Santé Médecine douce n°2 nov-déc 12/jan 2013
Santé Médecine douce n°2 nov-déc 12/jan 2013
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°2 de nov-déc 12/jan 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 131 Mo

  • Dans ce numéro : ces plantes qui font des miracles... des avantages à découvrir au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
À découvrir un seul œuf !), les laitages et la viande (le poulet contient autant de cholestérol que la viande) renferment une grande quantité de graisses saturées et de cholestérol.• Les poissons sont malheureusement pollués par de grandes concentrations de mercure, PCB et autres toxines. Une fois ingérées, ces substances restent présentes dans l’organisme durant de nombreuses années. Bon à savoir ! Le mercure méthylique est connu pour causer de très graves problèmes de santé incluant des altérations du cerveau, perte de mémoire, altération de la personnalité, tremblements, avortements spontanés et dommages au fœtus. « Les personnes consommant du poisson deux fois par semaine ont une concentration en mercure sept fois plus élevée que celles qui n’en consomment pas ! » Source : l’agence de protection environnementale américaine. Sans oublier… L’élevage pose de graves problèmes de santé publique. Pour faire face à la demande de viande et de produits laitiers, l’élevage intensif s’accroit, engendrant l’apparition de maladies transmissibles de 52. Santé médecine douce l’animal à l’homme. (G r i p p e a v i ai r e, SRAS et maladie de la vache folle, etc.) « Nous ne devons jamais considérer un être vivant comme un moyen de satisfaire nos désirs » disait Kant. Etre végétarien, c’est bon pour la santé…• Pour entretenir son capital santé et favoriser une meilleure résistance de l’organisme Face aux agressions de toutes sortes, un régime végétarien par l’apport de nombreux nutriments essentiels sans polluer l’organisme par des substances toxiques contenues dans les viandes et les poissons, contribue à préserver et à renforcer notre capital santé. Les organisations médicales spécialisées en nutrition s’accordent sur le fait qu’une alimentation végétarienne est plus favorable à la santé. Graisse saturée, cholestérol et absence de fibres dans la viande et les produits laitiers sont source de graves maladies, maladies cardiaques, cancers, infarctus, maladie d’Alzheimer, etc. Avec un apport en cholestérol et en graisses saturées beaucoup plus faible que dans l’alimentation classique, les végétariens souffrent beaucoup moins d’hypertension artérielle avec des taux de cholestérol nettement plus bas et une quasi absence de cas d’obésité et de diabète de type 2… alzheimer et végétarisme… La preuve scientifique que la viande et la nourriture à base de lait contribuent à la maladie d’Alzheimer est bien faite. En mangeant de la viande et des produits laitiers ont a un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. A l’inverse, les propriétés protectrices des plantes incluant les antioxydants, vitamines et minéraux, aideraient considérablement à diminuer le risque de développer la maladie. La nourriture végétarienne offrant dans ce cas précis l’une des meilleures protections. - Les végétariens incluant des céréales complètes dans leur alimentation obtiennent une forte dose de silicium et la consommation de silicium s’est avérée être l’une des manières les plus efficaces de retirer l’aluminium du corps. Le silicium élimine l’aluminium du corps en stimulant la sécrétion du foie et en réduisant l’absorption d’aluminium dans l’appareil digestif. A savoir ! Des niveaux élevés d’aluminium dans le corps contribuent à la maladie d’Alzheimer ! - Une récente étude montre que les régimes riches en graisse entravent le fonctionnement normal du cerveau en augmentant la résistance à l’insuline, étant précurseur de diabètes, une autre maladie liée à la consommation de viande. - La manière la plus aisée de perdre du poids est d’adopter une alimentation végétarienne. Un enfant peut-il devenir végétarien ? Le végétarisme n’entrave en rien la croissance si la nourriture est variée et riche en Le potager anti-crise côté cuisine Découvrez les fruits et les légumes saison par saison et comment les cuisiner. Beau livre illustré et pratique. Editions Ulmer 200 pages - 22 € 30 méDecine naturelle
nutriments essentiels. Les enfants ont plus besoin d’une alimentation énergétique que protéinique. Important ! Les enfants végétariens sont plus grands, présentent un quotient intellectuel plus élevé et seront moins enclin au diabète, au cholestérol, à l’hypertension, à l’obésité ou aux cancers. Enfant végétalien ? Un enfant élevé avec une alimentation végétalienne variée et énergétique obtient les protéines et l’énergie nécessaire, et a une santé et une croissance normale, sans souffrir d’obésité.• Pour des performances physiques… Une diète végétarienne bien équilibrée apporte aux sportifs d’excellents résultats (plus d’énergie, meilleure récupération, etc.). De nombreux athlètes olympiques et professionnels (Alain Mimoun, B J Armstrong, Martina Navratilova, Marie-Claude Pietragalla) sont végétariens et végétaliens. Le saviez-vous ? On dit souvent que l’alimentation des sportifs doit être riche en viande, en réalité, le corps a surtout besoin de carburant ou d’énergie se trouvant dans les aliments à index glycémique bas comme les céréales et les féculents.• Pour des personnes âgées en meilleure santé… Selon plusieurs études sur le sujet, on a constaté que les personnes âgées qui deviennent végétariennes, sont en mesure de prévenir et même d’éliminer des soucis chroniques de santé. Important ! Par de simples changements d’alimentation, il est possible d’inverser le phénomène et de réduire le risque de développer la maladie en diminuant son cholestérol et en adoptant un régime équilibré à base de blé complet, fruits et légumes. A l’attention du végétarien en herbe ! Nul besoin d’être nutritionniste, quelques petites choses simples à connaître Être végétarien, quel intérêt ? sur les aliments, leurs valeurs nutritionnelles et ses besoins journaliers. En se prenant au jeu, on finit par découvrir pleins de trucs intéressants sur notre alimentation et sur nous-mêmes avec l’envie d’aller plus loin. A savoir ! Les lactovégétariens, ne consomment pour la plupart que les produits laitiers issus de la chèvre et de la brebis et de préférence les fromages frais, meilleurs à la digestion que les fermentés. Les protéines et les lipides du lait de chèvre sont beaucoup plus digestes que celles du lait de vache (en raison de la particularité de ses triglycérides et de ses lipides). Il contient en outre plus de calcium, de potassium, de phosphore, de magnésium et de vitamine A (rétinol) que le lait de vache et trois fois plus de niacine (presque autant que le lait maternel). - La vitamine B12 Cette vitamine reste une polémique lorsqu’il s’agit de critiquer le végétarisme ou le végétalisme. Issue d’une bactérie vivant dans le sol et dans l’intestin des humains et des animaux, on la trouvera ajoutée dans les produits diététiques. - Pour faire le plein d’énergie ! Les végétaux - légumineuses, noix, céréales et graines - sont denses en énergie, et assurent un bon niveau en azote et en acides aminés. Les pommes de terre et autres végétaux fournissent des quantités utiles de protéines. Contre la cruauté infligée aux animaux « Ceux qui restent insensibles devant la souffrance animale seront-ils touchés par la misère humaine ? » Rendez-vous avec votre viande… Des animaux traités comme des machines et non pas comme des êtres vivants. Batteries de poules pondeuses, élevages intensifs de porcs, poulets, gavage des oies et canards... L’élevage industriel ne se pratique pas au pré ! - Les cochons castrés et mutilés sans anesthésie passent leur temps de vie dans des porcheries en béton insalubres, exigües et sans lumière. On séquestre les laies pour qu’elles mettent bas dans des caisses métalliques exigües. - Les veaux arrachés à la naissance à la mère, sont élevés quelques mois dans des conditions insalubres et inhumaines, sans litière, sans végétation et sans lumière avant d’être tués. - Les vaches laitières ont des Ptit’encas végé ! Glissez un steak de soja chaud (saveur au choix) entre deux tranches de pain aux céréales, ajoutez de la salade, de la tomate et du fromage de chèvre. Santé médecine douce. 53 méDecine naturelle 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 1Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 2-3Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 4-5Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 6-7Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 8-9Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 10-11Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 12-13Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 14-15Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 16-17Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 18-19Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 20-21Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 22-23Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 24-25Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 26-27Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 28-29Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 30-31Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 32-33Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 34-35Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 36-37Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 38-39Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 40-41Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 42-43Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 44-45Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 46-47Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 48-49Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 50-51Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 52-53Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 54-55Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 56-57Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 58-59Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 60-61Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 62-63Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 64-65Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 66-67Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 68