Santé Médecine douce n°2 nov-déc 12/jan 2013
Santé Médecine douce n°2 nov-déc 12/jan 2013
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°2 de nov-déc 12/jan 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 131 Mo

  • Dans ce numéro : ces plantes qui font des miracles... des avantages à découvrir au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
SANTÉDOUCE l État de conscience Mais La ici encore, rêverie tout et certains dépend à états la de sagée l'hypnose à la manière après d'Erickson, constat dans est la pratique que vivante la " vérité" entre deux issue indi- de l'hyp- traitement humaines, des désordres psychologiques aigus de et la soma- être d'une gamme telle importance des problématiques dans le fois de l'expérience somnolence du sont thérapeute des prodromes de de la l’hypnose. relation avec Elle est vidus nose : ne peut être entendue ("utile" personnalité. tiques : » angoisses, Milton Erickson. troubles névro- une relation et de la qualité le patient. susceptible d’une grande variété « L'hypnose au sujet) offre sans tant résistance, au patient qu'au et du fait tiques, arrêt du tabac, perte de d’états de profondeur plus ou moins thérapeute qu'il lui un faut accès (au aisé patient) à l'esprit la "découvrir" (sa du vérité) patient. par Elle lui-même, permet de par Quid le phobies, d’une allergies, séance traumatismes, poids, stress,énurésie, insomnie, grande. La personne hypnotisée est inconscient Pour généralement bien immobile, les yeux s'occuper biais directement de sa parole. de Ce ces sera forces le début d’hypnose deuils, tocs (troubles obsessionnels comprendre fermés, avec une respiration très inconscientes de la "talking qui sont cure", sous-jacentes les débuts de Après la compulsifs), un entretien timidité approfondi etc. Mais des aussi, L'hypnose régulière. est Si un la profondeur état modifié est de faible, aux perturbations cure analytique de à la proprement personnalité, parler. motifs anesthésie de consultation hypnotique, et de préparation l'état conscience la personne différent se de souvient celui produit de tout ce et elle L'hypnose autorise l'identification est aussi à l'origine de ces de clinique la mentale du patient, (chirurgie, celui-ci sport, est invité examen), par la qui relaxation lui a été ou dit. la Si méditation. la profondeur éléments sophrologie, de l'expérience méthode vie plus d'un récente à s'installer résolution dans de conflit, un siège apprentissages, confortable. développement La stratégie thérapeutique personnel, etc. est Les Cet est état plus peut grande, être léger la personne (rêverie, ne se individu (1961), qui ont ainsi de que l'importance d'autres techniques pour transe souvient hypnotique de rien, légère, il se peut hypnagogique), sorte hypnopompique de transe en disant ou plus « Vous accorder L'hypnose toute l'attention est aujourd'hui requise un si des modifiée tout à de chaque l'expérience séance. du thérapeute. qu’elle la personnalité de relaxation. et auxquels on doit décidée contre-indications conjointement et dépendent peut-être sur- profond. n’avez pas réussi à m’hypnotiser », l'on outils souhaite du obtenir psychothérapeute. des résultats Les but Classiquement, recherché est elle de est sortir contre-indiquée d'un en état cas de de fascination, troubles psycho- de le Milton mais Erickson elle sera soutenait stupéfaite, l'idée en regardant ne sa soigne montre, pas de un voir symptôme qu’une heure donner concernent un accès aisé, en fait rapide une et très large large fixations tiques obsessionnelles et de paranoïa. vers un thérapeutiques. indications Seule sont l'hypnose très ouvertes peut et patient qu'on ou une a passé. maladie, mais une personne. à l'inconscient, inconscient que l'histoire de la psychothérapie a montré qui l'handicape. La durée problème qui encombre sa vie et L'hypnose en psychothérapie, envi- moyenne PHOTOS.COM Un peu d’histoire… L'histoire de l'hypnose dépasse de beaucoup celle de la psychothérapie. Cette vieille pratique a toujours négocié avec les frontières : sciences, occultisme, spectacle, thérapie, etc. si bien que son utilisation dans un cadre thérapeutique a toujours été source de controverses, sans doute parce que la thérapeutique ellemême est prise dans ce même jeu des frontières : entre thérapeutiques officielles "scientifiques", thérapeutiques traditionnelles, thérapeutiques spirituelles, etc. L’hypnose pour quoi ? L'hypnose a fécondé de nombreuses• Les addictions : tabagisme, alcoolisme, drogues. approches thérapeutiques, directement ou non. Elle a été utilisée par• Les troubles du comportement alimentaire.• Les troubles de la sexualité.• Sigmund Les dépressions. Freud à ses débuts, auprès Son utilisation• de Les patientes douleurs hystériques chroniques dans : migraines, la céphalées, dans un lombalgies, cadre douleurs post-opératoires, névralgies, tentative douleurs de neuropathiques. "retrouver" l'évènement thérapeutique a• traumatique Les troubles (la phobiques scène de séduction) et obsessionnels. toujours été source• supposé L'anxiété à : l'origine chronique, des aux troubles. examens, la spasmophilie... de controverses. Freud abandonnera la pratique de 84 36. - Novembre-Décembre Santé médecine douce2012 - Janvier 2013 Novembre-Décembre 2012 - Janvier 2013 - 83 PHOTOS.COM
SANTÉDOUCE l État de conscience Mais ici encore, tout dépend à la fois de l'expérience du thérapeute et de la qualité de la relation avec le patient. Pour bien comprendre PHOTOS.COM L'hypnose est un état modifié de conscience différent de celui produit par la relaxation ou la méditation. Cet état peut être léger (rêverie, transe hypnotique légère, hypnagogique), hypnopompique ou plus profond. Milton Erickson soutenait l'idée qu'on ne soigne pas un symptôme ou une maladie, mais une personne. L'hypnose en psychothérapie, envisagée à la manière d'Erickson, est une relation vivante entre deux individus : « L'hypnose offre tant au patient qu'au thérapeute un accès aisé à l'esprit inconscient du patient. Elle permet de s'occuper directement de ces forces inconscientes qui sont sous-jacentes aux perturbations de la personnalité, et elle autorise l'identification de ces éléments de l'expérience de vie d'un individu qui ont de l'importance pour la personnalité et auxquels on doit accorder toute l'attention requise si l'on souhaite obtenir des résultats thérapeutiques. Seule l'hypnose peut donner un accès aisé, rapide et large à l'inconscient, inconscient que l'histoire de la psychothérapie a montré être d'une telle importance dans le traitement des désordres aigus de la personnalité. » Milton Erickson. Quid d’une séance d’hypnose Après un entretien approfondi des motifs de consultation et de l'état clinique du patient, celui-ci est invité à s'installer dans un siège confortable. La stratégie thérapeutique est décidée conjointement et peut-être modifiée à chaque séance. Le but recherché est de sortir le patient d'un état de fascination, de fixations obsessionnelles vers un problème qui encombre sa vie et qui l'handicape. La durée moyenne L’hypnose pour quoi ? • Les addictions : tabagisme, alcoolisme, drogues.• Les troubles du comportement alimentaire.• Les troubles de la sexualité.• Les dépressions.• Les douleurs chroniques : migraines, céphalées, lombalgies, douleurs post-opératoires, névralgies, douleurs neuropathiques.• Les troubles phobiques et obsessionnels.• L'anxiété : chronique, aux examens, la spasmophilie... 84 - Novembre-Décembre 2012 - Janvier 2013 Santé médecine douce. 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 1Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 2-3Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 4-5Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 6-7Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 8-9Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 10-11Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 12-13Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 14-15Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 16-17Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 18-19Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 20-21Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 22-23Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 24-25Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 26-27Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 28-29Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 30-31Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 32-33Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 34-35Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 36-37Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 38-39Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 40-41Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 42-43Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 44-45Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 46-47Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 48-49Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 50-51Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 52-53Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 54-55Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 56-57Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 58-59Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 60-61Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 62-63Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 64-65Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 66-67Santé Médecine douce numéro 2 nov-déc 12/jan 2013 Page 68