Santé Médecine douce n°4 jui/aoû 2013
Santé Médecine douce n°4 jui/aoû 2013
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°4 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 89,6 Mo

  • Dans ce numéro : ce qui marche vraiment... l'homéopathie de A à Z.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
Bien-être Global Alimentation & santé PÉVENTION DU SURPOIDS La pistache réhabilitée ! C’est une surprise de taille ! De nouvelles données scientifiques confirment les bienfaits sur la santé de la pistache qui possède des vertus anti-oxydantes et bénéfiques en termes de prévention des problèmes d’obésité. Ce ne sont pas les informations qui manquent sur les bienfaits d’une consommation quotidienne de pistaches. De nouvelles études sur les bénéfices santé de la pistache ont récemment été publiées dans la revue américaine Nutrition. Les vertus des fruits à coque Le premier article, publié fin 2012, fait le point des résultats d’une étude mettant en évidence les vertus des fruits à coque, pistaches incluses, en termes de prévention des problèmes d’obésité, entre autres bienfaits sur la santé. Le second, paru en janvier 2013, confirme que les pistaches libèrent des antioxydants et polyphénols durant la digestion. La première étude a été menée à l’Institut de biochimie et nutrition de l’université de Hohenheim, à Stuttgart en Allemagne, et au Département des sciences alimentaires, de la nutrition et des technologies de l’université de Nairobi, au Kenya, sous la direction du docteur Vellingiri Vadivel. Les chercheurs indiquent qu’une consommation régulière de fruits à coque peut diminuer le risque d’obésité chez les sujets sains. ils confirment que la consommation quotidienne de 30 à 50 g de ces fruits à coque, dont la pistache, permet d’obtenir des résultats bénéfiques sur la santé, notamment une réduction du risque de maladies cardiaques et d’oxydation prématurée des cellules. Et ce sans prendre de poids. Une forte teneur en antioxydants PHOTOS.COM La seconde étude souligne la forte teneur en antioxydants de la pistache. Ces antioxydants, semblables à ceux contenus dans les fruits et légumes, sont libérés pendant la digestion. Ils peuvent ainsi être absorbés par l’organisme pour délivrer tous leurs bienfaits. Les résultats de cette étude ont été présentés en 2012 à l’occasion de la conférence de l’American Society of Nutrition de San Diego. L’étude a été menée par le groupe Model Gut à l’Institute of Food Research (IFR) du Royaume-Uni, en association avec l’université de Messine, en Italie. Elle a permis de quantifier la teneur de la pistache en polyphénols (catéchines), caroténoïdes (bêta-carotène, lutéine et zéaxanthine) et gamma-tocophérols (vitamine E), tous d’excellents antioxydants. Les travaux ont été financés par American Pistachio Growers, une association professionnelle à but non lucratif qui finance la recherche émergente sur les fruits à coque. Un en-cas idéal dans le cadre d’un régime ! Savoureuse et source de 15 nutriments essentiels, dont des antioxydants, fibres et protéines végétales, la pistache est un en-cas idéal. Ses antioxydants protègent nos cellules contre le vieillissement prématuré provoqué par les radicaux libres naturellement produits par notre organisme. Les radicaux libres s’attaquent aux cellules saines et les oxydent, les affaiblissant. Les antioxydants, tels que la vitamine E et les caroténoïdes, notamment le bêta-carotène et la lutéine, aident à lutter contre ces attaques. La pistache contient des gamma-tocophérols (de la famille de la vitamine E), de la lutéine/zéaxanthine et du bêta-carotène (caroténoïdes). Comme le démontrent les études de l’université de l’Etat de Pennsylvanie, sa consommation augmente la concentration de ces antioxydants dans le sang, dont on sait qu’ils réduisent le taux de mauvais cholestérol oxydé. Les pistaches sont donc un en-cas naturellement exempt de cholestérol. Une portion ne contient que 1,5 g de graisses saturées et 13 g de lipides, majoritairement composés d’acides gras monoinsaturés et polyinsaturés. Une portion de 28,5 g de pistaches contient environ 49 noix, soit plus que n’importe quelle portion d’autres fruits à coque. Une portion contient davantage de potassium (300 mg, 8%) qu’une orange (250 mg, 7%), ce qui en fait une collation de choix ou un ingrédient idéal à incorporer à un régime. Bref, toutes celles qui se refusaient d’en consommer pour cause de kilos en trop peuvent désormais réintégrer les pistaches dans leur alimentation, à condition de respecter de petites quantités et surtout de les manger au naturel, sans adjonction de gras et de sel ! n V.L. Pour en savoir plus www.americanpistachios.fr 66. Santé médecine douce



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 1Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 2-3Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 4-5Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 6-7Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 8-9Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 10-11Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 12-13Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 14-15Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 16-17Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 18-19Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 20-21Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 22-23Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 24-25Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 26-27Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 28-29Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 30-31Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 32-33Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 34-35Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 36-37Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 38-39Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 40-41Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 42-43Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 44-45Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 46-47Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 48-49Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 50-51Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 52-53Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 54-55Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 56-57Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 58-59Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 60-61Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 62-63Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 64-65Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 66-67Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 68