Santé Médecine douce n°4 jui/aoû 2013
Santé Médecine douce n°4 jui/aoû 2013
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°4 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 89,6 Mo

  • Dans ce numéro : ce qui marche vraiment... l'homéopathie de A à Z.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Santé Douce Arrêter de fumer Malheureusement, la volonté ne suffit pas pour arrêter de fumer, sauf dans de trop rares cas. Aucune étude n’est venue conforter le fait que l’hypnose ait une efficacité du moins d’un point de vue scientifique. Pourtant, il est certain que des fumeurs motivés ont arrêté avec cette méthode. La plupart témoigne du fait qu’en fin de traitement, ils ont toujours a priori envie de fumer, mais sont pris d’une envie de vomir qui les empêchent de passer à l’acte. Un résultat évidemment efficace, placebo ou pas. Le principal est finalement le résultat. 4 L’acupuncture l’aspect économique intervient aussi souvent avec une dépense qui pénalise le budget, mais elle est rarement suffisante. Solange, une jolie femme toute en séduction, avoue que c’est lors d’une soirée qu’elle a reçu un électrochoc face à la confidence d’un beau jeune homme : « Comment une aussi jolie femme que vous peut-elle se laisser aller à sentir mauvais par simple amour du tabac ? ». Une phrase pour le moins osée mais qui a fait son œuvre et entraîné le déclic salutaire. Les médecins ne peuvent pas non plus tout expliquer. Ainsi, s’ils savent que fumer déclenche une addiction qui peut être sans cesse réactivée dans le temps, il est vrai que certaines personnes parviennent à décrocher bien plus aisément que d’autres, alors que leur consommation est tout à fait identique. Si l’on veut tenter l’aventure pourquoi pas ? Mais autant prévenir son entourage car l’énervement, parfois une certaine agressivité, risquent de voir le jour. Il est aussi important de mettre en place une stratégie alimentaire afin de ne pas prendre trop de poids. 2 Les substituts nicotiniques Que ce soit sous la forme de patchs ou de médicaments, les médecins recommandent généralement ce type de solutions qui doit être bien entendu être contrôlé médicalement. Cela évite de mettre l’organisme en situation de manque, surtout pour les fumeurs de longue date. Ils permettent notamment de réduire les symptômes de nervosité, voire d’angoisse ou dépression. Il y a aussi un aspect de régulation de l’appétit. Mais il n’y a pas que les solutions de ce type, des techniques alternatives et plus naturelles existent et fonctionnent également. PHOTOS.COM PHOTOS.COM 3 L’hypnose Les médecins sont assez sceptiques sur les résultats de cette méthode, qui revient pourtant en force. Cela se passe généralement en trois séances, mais l’efficacité pour certains patients est possible après un seul rendez-vous. Il ne s’agit pas d’une hypnose qui fait perdre conscience au patient. Au contraire, il participe et se trouve plutôt dans un état hypnotique. Il répond à des questions sur ses habitudes tabagiques, l’objectif étant de le mener vers un certain dégoût. Certains apprennent aussi à se gérer ensuite via l’autohypnose. PHOTOS.COM L’acupuncture, l’acupression (pression des mains), les rayons laser à faible dose sont des traitements assez courants. Ici encore, les études réalisées n’ont pas pu prouver l’efficacité de ces méthodes. A priori, il semble que si l’effet ne dure pas pour la plupart des patients, l’acupuncture apporte plutôt une aide au niveau du sevrage et permet de mieux supporter les symptômes de manque. Chez certains patients, le fait de se faire assister via ce type de méthode est une véritable solution qui leur permet de tenir dans le temps et finalement d’arrêter parfois de façon définitive. Il ne faut pas oublier que l’arrêt est matière hautement psychologique et que ce qui donne de bons résultats n’est pas forcément d’une logique absolue, a fortiori pour des esprits scientifiques. 5 L’auriculothérapie Il s’agit d’une forme particulière d’acupuncture qui utilise l’oreille externe. Cette pratique d’origine chinoise met en avant le fait que l’on retrouve sur PHOTOS.COM 64. Santé médecine douce
Il faut mettre en place des stratégies d’évitement, de remplacement pour parvenir à une véritable abstinence. l’oreille la forme d’un homme à l’envers (ou plutôt d’un fœtus inversé). La stimulation par aiguille a pour but de transmettre des informations au cerveau, pour diminuer la douleur provoquée par le manque de nicotine. Il y a donc action sur les symptômes et les séances sont particulièrement recommandées dans le mois qui suit le sevrage 6 La thérapie cognitivocomportementale Les consultations de tabacologie sont basées sur ce type de méthodes. Cognitive, car le thérapeute se doit de comprendre la personnalité du patient, la façon dont il considère la cigarette, amie ou ennemie, ce qui l’a mené à venir consulter. Comportementale, car il faut connaître les habitudes de consommation des cigarettes, la fréquence, les moments concernés, l’importance du stress, etc. Les études menées scientifiquement prouvent que les séances sont efficaces et augmentent les chances de réussite de l’arrêt de 50%, un pourcentage intéressant. Le patient apprend à mettre en place des stratégies d’évitement, de remplacement pour parvenir à une véritable abstinence. Le thérapeute tente aussi d’agir sur la valorisation de ses efforts, en mettant notamment l’accent sur la meilleure qualité de vie, afin d’augmenter la confiance en soi dans le temps. Il est prouvé que les personnes qui pensent avoir en elles les ressources nécessaires pour parvenir à l’arrêt définitif, à tort ou à raison, y parviennent mieux que celles qui doutent de leur capacité à atteindre le but. La personnalité joue donc un rôle évident, ainsi que le renforcement de la confiance, via les interventions du thérapeute. 7 L’appli stop-tabac Il est bien normal qu’internet pointe le bout de son nez dans la lutte antitabac. Des applications « stop tabac » sont téléchargeables et offrent une série de services. Il s’agit d’une assistance complémentaire, rien de plus mais cela peut s’avérer utile. Une série d’informations est à insérer dans l’application. On peut ainsi suivre le nombre de jours sans tabac, le nombre de cigarettes non fumées, les minutes PHOTOS.COM de vie gagnées, l’argent économisé. Au fil du temps, l’appli fournit des récompenses virtuelles. On peut aussi se faire plaisir en dépensant la cagnotte et en informant l’application. Des icones sont aussi disponibles permettant de donner son humeur à un moment donné. Le « Ça ne va pas » va provoquer l’arrivée de conseils, sous forme d’encouragements, d’astuces ou proposer un exercice de relaxation. On peut aussi se rediriger vers une autre appli pour se concentrer sur autre chose comme Facebook ou appeler un copain (nonfumeur !). Il existe également des programmes qui relancent par courriels ou des aides de coaching par téléphone. 8 L’arrêt progressif La méthode peut être naturelle ou non en fonction de l’individu. Il s’agit en fait de s’arrêter par paliers et non pas soudainement. On commence par arrêter les cigarettes dont on a le moins besoin, en se donnant un objectif de réduction à la semaine ou à la quinzaine. PHOTOS.COM PHOTOS.COM PHOTOS.COM PHOTOS.COM Il faut aussi systématiquement se poser la question « en ai-je vraiment besoin ? » en prenant la cigarette, et ne pas hésiter à la remettre dans le paquet si la réponse est non. Si la réponse est oui, se donner un délai avant de l’allumer : 5 à 10 minutes. Autre « truc », ne pas fumer la cigarette en entier et ne remplir son paquet que du nombre de cigarettes quotidiennes que l’on s’autorise. Cela peut prendre plusieurs mois avant d’arrêter définitivement. Certaines personnes parviennent aussi à continuer à fumer de 3 à 5 cigarettes par jour, ce qui est déjà un progrès notable. En dépit des difficultés que représente l’arrêt du tabac, il faut savoir qu’environ la moitié des fumeurs parvient à s’arrêter, à la première ou à la cinquième tentative, peu importe, mais le succès est au rendez-vous. Cela vaut donc la peine de persévérer. n A.F. À LIRE « La méthode simple illustrée pour en finir avec la cigarette » par Allen Carr, Editions Pocket, 168 pages, 8,40 €. Santé médecine douce. 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 1Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 2-3Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 4-5Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 6-7Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 8-9Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 10-11Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 12-13Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 14-15Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 16-17Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 18-19Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 20-21Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 22-23Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 24-25Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 26-27Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 28-29Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 30-31Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 32-33Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 34-35Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 36-37Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 38-39Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 40-41Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 42-43Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 44-45Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 46-47Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 48-49Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 50-51Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 52-53Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 54-55Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 56-57Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 58-59Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 60-61Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 62-63Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 64-65Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 66-67Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 68