Spécial Bleus n°1 jan/fév 2014
Spécial Bleus n°1 jan/fév 2014
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°1 de jan/fév 2014

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 24,4 Mo

  • Dans ce numéro : les défis du Mondial... les Bleus en position d'outsider dans un groupe à leur portée.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Coup d’envoi EDITO Garder l’esprit du SDF Michel Hid Bleus en Suisse, Equateur et Honduras. Franchement, vue la répartition des équipes avant le tirage au sort de la phase poule de la Coupe du Monde, on pouvait difficilement espérer mieux même si rien n’est fait et qu’il faudra jouer les matcshs à fond face à des adversaires ultra motivés qui n’auront rien à perdre. Et du coup, alors que nous étions pratiquement condamnés à rester chez nous au soir du O-2 en Ukraine, nous voilà promis aux huitièmes de finale. Voir même mieux. Car le premier de ce groupe largement à notre portée affrontera le deuxième d’un groupe composé de l’Argentine, le Nigéria, la Bosnie et l’Iran. De belles promesses se sont affichées sur le tableau de la FIFA à Costa do Sauípe le 6 décembre dernier. « Un tirage chanceux » ne cache pas Michel Hidalgo, notre consultant de lu (voir SOMMAIRE 4. DOSSIER 6. ITV : M. SAKHO 8. ITV : D. DESCHAMPS 9. LES BLEUS EN TRANSIT 10. TIRAGE AU SORT 12. POSTER CADEAU ITV ci-contre), qui voit les Bleus en quart de finale. La chance, il faut savoir la provoquer. C’est ce que Sakho et ses copains ont su faire le 19 novembre au Stade de France en renversant une situation très compliquée devant l’Ukraine. Cette hargne, cette rage qui habitaient les Bleus ce jour-là, elles peuvent les mener loin. Et ne nous interdit aucun rêve. Car le talent, il est naturel chez la majorité de nos Tricolores, qui jouent dans les plus grandes équipes européennes. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, saluons l’arrivée de Le Foot Spécial Bleus, un magazine Lafont presse entièrement dédié aux Bleus et à la coupe du Monde au Brésil. Oui, nous allons être des supporters inconditionnels de l’équipe de France ! Et alors ? Ca dérange qui ? Allez les Bleus ! Stéphane Désenclos Rédacteur en chef 14. LE BARÔMETRE DES BLEUS 16. LES ACTUS DES BLEUS 20. LES INSOLITES 22. PROLONGATION 24. ENQUÊTE, Prochain Sépcial Bleus le 21 février 2014 Sélectionneur de l’équipe de France lors de la Coupe du Monde 1982 (1/2 finaliste) et le Championnat d’Europe 1984 (vainqueur), Michel Hidalgo sait comment vit un groupe à l’approche d’une grande compétition internationale. Après le tirage au sort celui qui reste un observateur avisé du monde du foot, et des Bleus en particulier, revient pour Spécial Bleus sur toute l’actualité de l’équipe de France. Revenons rapidement sur la qualification face à l’Ukraine. Avant le match, vous y croyiez dur comme fer… Oui. Je faisais partie de ceux qui y croyaient. J’étais certain que nous avions au moins la capacité de revenir à 2-2 sur l’ensemble des deux matchs.Et après, tout pouvait arriver... Aujourd’hui, vous pensez que ce match peut provoquer le déclic et servir de référence, notamment en vue de la Coupe du Monde ? Servir de déclic, je ne sais pas. Mais n’oublions quand même pas que ce n’était que l’Ukraine. Pas une grosse équipe. On a joué deux matchs en l’espace de quelques jours contre eux. On a raté le match aller et fait un très bon match au retour au Stade de France. Ils n’étaient que 10 pendant pratiquement toute la deuxième période, jouaient à l’extérieur… Ce barrage nous prouve une chose, c’est que nous ne sommes pas sûrs de notre coup. Pas sûr de faire toujours des bons matchs… Ce n’était que l’Ukraine, pas une grosse équipe... Ce barrage nous prouve une chose : on n’est jamais sûr de notre coup, de faire un bon match... » Dans cette optique, le tirage au sort de la phase de poule nous aide bien… Il est clair que l’on peut parler de tirage chanceux. Même si ce ne sera pas pour autant une promenade de santé au Brésil lors du premier tour. Oui, la phrase du moment, c’est : un tirage chanceux ! … Nous sommes favoris de ce groupe, face à des 02- n°1 Spécial Bleus
algo : « Je vois les quart de finale » adversaires largement à notre portée. Le plus solide, c’est la Suisse, qui n’arrive jamais à nous battre. L’Equateur aura beaucoup de mal à réitérer ses performances des qualifications, en jouant ses matchs au niveau de la mer. Quand au Honduras, c’est une des équipes les moins bien classée des trente-deux qualifiées (ndlr : elle occupe le 41 ème rang mondial et devance l’Iran, le Japon, le Cameroun, la République de Corée et l’Australie). De ce côté là, on ne pouvait espérer mieux. Huitième nation mondiale, la Suisse n’est-elle pas surcotée ? Je ne connais pas assez cette équipe pour vous dire si elle est surcotée ou non, mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a du talent. Maintenant, je le répète, le favori pour terminer en tête, c’est la France. Les Suisses ont beaucoup progressé, mais la France actuelle, celle que nous avons vu contre l’Ukraine au match retour notamment, est favorite dans ce groupe. Vous ne partagez pas l’avis de Zidane qui aurait préféré avoir des gros clients dès le premier tour pour rentrer tout de suite dans le bain ? Non. Ce groupe doit nous permettre de terminer en tête et d’éviter une grosse équipe en huitièmes de finale, ce qui est très important pour la suite de la compétition. Nous pouvons aussi espérer être qualifiés après les deux premiers matchs (ndlr : en battant le Honduras et la Suisse, la France pourrait même être certaine de Sur sa valeur actuelle, la France mérite les quarts de finale. Mais ce ne sera pas une promenade de santé » terminer première), ce qui permettra à Didier Deschamps de mettre des joueurs au repos. C’est très important. Vous pensez que les Bleus peuvent aller loin au Brésil ? Je les vois en quart de finale sans trop de problème. Après, ça dépend de beaucoup de choses, notamment de l’adversaire. Déjà, en quart de finale, l’équipe de France sera à sa place. Après, tout peut arriver. Et vos favoris pour la compétition ? On va retrouver toutes les grosses nations, comme l’Espagne, l’Argentine, l’Allemagne… Mais n’oublions pas que la compétition a lieu au Brésil. Les Brésiliens seront au rendez-vous. Maintenant que le tirage est fait, quel est le principal travail du sélectionneur ? Se préparer le mieux possible, notamment en cherchant des adversaires qui se rapprochent des équipes que nous affronterons au Mondial. Pour la Suisse, cela ne devrait pas être trop dur… Et commencer à réfléchir à liste des 23… A votre époque, les joueurs jouaient tous en France (excepté Platini qui était parti à la Juventus), c’était plus simple pour les superviser ? Qu’ils jouent en France ou à l’étranger, ce n’est pas le plus important aujourd’hui. Didier Deschamps connaît bien son groupe. Ça fait 7 ou 8 matchs qu’il fait pratiquement avec les mêmes joueurs. Il connaît parfaitement les internationaux et sait donc où il va. Ce qui veut dire que ceux qui ont qualifié les Bleus iront au Brésil ? La grande majorité, oui. Il y aura peut-être deux ou trois petites retouches, mais pas plus… Vous pensez à Thauvin ? Notamment, oui. Lui, avec son habilité, sa qualité technique, sa vitesse, il va aller au Brésil. Je ne vois pas comment Deschamps pourrait s’en passer. Ce qui aurait pour effet de rajeunir encore cette équipe, ce n’est pas dangereux ? Mais la jeunesse est une force ! L’expérience, c’est bien, mais quand vous avez des jeunes qui commencent à avoir de l’expérience, pour certains en jouant dans des grands clubs étrangers, c’est bien aussi. Pour terminer, quel est le plus grand danger pour l’équipe de France ? Perdre des joueurs majeurs sur blessure. Si Franc Ribéry se blesse par exemple, on est mal. Propos recueillis par Stéphane Désenclos Il n’y aura que deux ou trois retouches dans le groupe. Le Marseillais Thauvin ira au Brésil. Sa qualité technique, sa vitesse... Deschamps ne peut pas ne pas l’emmener. » Spécial Bleus n°1 - 03



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :