Santé 3e Age n°8 jun/jui/aoû 2016
Santé 3e Age n°8 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : spécial anti-âge, comment ralentir le vieillissement.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Dossier spécial « Minceur & tonus » intégrante provient d’une certaine réserve de tissus adipeux. Des régimes inefficaces et dangereux Dans des conditions normales, le corps stocke les graisses et les utilise en cas de pénurie alimentaire. Perdre des kilos très vite expose donc à supprimer ces stocks… que le corps s’empressera de reconstituer dès que le régime se relâchera. Sans compter, bien sûr, l’importante dimension psychologique de l’alimentation  : à la privation succèdent souvent des fringales désespérantes. On peut s’interroger sur l’efficacité des régimes en général, lorsque l’on constate à quelle vitesse ces diètes un jour portées aux nues sont le lendemain passées de mode et remplacées par d’autres « régimes miracles ». À l’heure où la diète protéique (basée sur l’absorption massive de protéines) a les faveurs des consommatrices, qui pratique encore les régimes dissociés ou « tout ananas » en vogue il y a encore quelques années ? Le problème avec tous les régimes, c’est que l’on s’expose, si ce n’est à des carences, au fameux effet « yo-yo » dès que l’on revient à une alimentation normale. Mieux vaut donc Bon à savoir A long terme, les régimes express favorisent  : L’installation de l'obésité, La survenue de différentes maladies, Une réduction de l'espérance de vie. 40 - Santé 3 e âge C’est normal ! Sachez qu’entre 20 et 60 ans, une femme prend en moyenne six kilos ! s’en tenir aux règles élémentaires de la nutrition et de la diététique et s’astreindre à une alimentation équilibrée toute l’année. Pourquoi l’échec ? Certains l'expliquent par le manque de motivation et de persévérance chez les individus qui suivent des régimes amaigrissants. Mais la vraie raison tient aux effets de ces régimes sur le métabolisme de base. Celui-ci est la dépense calorique nécessaire au maintien des fonctions vitales de l'organisme comme la respiration et l'activité de repos des organes. En somme, c'est le « coût énergétique » minimal pour rester en vie. Le fait de suivre un régime a un effet négatif sur le métabolisme de base. En effet, la réduction calorique oblige l'organisme à passer en mode « économique », pour réduire la dépense énergétique du corps et d'assurer ainsi la survie des fonctions vitales. Plus la restriction calorique est sévère, plus le métabolisme de base ralentit. Par exemple, les régimes de moins de 1000 calories par jour peuvent provoquer, en très peu de temps, une chute de l'activité métabolique de 45% ! Pire, on sait que le métabolisme de base diminue au fur et à mesure que se multiplient les tentatives ratées pour maigrir...comme si le cerveau devenait de plus en plus craintif à chaque régime. À l'écoute de son corps Dès les premiers instants de la vie, le bébé crée un contact physique et chaleureux avec la personne nourricière. Ce moment privilégié lui permet de combler des besoins d'affection, de plaisir et de communication en plus de s'alimenter. Visant le bienêtre de leurs enfants, les parents les poussent souvent à manger audelà de leur appétit. Qui ne s'est jamais fait gronder par ses parents parce qu'il ne terminait pas son plat ? Résultat  : la confusion s'installe dans l'esprit des petits. Le rôle des parents est bien sûr d'assurer la qualité de l'alimentation de leurs enfants mais, comme l'appétit varie énormément durant l'enfance et l'adolescence, le jeune est tout à fait capable d'évaluer la quantité d'aliments qu'il lui faut. PHOTOS.COM A savoir Le poids est comme la tension ou la température. Si l’on est programmée pour peser 65 kilos, on ne parviendra jamais à se maintenir à 60, sauf au prix de privations permanentes.
D'ailleurs, n'est-ce pas l'équilibre que chacun devrait trouver ? Manger en fonction de son appétit et savoir s'arrêter. Respecter ses goûts personnels et ses besoins réels. S'alimenter, tout comme se vêtir, respirer, bouger ou créer des liens avec son entourage, s'inscrit au rang des besoins essentiels de l'être humain. Aussi, pour faire comprendre ses besoins, le corps émet des signaux qu'il faut savoir capter. Comme les signaux d'identification de la faim varient d'une personne à l'autre, l'important est de connaître les siens et d'y être attentif. En effet, perdre du poids n'est pas une décision qui se prend à la légère. Suivre des régimes sévères à répétition peut entraîner des modifications irrémédiables du métabolisme, ce qui peut favoriser à long terme une stabilisation à un poids supérieur à celui que l'on avait avant d'être au régime. PHOTOS.COM PHOTOS.COM PHOTOS.COM RÉGIME CRÉTOIS Deux principes à respecter Le principe N°1 de ce régime est de réduire les quantités. L'amincissement résulte en effet la différence entre les calories ingérées et celles dépensées. Le principe N°2 est de sélectionner les bonnes graisses  : les huiles végétales, telle que l'huile d'olive, sont les meilleures. En revanche, bannissez les graisses animales  : beurre, crème fraîche, charcuterie et fromages gras. Les 10 règles d’or de la diététique crétoise Consommer fruits et légumes variés en quantité Leur richesse en vitamines, minéraux, fibres, et autres éléments protecteurs en font des aliments clés pour le maintien de notre capital santé. Introduisez-les quotidiennement dans votre assiette tout en jouant sur les associations  : combinez-les entre eux ! Les bienfaits du régime crétois Il existe aujourd'hui un consensus scientifique sur les recommandations nutritionnelles en matière de santé et l'alimentation méditerranéenne apparaît comme le modèle le plus adapté, conciliant intérêt nutritionnel, qualités organoleptiques, plaisir et convivialité. Il est Manger végétaux crus et cuits Seuls les fruits et légumes nous apportent de la vitamineC, mais c'est sous leur forme crue, qu'ils en sont le mieux pourvus. Aussi pour bénéficier d'un apport optimal en vitamineC, consommez à chaque repas une crudité  : légumes crus en entrée ou fruits crus en dessert ! cependant incorrect de parler d'une alimentation méditerranéenne, car il existe presque autant de variantes que de pays dans le bassin méditerranéen. Ce modèle originel a malheureusement tendance à disparaître du fait d'une tendance à la standardisation de l'alimentation qui pourrait être à l'origine de déséquilibres nutritionnels importants et donc d’obésité. Ne pas négliger les céréales Riz, pâtes, semoule…. source de glucides complexes, de vitamines du groupe B, de minéraux et de fibres, ils nous apportent l'énergie dont nous avons besoin au quotidien. Pensez à les introduire jour après jour dans votre assiette, à chaque repas. Et pour varier vos plaisirs, pensez aussi Santé 3 e âge - 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 84