Star Wax n°48 sep/oct/nov 2018
Star Wax n°48 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : les chroniques...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
FOCUSI ACT MUSIC LABEL In the spirit of jazz r"b I eue.s.a « usrrmrs rem. eu V ue,% 1 1,7J muweAT michael wollny trio live wartbrirq
Page 41 Fccus ACT Mure par Vincent Calleux/PhatoPrands Vernal Fucus CRÉÉ PAR SIGGI LOCH, LE LABEL JAZZ ACT MULTIPLIE DEPUIS VINGT-SIX ANS LES EXPÉRIENCES MUSICALES, NOTAMMENT AU CONTACT DES RYTHMES DU MONDE. EN MARGE D'UNE SCÈNE EUROPÉENNE UN BRIN UNIFORME, LA RÉPUTÉE FIRME ALLEMANDE SIGNE AINSI DE FORTES PERSONNALITÉS COMME NGUYÊN LÊ, E.S.T. OU ÉMILE PARISIEN. ET CULTIVE SON IMAGE AU TRAVERS DE POCHETTES PARTICULIÈREMENT SOIGNÉES. Moins cérébral qu'ECM, l'autre grand label jazz munichois, ACT incarne une ligne éditoriale variée et dynamique. Lancée en 1992 par Siegfried « Siggi » Loch, ancien dirigeant de WEA Music, cette firme commit une consécration précoce grâce à « Jazzpana », un projet de nuevo flamenco porté par Vince Mendoza et relayé par le guitariste Al Di Meola. Parfois comparé au fameux » Sketches Of Spain » de Miles Davis, ce coup d'essai glane au passage une double nomination aux prestigieux Grammy Awards... Pour Siggi Loch, cet enregistrement sonne comme une profession de foi  : « Ce qui particularise ACT, c'est son ouverture à différents styles musicaux. Le jazz tel que nous le percevons est le meilleur moyen pour créer car il s'est développé à partir d'un répertoire entièrement américain, avant de tendre vers un langage musical mondial. D'où notre slogan  : ACT in the Spirit ofJazz a. Loin des six cent références aujourd'hui pointées, le catalogue édite d'abord différentes compilations avant de signer, au milieu des années 90, le tromboniste Nits Landgren et le pianiste Bugge We «.-Itoft. Au travers de cette pointure, ACT revendique une esthétique minimaliste, composée de mélodies limpides, qui n'est pas sans rappeler Jan Garbarek ou Nés Perier Molvaer.e.s.t Modèles du genre, les Suédois de l'Esbjorn Svensson Trio aliase.s.t. ponctuent leurs thèmes d'arrangements rock et deviennent rapidement le moteur du label, via les addictifs « From Gagarin's Point Of View » ou « Viaticum », Mieux,e.s.t culmine en 2006 dans les charts mais fait aussi les choux gras de la critique. Un succès immortalisé en une du prestigieux magazine américain Down Ben. Malheureusement la disparition accidentelle du pianiste Esbjôm Svensson en 2008 met un terme à cette carrière. La sortie cet été d'un album live posthume rappelle toutefois la brillante trajectoire du trio  : « Le concert « Live in London » a été enregistré plus ou moins secrètement par le génial ingénieur du son du groupe, Ire Linton, durant les soirées au Barbican Centre de Londres, en 2005. Cet enregistrement dévoile le groupe au sommet de son art. Dix ans après le décès d'Esbjôm Svensson, sa mémoire est toujours vivante et son héritage musical se perpétue » confirme Siggi Loch. Autre point fort, l'arrivée des musiques du monde pousse ACT à enregistrer des créateurs souvent méconnus sous nos latitudes. Si la démarche est monnaie courante dans l'univers jazz (écoutez donc les travaux de Randy Weston avec les maîtres gnawas ou l'intervention du génial Don Cherry au sein de la Mandingo Griot Society), les rencontres ici provoquées sont particulièrement abouties. Cette optique est incarnée par la chanteuse vietnamienne Huong Thanh, le joueur de kora sénégalais Soriba Kouyaté ou Karim Ziad. Entouré par Michel Alibo de Sixun, Bojan Z et Jean-François Rykiel, le percussionniste algérien enregistre en 2001 le manifeste « Ifrikya ». Le résultat bonifie le catalogue allemand, comme le rappelle Siggi Loch  : « Les musiques du monde font partie de l'ADN d'ACT, et ce depuis nos débuts. Notre premier artiste exclusif a été le guitariste Nguyên Lé, qui fusionne différents rythmes ethniques avec le jazz. Black String est un autre exemple brillant. Leur album « Mask Dance » a reçu un immense succès dans les médias. Le signal envoyé est précieux. Nous en avons plus que jamais besoin. » Les récentes parutions du label témoignent de cette ouverture d'esprit. C'est le cas du set de Tonbruket, le nouveau groupe de Dan Berglund d'e.s.t. et ses effets électro-dub saisissants. Ou de la chanteuse et pianiste canadienne Laila Biali, qui délivre un album marqué par une reprise card:y du « Let's Dance » de David Bowie. Repéré en quanet avec « Spezial Snak », le très prisé Émile Parisien (voir photo ci-contre) sort aujourd'hui la version live de « Sfumato », une création enregistrée l'an dernier à Marciac, aux côtés de Michel Portal et de Wynton Marsalis. Mais sa démarche artistique reste empreinte de liberté. Le saxophoniste soprano se produit régulièrement avec le pionnier techno JeffMills, pour un hommage à John Coltrane. Ou bien encore avec le Michael Wollny Trio, pour un concert aujourd'hui disponible en vinyle. Selon Siggi Loch, le support physique s'impose  : « Nos disques racontent une histoire et ne peuvent être fragmentés en playlists ou en clips de courte durée. À ce titre, le vinyle symbolise non seulement un bien éditorial, il est également synonyme d'émotion... Dans le prolongement, nous avons réussi à créer un design unique pour nos pochettes. Ce qui permet au public de les identifier immédiatement. » Les soixante-quinze 33 tours pressés par ACT confirment l'enjeu. La version intégrale de l'interview de Siggi loch est disponible sur www,starwaxmag.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :