Santé Médecine douce n°4 jui/aoû 2013
Santé Médecine douce n°4 jui/aoû 2013
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°4 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 89,6 Mo

  • Dans ce numéro : ce qui marche vraiment... l'homéopathie de A à Z.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Santé Bio Nature PHOTOS : D.R. Idéal dans les préparations salées ou sucrées, il ajoute une touche de fondant aux salades, clafoutis et tartes. Comme tous les aliments au soja, le tofu ne contient pas de cholestérol et est particulièrement riche en protéines végétales. Il s’intègre donc parfaitement dans une alimentation équilibrée et peut même aider à rééquilibrer notre assiette quotidienne. Une vraie source de bienfaits Un bon équilibre alimentaire intègre environ 50% de protéines d’origine animale et 50% de protéines végétales. Consommer du soja est donc un bon moyen de parvenir à cet équilibre. De plus, sachez que le soja est parfait pour le bon fonctionnement cardiovasculaire, puisqu’il ne contient pas du tout de cholestérol. Enfin, 100% végétal, riche en protéines et pauvre en lipides, les aliments au soja sont des alliés incontournables pour tous ceux qui font attention à leur ligne ! Est-il recommandé pour les femmes ? La consommation de 30 grammes de protéines de soja par jour permet d’abaisser le taux de cholestérol circulant ! Oui, nous vous le confirmons ! Le soja contient des molécules appelées isoflavones ou phyto-estrogènes. Concrètement, ce sont des molécules capables « d’imiter », dans une moindre mesure, l’activité des estrogènes, ces hormones bien connues des femmes. Les études actuellement disponibles sont prometteuses, notamment en ce qui concerne le confort des femmes pendant la ménopause. Sachez également que la consommation de soja est largement étudiée dans le cadre de la prévention de cancers hormono-dépendants et notamment le cancer du sein. De nombreuses études ont démontré que chez les asiatiques, les phyto-estrogènes contenus dans le soja jouent un rôle protecteur. En ce qui concerne les femmes occidentales, les données disponibles à l’heure actuelle sont encourageantes, mais pas encore suffisantes pour conclure aux mêmes effets protecteurs. N’hésitez donc plus à consommer du soja tous les jours ! C’est bon pour votre santé et celle de vos enfants à partir de 3 ans. Les aliments au soja sont aujourd’hui très nombreux dans les rayons et savent s’adapter à toutes nos envies. Alors, vive le soja ! ■ V.L. Source et photos : www.sojaxa.com Facile & gourmand Depuis 18 ans, Sojasun a développé un savoir-faire véritable dans l’élaboration des produits frais à base de soja. Aujourd’hui, la marque va plus loin en sortant un livret de 30 recettes inédites et faciles, concoctées avec du soja et imaginées par le célèbre Chef Alain Passard. Pour recevoir gratuitement ce livret de recettes « Le Soja, facile et gourmand », il suffit de le demander par écrit à : Sojasun, Livret de recettes Sojasun, 2 rue Julien Neveu, BP 93106, 35531 Noyal sur Vilaine. www.sojasun.com 56. Santé médecine douce
Santé Femmes Equilibre A chaque âge… ses carences PHOTO : PHOTOS.COM Selon le ministère de la Santé, la nutrition est l’un des facteurs majeurs contribuant à la survenue de diverses pathologies. Elle n’est pas l’unique cause de ces pathologies, mais en constitue un facteur favorisant, essentiel parmi d’autres facteurs d’environnement ou génétique. C’est un élément sur lequel il est possible d’intervenir. Cependant, si la nutrition représente un facteur de risque, paradoxalement, elle peut aussi être un synonyme de protection. Et si nous parlions des carences dues à une alimentation insuffisamment équilibrée ? Les grandes carences alimentaires, qui persistent dans de très nombreux pays en développement, conduisent à des malnutritions. Ces tableaux cliniques, sévères dont les images ont été largement médiatisées, ont, hors cas très particuliers, disparu en France et dans les pays industrialisés. En France, persistent les cas d’anorexie sévères, de maltraitances à l’enfant et les grandes dénutritions de personnes âgées. La relation entre nutrition et santé est maintenant, dans nos sociétés industrialisées, d’une nature différente. Il s’agit le plus souvent d’excès, les carences ne concernant que des groupes particuliers (personnes âgées en institution, populations en situation de grande précarité, par exemple). L’alimentation et l’état nutritionnel qui en résulte participent de façon majeure à la survenue des maladies les plus répandues. De nombreux facteurs influencent l’apparition des principales pathologies qui touchent les Français (maladies cardiovasculaires, cancers, obésité, diabète, ostéoporose…). Ils sont d’ordre génétique, et liés à l’environnement et au mode de vie : tabagisme, alcoolisme, insuffisance d’exercice physique… Parmi ces facteurs, il est aujourd’hui bien établi que l’alimentation joue un rôle essentiel. Ce point est d’autant plus important que l’alimentation est un facteur sur lequel les possibilités d’intervention existent tant à niveau individuel qu’en termes de Santé Publique et de prévention (information sur la composition d’un régime alimentaire quotidien équilibré, renforcement de la formation des professionnels de santé, amélioration de la restauration scolaire…). Une relation évidente entre nutrition et santé Halte aux carences en fer ! Le fer entre dans la composition de nombreuses molécules : hémoglobine, ferritine, hemosidérine, myoglobine, cytochromes, etc. La carence en fer est le déficit nutritionnel le plus répandu dans le monde particulièrement dans les pays en voie de développement, mais elle n’épargne pas les pays industrialisés. Elle affecte électivement les enfants, car la vitesse de croissance est rapide. Santé médecine douce. 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 1Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 2-3Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 4-5Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 6-7Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 8-9Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 10-11Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 12-13Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 14-15Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 16-17Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 18-19Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 20-21Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 22-23Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 24-25Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 26-27Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 28-29Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 30-31Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 32-33Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 34-35Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 36-37Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 38-39Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 40-41Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 42-43Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 44-45Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 46-47Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 48-49Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 50-51Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 52-53Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 54-55Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 56-57Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 58-59Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 60-61Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 62-63Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 64-65Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 66-67Santé Médecine douce numéro 4 jui/aoû 2013 Page 68