Star Wax n°48 sep/oct/nov 2018
Star Wax n°48 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : les chroniques...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
11 d
Pair 33_1rd/rem de Hiarcestdc Beim par Vincent COtaux/Photo (D.12.) Itw" À LA CROISÉE DE LA HOUSE, DE L'ÉGYPTE ANTIQUE ET DU COMBAT POUR LES DROITS CIVIQUES JAMAL R. MOSS, ALIAS HIEROGLYPHIC BEING, COMPOSE UN UNIVERS RADICAL MAIS COHÉRENT. ÉDITÉ PAR SOUL JAZZ, « RED NOTESs, LE DERNIER OPUS DU MUSICIEN CHICAGOAN CONSACRE CETTE DIMENSION. À CETTE OCCASION, LE COMPOSITEUR ÉVOQUE SES MÉTHODES DE TRAVAIL, L'AFRO-FUTURISME, LA VIOLENCE AU SEIN DE LA SOCIÉTÉ AMÉRICAINE OU BIEN ENCORE MARSHALL ALLEN, SAXOPHONISTE DU SUN RA ARKESTRA, AVEC QUI IL A JOUÉ RÉGULIÈREMENT. Pourquoi ce titre d'album ? C'est un hommage au label jazz Blue Note et aux musiciens signés sur ce catalogue. C'est également un clin d'oeil à la fusion jazz-house et aux expériences aujourd'hui en cours. Un titre comme « Video Jazz » synthétise ce mix entre les musiques improvisées et les beats. Pourtant mon optique diffère d'autres travaux du genre, comme ceux de Masters At Work ou de St Germain. Il s'agit ici de retourner à la source. Et le discours n'est pas anodin  : avec « Youth Brainwashing... j'appelle ainsi la génération montante à faire sécession, à s'approprier la musique. Il faut dire qu'une majorité de jeunes se nourrit de sonorités basiques voir simplistes. Une grande partie de la production électronique du jour n'est guère emballante, tant spirituellement que musicalement. Vous êtes poly-instrumentiste. Comment procédez-vous ? Effectivement. Et je n'utilise pas de samples. Par contre dès que j'ai l'idée d'un concept musical, j'investis le studio d'amis. Il y a tout ce que je veux à disposition pour créer. Sur place, je m'entraîne avec les instruments jusqu'à ce que je sente et matérialise le projet. Puis je joue, séquence et enregistre les morceaux. Avant de peaufiner les arrangements et de renouveler les sessions. Que représentent des artistes ou lieux aussi différents que Marshall. Allen, le lieutenant de Sun Ra, mais aussi Cluster ou Chicago ? Concernant Marshall Allen, c'est un honneur et un privilège que de pouvoir jouer avec cette figure historique. Quant au groupe allemand Cluster (formationlcrautrock des années 70, Ndlr), il diffuse des vibrations sonores, des fréquences et finalement une cohésion que je ressens profondément. Enfin Chicago fait partie de mon ADN, d'autant que j'ai grandi sur place. Cette ville marque autant mon quotidien que mes expériences musicales. Quelle est votre définition de l'afro-futurisme ? Si vous mettez en avant cette soi-disante cause futuriste, vous créez un système de caste culturelle. Et vous mettez au passage la création artistique au rabais. Cela ne m'intéresse pas. C'est une formule qu'il faut combattre. Vous sentez-vous proche du mouvement Black Lives Motter ? Non, ce collectif ne va pas assez loin. Je préfère le Black Liberation Movement (groupe affilié aux Black Panthers, Ndlr). Le but est de protester contre un système qui paie des heures supplémentaires aux oppresseurs. Et de lutter contre des gens qui utilisent les deniers publics pour vous enfermer et vous juger via leur système de justiceLa liberté est alors illusoire. Et l'esclavage est bien réel. Sans parler des liens ambivalents avec ces mêmes oppresseurs. Finalement vous en venez à mendier votre liberté  : c'est le syndrome de Stockholm... Comment alors prôner l'égalité, de meilleurs traitements humains ? Concernant Donald Trump, ça me dépasse... Je pense que sa présidence est éphémère... Que proposez-vous concrètement ? Deux éléments doivent interagir. D'abord les manifestations. Mais également l'action des pouvoirs politique et judiciaire, symbolisés par les capitales des états américains et les tribunaux. Le but est bien de changer les lois qui briment les citoyens. Au Black Liberation Movement de cristalliser ces ressources afin de construire une nation. Cela doit être mis en ceuvre rapidement et de manière inlassable. Il s'agit d'inviter les différents acteurs à la table des négociations, mais sans rien lâcher. Et analyser ce pays, savoir comment il s'est bâti. Il ne faut pas répéter les erreurs du passé. Pas de plaidoiries pour des miettes... Vos trois disques vinyles préférés ? Je dirais s On The Corner » de Miles Davis. Puis la bande originale du film « Black Runner » par Vangelis. Enfin Jon Hassell, n'importe quel album du trompettiste. Concernant le retour du vinyle, je n'ai aucune idée du phénomène. En fait je n'ai jamais abandonné ce format. Donc je ne me place pas dans une logique de come-back. Je ne suis ni un vautour, ni un opportuniste... C'est valable naturellement pour nia démarche artistique. J'ai plus de trois mille compositions en stockEt je peux toujours travailler sur de nouveaux titres...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :