Senior SSM n°10 mar à sep 2015
Senior SSM n°10 mar à sep 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de mar à sep 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Caméléon Média

  • Format : (229 x 265) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : le senior peut-il garder ses muscles ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
ALIMENTAI-1 ON I es principaux facte..lrr, négatifs's-nt les suivants icf. tableau 21 * Les bois sMnsalcoulisàres1 : â partir d'une consommaton d'uerire de boisson aEcoo4ls a par lotir en moyenne, le ri=_gJe du cancer co[oreclal,du sein, du foie, de]'oesophage de ta bouche, du pharynx et du larynx augmente" Lea viandesrntuge s et charsnrteries"Y ; le -consommation excessive de viande rouge ($us de SOU g par semaine) et LIe &:hercuteries Eptus de 50 g par jour] augrnel.te te risque de cancer du côlon et d{L rectum. * Le surpoids et i'obslttt'.2 - ers Fral>'ce, les chiffres i:idig,jerit que le surpoids et L'ob iisité sont responsables chaque ann800 d'environ 2300 cfeci ss par car.cer. Le surcharge poi+dénote augmente le risque de eatncer du sein, du pei crées, dit c510rl-rectum. du rein, de l'endomètre et de l'insophage. He,LIreusertwu I, l'alimentation possede des facteurs pre ecteurs !'dont les principaux sont tes suivants [ct. tab ? eau 11 : * La consommation de fruits et légumes'.'leur con somma-1on semble protectrice pour tes cancers des voies ar ro-dige51ives supérieures #cavité buccale, pharynx, larynx. de I"cesaohege, det estomac et du poumon. Elle apporte également, ainsi que lev produits cL'rrü¢tiers cemptels et les teuumirl2uses, une large part de fibres qui contribuent ârr}duire le risque de développer un cancer calurectal. ▪ Les produits laitiers' : consommés saris excs, ils contribuant a. réduire le risque de cancers coL4rectaux. * La consommation d'aliments â faibtedensité énergétique{.'Il4gLimes et fruits], comrr, I ar.11aik I_r, ri : je régulière, réduit le risque do surpoids et d'o#}ësitÿ. Suu mes : 1- WorLd Came Research Fu n 61/5i-rrI er ca n Instetu Ie Par Cancer Resaa r € h. Poticy and action iar cancer prevention. Food, n JtFJt+on, and priySlca= â € 11'Jlllw : a gtobs l per,-,pev Lrfü., 41'M R, l4'ashrr gLan 13C, 2 UU9, 168 p.prwanibtesu v,vrw, rapportai.mQ21 Ialion4Lcan car, Ir 2- iJuLril cn et pré,wuLrti, des rancels, F hes eres UyCd, 2 D Parole d'expert : alimentation et cancer M Patte _AI INCI41ARI EL, directrice de recherche INRA'et coordinatrice du réseau NACRe'*, explique que l'alimentation loue un reile ambivalent selon nos habitudes. Etc peul avoir un rate W ;s. F.NtH'a 1'tru etét re sur notre santé. _es ^ttt-r de nos hafb:tirdes alimentaires saurrl:irp,rp4 ci le cancer se loin'r S5 r1:r sur le long terme ; nous parlons de déco i iiec" En effet, les cancers sont des maladies qui se develupperll pel'dalt de nombreuses années avant diagnostiquées. Pour tes uonir, prr, il faut eel : i)nslirliiir I : il oui longrl, : - Pourquoi tes lru11s et Liigumes sont-Ils de forts alliés centre te cancer _e5 fruitse, Légumes 541= des aliments ; ras intéressants qui agissent sur taule une panoplie de voies biologiques" Lis Limitent] oxydation cellulaire.freinent la muloplication cellulaire, améliorent t'expfession des gares, facilitent le transit listait+rial, favoriser ! la détoxication de produits chimiques... L'effet majeur des Frui's et légurrles en prévention vient de leurs prop : Dites anti oxydantes naturelles. Consommer 400 g de fruits Cl légumes par jour soit CF Irtiits et lé..}urries parjour selon te Pon notionaLnurrition santè IPNr'lS.r**1 est'a quantité minirrale que Il{FUS ileyfi) ri tri ii IL3#r, iii ili,iall frais, surgelé ; ou en conserve. Quel comportement alimentaire devrait itre adopté p-endsnt et après un cancer Le timentalion joue un râle moteur pendant sanr6iuuiIrrtia.4azhne bidM : tlh et epfes ta : riaiadie. Lalin-entation sera importante dans différentes étapes de tarnatadie pour : emp cher urne dénutri ion dans le cas des cancerde la sphere digestive principalement ; lutter contre one paie de poids lice au traitement qui serait une perte dec.flanit ; e pour cogitante Id lutait+e, Les traitements du cancer du sein comme l'licrrriLrlotllérepie peuvent saCcorripagrier d'une prrsc de polds chez les patientes. Or, cotte surcharge pondérale peut étre prelematirliie car elle peut Ilmiler les chances de guérison, augmenter Le risque de récidive atténuer les symptnmes Lies au traitement, comme les problèmes digestifs dus e la chimiotherapEe réduire te risque de second cancer er Limitant te surpoids Ivre une alimentation equilibree 2t diversifiée et Lne activité physique régulière] et en réduisent le cor-sommation ci elccol qui, caps l'organisrne, est transformé er une substance cancé,og'ne qui s'attaque é notre ADN. Que penser du rôle des antioxydants sur te cancer le r Fir dei, ; 31arits est : iri ; },. fop}trimésr.aturellemenl par I consommation de fruits et de idoines. Leurs effets. sir] positifs it favorisent ta prévention" Toutefois, ! ors d'un traitement anticancéreuxlchimioth&Tapie), il Faut faire attention 4 unerl telle tendance qui consiste en l'automédication de compléments alimentaires 4.4 entitexicités, Ils sont disponibles saris ordonnance et les patients croient que laieductIort de la toxicité sera bénéfique. Une erreur car la toxicité du traitement est un « mal rëcessaire » pour détruire les cellule : Lancé'fuses, IL faut, dans ce cas, plutôt se timitor aux antioxydants naturels apportés par l'alimentation equilih oe 8t diverSifiie, En réaum. que dolt-en faire peur aider son corps 3 rester en farine ? Il est important de garder en mémoire trois facteurs importants : avoir L{le alimertation équilibrée et diversifiée, pratiquer une activité physique régulière et limiter sa consommation d`alcool*x*" Chacun choisira de rééquilibrer un facteur en particulier. salon son style de vie et ses eawies. Ce trio, applique régidii&err,er,t, tout au Lang de la vie, aide l'organisme â reste. en forme en limitant les ecès et en lui appo-taiF (tous les éléments nécessaires. Instiiu. na'.iona : dc Le r27 h erche agronar,lque IC_C _Lu tV, ; CRe uni Ls R6,euu lietiuna.I ald trente Liao cari : er recherche. Pt.'d'in fc ruai ant dupon ib1e s 1U r Lea sites Lw our L'.. wwIw.irira Prlracre KsV.mangerbauger fr www.u1cuuL-oru-5e, vite fi
Pas sans la recherche et pas sans vous 10 Fondation ARC, reconnue d'iihiroé publique, est la première fondation française 100% didiée 6 la recherche sur le cancer, Notre mission : déployer une stratégie scientifique innovante qui bénéficie directement aux patients. Nos actions : identifier, sélectionner et meure en oeuvre, en France el â l'international, les meilleurs projets de recherche. Notre objectif ; accélérer l'histoire et guérir 2 cancers sur 3 d'ici 10 ans. Réduisez votre Impôt sur le Revenu â hauteur de 66% de votre don. Réduisez votre ISF â hauteur de 75% de votre don. Faites un don en ligne la Fondation ARC vu envayaz vcrc cn6quc Fondoriori ARC- 90003 -94803 VIIIEJJIF CFDFY weon,fanâatron-arcorg FONDATION ARC POLIR LA RECHERCHE suz LECANCER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :