITRE EN UNE STRUCTURE MUSICALE EXPÉRIMENTALE... Peux-tu évoquer tes débuts ? Bien sûr. J'ai commencé à jouer du saxophone après ma rencontre avec l'Afro-Américain Don Cherry, légende de la trompette, alors que j'étais enfant. J'ai commencé par l'écoute de la musique d'avant-garde. J'ai parcouru toute l'histoire du jazz, en étudiant et en apprenant la musique d'Omette Coleman, d'Albert Ayler, d'Arak Shepp, de Sun Ra, de l'Art Ensemble of Chicago. De la base (John Coltrane, Sonny Rollins, Thelonious Monk, Charles Mingus, Charlie Parker, Duke Ellington, Lionel Hampton...) vers la recherche (Muhal Richard Abrams, Anthony Braxton, David Murray, Lester Bowie, Henry Threadgill, Tim Berne, John Zorn, Fred Fritte, Heiner Goebbels). Je me suis lancé dans la musique expérimentale quand j'avais 12 ans, dans la musique électronique à 15 ans et dans le turntablism à environ 18 ou 19 ans. Quid de ton travail aux platines ? À 15 arts, j'ai commencé à expérimenter et à composer des collages avec une machine à cassettes quatre pistes et un magnétophone à quatre pistes dans un petit studio familial. L'utilisation précoce du studio d'enregistrement était due au manque de musiciens expérimentés dans la région rurale de Basse- Bavière oit j'ai grandi À l'adolescence, si je voulais jouer avec des improvisateurs aux vues similaires, je devais voyager en Autriche, en France ou en Suisse. Comme alternative à ces longs voyages (que je ne pouvais entreprendre que pendant mes vacances), j'ai considéré le tradc recorder comme mon « groupe électronique » persormd. En raison de mon jeu limité à la guitare, au violoncelle ou aux percussions, j'ai commencé à utiliser l'enregistrement sur le terrain rai trouvé des images à la radio et de plus en plus de sarnples que j'ai soigneusement empruntés à mes amis ou à ma propre collection de disques, qui grandissait lentement. Quelle forme de sarnpling ? À cette époque, j'ai soigneusement doublé des samples de vinyles sur les quatre pistes, puis je les ai manipulés en les lançant vers le haut ou vers le bas ou en les inversant. J'ai aussi appris à découper les cassettes, les disques et à recoller le tout. À la fin des années 80 et au début des années 90, j'ai découvert les oeuvres de différents artistes du mouvement Fluxus et en particulier la pièce « Broken Music » de Milan Knizak. Mais aussi les oeuvres d'artistes comme Martin Tétreault et Christian Marday. Elles m'ont poussé à regarder les disques dans une perspective sculpturale et visuelle. J'util mis des disques assez bon marché. Je 6 transfomrais via des techniques radicales comme le ponçage, le perçage, le découpage ou le collage... Pendant cette période, en plus d'une table de mixage, j'utilisais jusqu'à quatre tourne-disques doubles plus un microphones de contact dans ma configuration. Au milieu des années 90, je suis passé à un échantillonneur en rack et à un ordinateur. Un peu plus tard, j'ai également incorporé des lecteurs de mini-disques et plusieurs processeurs pour mon installation électronique, dans l'espoir de m'alléger des platines et des vinyles. Peu de temps après, j'ai été extrêmement frustré par l'absence d'une approche pratique lorsque j'ai joué avec l'ordinateur et l'échantillonneur. C'était parfait pour la production en studio comme la composition et le remixage, mais pour l'exécution en direct, 6 interfaces étaient juste lentes et non intuitives. des disques assez bon marché. le les Irons, 1E via des techniques radicales comme le ponçage, le Pergagel découPage ou le collage..."



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :