Spécial France n°3 jui/aoû/sep 2011
Spécial France n°3 jui/aoû/sep 2011
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°3 de jui/aoû/sep 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 56,1 Mo

  • Dans ce numéro : 20 reportages et itinéraires.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
nnnBasse-Normandie, Manchse A NE PAS MANQUER Le château date du XVIe siècle, malheureusement, on ne peut pas le visiter dans son intégralité. L'histoire du château de Pirou est fatalement liée à la très populaire légende des Oies du Pirou qui veut que pour échapper aux assaillants normands et fuir le château, le seigneur, sa famille et la garnison se soient transformés en oies sauvages grâce à la magie du grimoire. Ce dernier ayant brûlé avec le château, les oies ne purent reprendre forme humaine et reviendraient chaque année au printemps. Cette forteresse du XIIe siècle fut construite pour arrêter les ennemis arrivés dans le petit havre (lac asséché au XIXe siècle), mouillage parfait pour les vaisseaux d'un faible tirant d'eau comme étaient par exemple les esnèques des vikings au IXe siècle. C'est le plus ancien des châteaux du Cotentin, un des plus anciens châteaux normands. Réputé imprenable avec ses hauts murs et ses remparts, le château est entièrement entouré d'eau. On y accède en franchissant cinq portes fortifiées disposées à la manière d'un jeu de l'oie autour des douves ! Château du Pirou, et sa fameuse légende, celle des oies du Pirou. Un magnifique château, construit à la Renaissance en lieu et place de l’ancien château fort. Il reste encore quelques vestiges. 66 - Spécial France Château de Pirou Le Château de Nacqueville À 15 minutes de Cherbourg, le château de Nacqueville est « l’un des plus jolis lieux au monde » selon Alexis de Tocqueville. Caractéristique des belles demeures de granit et de pierres du Cotentin, il a été construit au début du XVIe siècle. Si la muraille fût détruite et le corps de bâtiment remanié, la poterne et son pont-levis se dressent fièrement et impressionnent les visiteurs. Un très élégant parc classé imaginé par un paysagiste anglais, attire les amateurs de jardins. C’est d’ailleurs en extérieur que se déroule l’essentiel de la promenade, car on ne visite du château que le hall. Hortensias, azalées, rhododendrons, palmiers égayent le parc tandis qu’une rivière dotée de plusieurs cascades, laisse une douce impression de calme et de sérénité. Le château de Nacqueville et ses jardins sont ouverts de Pâques à septembre. Château des Ravalet A Tourlaville, près de Cherbourg, dans la verdoyante vallée du Trottebec, le château des Ravalet impose sa superbe silhouette. Construit à la Renaissance par Jean II, seigneur de Ravalet, à l'emplacement d'un premier château médiéval, il n'en conserve pas moins les attributs des châteaux forts : échauguettes, meurtrières, tours crénelées. Austère par sa construction en schiste bleu, il s'égaye grâce aux nombreuses ouvertures et au superbe parc arboré de 17 ha du XIXe siècle, qui l'entoure. A la simple évocation des Ravalet, on ne peut s'empêcher de penser à Marguerite de Ravalet et à son frère Julien, dont les fantômes planent sur le château qui auraient abrité leurs amours incestueuses, dans la fameuse chambre bleue. Condamnés, ils ont été décapités en place de Grève en 1603.
Abbaye de Lessay Réputée pour être l’une des expressions les plus parfaites de l’art roman en Normandie, l’abbaye de Lessay serait la première à avoir été construite avec des voutes sur croisées d’ogives dans le monde occidental, ce qui représente une avancée technique remarquable ! L’abbaye, d’obédience bénédictine, a été fondée en 1056 par les barons de la Haye du Puits. Sa présence a largement contribué au développement de la ville de Lessay. La construction d’origine n’est pas celle que nous voyons aujourd’hui, puisque remaniée dans les années 1100. Presque entièrement détruite en 1944, elle fût pendant de très longues années en restauration. La manche possède bien sûr des phares, et notamment celui de Gatteville. Le Phare de Gatteville. 365 marches à monter pour accéder au sommet du second plus haut phare de France ! 74,85 mètres de haut pour un faisceau portant à 56 kilomètres. Destiné à guider l’entrée des bateaux dans le port du Havre, le phare de Gatteville n’était à l’origine, en 1774, qu’une tour de 27 mètres de haut qui s’avéra trop limité dans « le système généralisé d’éclairages des côtes de France » de 1825. À savoir qu’un navire au large des côtes devait, en perdant de vue un signal, au même moment apercevoir les feux d’un autre phare ; il fallait donc un phare d’une hauteur de 72 mètres pour relayer celui du cap la Hague et celui de la Hève du Havre ! Automatisé en 1984, le nombre de personnes affectées à la bonne marche du phare est progressivement passé de 6 à 1. Avant, il fallait des lanterniers qui assuraient la surveillance et des chauffeurs qui alimentaient les machines à charbon. Aujourd’hui une personne veille sur des appareils électroniques. Mais le principal attrait de la Manche reste cependant ses villes, intérieures ou côtières, dont certaines sont mondialement connues. Abbaye de la Lucerne Au centre du triangle Avranches, Granville, Villedieu les Poêles se situe l’importante abbaye Sainte Trinité de la Lucerne dans un vallon verdoyant où coule le Thar. Sobre et imposante, l’abbaye rayonne et fait de l’hospitalité, particularité de l’ordre des Prémontrés, sa mission. Vendue comme bien national à la Révolution, l’abbaye de la Lucerne (« lampe » en latin) devint filature, puis scierie de pierre. Totalement dévastée, puis classée monument historique au début du XXe siècle, sa restauration débute en 1959 sous l’égide de l’abbé Lelégard. Relayée depuis par la Fondation Abbaye de la Lucerne, la renaissance des lieux permet d’appréhender la vie monastique et tout ce qui s’articulait autour. On notera la tour anglo-normande qui annonce le style gothique, le lavatorium roman unique en Normandie, la boulangerie, la grange aux dîmes ou la salle des hôtes. À l’architecture, il faut ajouter un superbe parc où subsistent les vestiges d’un aqueduc qui amenait l’eau à la filature et un agréable plan d’eau face au logis abbatial, aujourd’hui propriété privée. Chaque année, dans la nuit du 24 au 25 novembre, les cloches sonnent à la mémoire du petit-fils de Guillaume le Conquérant, qui périt sur « la Blanche Nef ». Le bateau parti de Barfleur, se fracassa sur les récifs de Gatteville. Hasculfe de Subligny, petit-neveu de Guillaume et père fondateur de l’abbaye, était le tuteur du petit garçon. Elle a la réputation d’être le parfait exemple de l’art roman en Normandie. Abbaye de Hambye Basse-Normandie, ManchsennnFondée au milieu du XIIe siècle par le seigneur des lieux, Guillaume Paynel, l’abbaye de Hambye constitue aujourd’hui un ensemble conventuel médiéval d’une extraordinaire qualité historique et architecturale. Construite par les Cisterciens selon un idéal de rigueur et d’austérité pour les Bénédictins, son élégance sobre et majestueuse invite à la sérénité. Riche et puissante au XIIIe siècle, épargnée par la Révolution, vendue sur ordre de Napoléon, l’abbaye de Hambye subit alors d’importantes mutilations visibles encore aujourd’hui. L’abbaye bénédictine devint une carrière de pierres ! Rachetée en 1964 par le Conseil Général de la Manche, elle est classée monument historique : sacristie, salle capitulaire, cuisine, parloir, scriptorium en font un haut lieu d’histoire reconverti en salles d’expositions permanentes et temporaires, centre de séminaires, lieu de conférences, colloques et concerts. Véritable havre de paix dans un cadre paysager protégé, laissez-vous aller au recueillement auquel incite l’endroit ! On fête chaque année, entre le 24 et le 25 novembre la mémoire du petit-fils de Guillaume le Conquérant, mort accidentellement. Spécial France - 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 1Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 2-3Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 4-5Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 6-7Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 8-9Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 10-11Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 12-13Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 14-15Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 16-17Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 18-19Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 20-21Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 22-23Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 24-25Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 26-27Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 28-29Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 30-31Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 32-33Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 34-35Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 36-37Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 38-39Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 40-41Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 42-43Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 44-45Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 46-47Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 48-49Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 50-51Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 52-53Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 54-55Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 56-57Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 58-59Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 60-61Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 62-63Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 64-65Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 66-67Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 68-69Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 70-71Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 72-73Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 74-75Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 76-77Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 78-79Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 80-81Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 82-83Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 84-85Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 86-87Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 88-89Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 90-91Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 92-93Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 94-95Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 96-97Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 98-99Spécial France numéro 3 jui/aoû/sep 2011 Page 100