Senior SSM n°11 fév à sep 2016
Senior SSM n°11 fév à sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de fév à sep 2016

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Caméléon Média

  • Format : (235 x 274) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 20,9 Mo

  • Dans ce numéro : le sport contre l'hypertension.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
VICTORIA RAVVA, JEUNE w. e RETRAITEE DU VOLLEY-BALL sore-patmere DÉCEMBRE 2015 À 40 ans, ta joueuse de volley-ball du club de Cannes, Victoria RAVVA vient tout juste de prendre sa retraite. Une Longévité remarquable pour un sport traumatisant. Son corps gardera les stigmates de ces années de sport à haut niveau. SantéSportMagazine e rencontré V" ictoria RAVVA est une joueuse de volleybal ! géorgienne. Née le 31 octobre 1975 en ex-URSS, elle a grandi au coeur du régime communiste. Sa famille, amoureuse de volley-ball, fui a transmis la passion pour ce sport. Passée par des clubs en Ukraine et en Azerbaidjan, elle pose finalement ses valises en France, en 1995, à 20 ans. Fidèle au Racing Club de Cannes depuis son arrivée en France, elle remportera de très nombreux titres. Nationalisée française, elfe portera les couleurs bleu, blanc et rouge entre 2004 et 2007. En 2006, elle s'autorise un break dans sa carrière pour avoir un enfant. Elle en aura finalement deux. Elle accouchera de jumelles, Nina et Kallista, te 31 octobre 2006. Très vite, elfe reprendra le sport et reviendra, après beaucoup d'efforts, au plus haut niveau, En 2015, Victoria annonce sa retraite. A 40 ans, elle aura été un exempte de longévité dans un sport où les trentenaires sont souvent déjà vieux. Mais cette carrière longue et ses sacrifices sportifs auront eu un impact sur sa santé. Son corps risque de lui rappeler, assez souvent, cette incroyable joueuse. PROPOS RECUEILLIS PAR GAÉTAN LEFEVRE. w les traumatismes d'une carrière de volley-ball à haut niveau. Vous venez tout juste, il y a quelques mois, de prendre votre retraite. À 40 ans ! Ce n'est pas courant dans l'univers du volley Je pense, effectivement, que j'ai beaucoup prolongé ma carrière. Je vais avoir quarante ans dans une semaine. Peu de joueurs ou joueuses jouent jusqu'à cet âge-là. Je suis très fière mais, physiquement, ce n'était pas facile du tout. Généralement, les sportifs arrêtent avant 40 ans car leur corps ne tient plus, l'envie manque ou leur vie change, tout simplement. La cause la plus récurrente des départs à la retraite reste toutefois les blessures. Aujourd'hui, la moyenne d'âge d'arrêt du sport à haut niveau est repoussée. Elle se situe, généralement, entre 30 et 35 ans. Justement, pour tenir tant d'années au plus haut niveau, la préparation physique a dû être un élément important de votre carrière de volleyeuse ? VICTORIA RAVVA EST UN EXEMPLE DE LONGÉVITÉ DANS LE VOLLEY-BALL. UN SPORT OU LES TRENTENAIRES SONT DÉJÀ VIEUX.
En volley-ball, la cause la plus récurrente des départs à la retraite reste les blessures. Complètement oui ! Et, plus on est âgé, plus on en a besoin. Techniquement, on maîtrise mieux ses gestes. Physiquement, c'est un autre problème. On souffre plus. Mes sept-huit dernières années, je ne jouais plus dans l'équipe nationale. Malgré cela, je ne me permettais pas d'arrêter trop longtemps de jouer. Jamais plus d'un mois. Et je reprenais toujours par une préparation physique intense et réfléchie. A 40 ans, si l'on veut évoluer au plus haut niveau et tenir toute la saison, il faut être prêt physiquement, pour ne pas se blesser mais aussi pour pouvoir concurrencer les jeunes joueuses. Comment se déroulait votre travail de RPG (préparation physique générale] au sein du club ? Au RC Cannes, le travail de PPG en début de saison pouvait occuper les deux tiers de notre temps. Ensuite, on passait 50% du temps à se préparer physiquement et 50% à travailler le jeu. Enfin, lors des phases de compétition, la PPG disparaissait au profit du travail purement technique, des entraînements classiques et de la récupération. En fin de saison, dans les périodes où les matchs sont plus rares, on réintégrait La préparation physique. Pour exemple, voici une semaine banale d'entraînement en début de saison Le Lundi musculation le matin et volley-ball l'après-midi ; le mardi, entraînement de volley-ball en intégrant des séances d'athlétisme c'est-à-dire des déplacements, des courses, de la vitesse ; te mercredi, un seul entraînement de volley avec du travail physique en fin de la séance, il s'agit généralement d'un mélange de travail physique et technique avec des medecine balls ou d'autres matériels ; le jeudi, de nouveau musculation et volley-ball. Enfin, si Le match est important le samedi, certaines joueuses vont uniquement toucher du ballon le vendredi, mais d'autres peuvent très bien avoir une séance de préparation physique en plus. De manière générale, notre travail de préparation physique est global. On travaille tout le corps, le haut et le bas, l'équilibre, avec ou sans charges, avec ou sans vitesse, etc. Je viens d'un pays communiste dont le système n'est pas le même. Les compétitions de volley-ball se déroulaient sur un mois. On se préparait donc comme on se prépare pour des championnats du monde. Pendant quelques jours, [entraînement se se basait uniquement sur une grosse phase de préparation. Puis, le travail physique était mis de côté et l'on pratiquait uniquement du volley-ball. Dans le championnat en France, toute l'année, on est obligé de DÉCEMBRE 2015 sertesputrneqacre



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :