Santé 3e Age n°8 jun/jui/aoû 2016
Santé 3e Age n°8 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : spécial anti-âge, comment ralentir le vieillissement.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Dossier spécial « Minceur & tonus » lipides, glucides) avalés. Lorsqu'il estime que le quota dont on a besoin va être atteint, le cerveau envoie alors des signaux de satiété et l'on s'arrête spontanément de manger. Le plaisir diminue au fur et à mesure que la satiété s'installe  : ce qui paraissait très bon au début, quand on avait faim, le devient de moins en moins et l'on n'a plus envie de manger. Alors, on s'arrête parce que l'on a sa bonne dose d'éléments nutritionnels et de calories et l'on se sent repu. Quid du grignotage Le grignotage se définit comme étant une prise alimentaire en dehors des repas, d’où le recours à des produits facilement accessibles, tels que les barres chocolatées, les viennoiseries, les sodas..., produits soumis à des facteurs de mode et des facteurs sociaux. Les consommateurs ont souvent des difficultés à s’imaginer que ces grignotages sont généralement trop sucrés, et trop riches en graisses « cachées », d’autant plus qu’il s’agit de graisses de mauvaise qualité nutritionnelle. Le grignotage reflète souvent un déséquilibre alimentaire global. En effet, les 3 principaux repas sont souvent de composition incorrecte. Soit ils ne sont pas assez copieux, amenant à une carence d’apport énergétique par rapport aux dépenses, d’où une sensation de faimentre les repas. Soit ils sont trop riches en sucres simples, aboutissant à une hypoglycémie réactionnelle, d’où fringale. Le grignotage peut dans ces cas être combattu en corrigeant les choix alimentaires. 36 - Santé 3 e âge PHOTOS.COM Pourquoi mange-t-on au-delà de ses besoins ? En général, pour plusieurs raisons. Premièrement, parce que l'on absorbe une nourriture trop grasse, or, ce sont les lipides (gras) qui se stockent presque immédiatement. Deuxièmement, parce que l'on boit trop de boissons sucrées et on grignote trop de produits sucrés (qui sont souvent gras en même temps). Or, le sucre appelle le sucre  : plus on en consomme, plus on a envie d'en consommer. Et surtout, parce que l'on mange n'importe où, n'importe comment, sans percevoir les sensations liées à l'acte alimentaire. Or, elles ont une influence déterminante sur notre équilibre pondéral, car ce sont elles qui conduisent à la satiété et ainsi, à ne pas manger au-delà de ses besoins. Les raisons principales du grignotage Par facilité La personne qui grignote mange toute la journée de petites quantités d'aliments, toujours prêts à consommer, donc gras et sucrés. Son quatrième repas, le goûter, s'étire alors jusqu'au repas du soir. Et une fois devant son assiette, elle chipote. Voici un comportement bien connu chez les enfants que les femmes continuent à adopter une fois adulte. Par habitude La personne qui grignote perd vite l'habitude des repas en famille, des moments d'échanges très importants. Souvent, ce sont les femmes qui vivent seules ou dans des foyers monoparentaux. Notre organisme s'habitue aux « flashes » répétés de nourriture. Il ne sait pas reconnaître les signaux de la satiété. Peut-être a-t-il faim ? Certains grignoteurs ont tout simplement faim si les portions servies au cours du repas sont trop petites et les menus trop allégés. Par ennui Il est fréquent qu'une personne grignote faute d'activités attractives. Pour se remplir. Elle peut aussi chercher à échapper à un stress, une inquiétude, en remplissant son estomac. Pour se réconforter Les aliments sont facilement disponibles et permettent de se faire du bien quand le moral est au plus bas. Pour compenser un manque, comme lorsqu’on arrête de fumer. Pour tromper l’ennui, assis devant la télé par exemple. Par pure gourmandise C’est ce qui nous pousse à prendre un dessert alors même que l’on est rassasié. Grignoter peut ainsi conduire rapidement à un déséquilibre alimentaire et à une forte prise de poids, si cela se produit régulièrement. Retravailler son processus mental Pour éviter de grignoter, le meilleur moyen est d’être attentif aux
PHOTOS.COM besoins de son organisme, afin d’apporter la réponse adaptée à la situation ou de le satisfaire et essayer de lui faire comprendre que l'excès en tout est mauvais. Première étape  : Dès l'écoute de cette envie qui monte et qui va devenir une obsession, il est nécessaire de se relaxer (respiration, yoga, massage, concentration, etc.). Pratiquez tout ce que vous avez l'habitude d'utiliser comme technique de relaxation afin de vous poser la vraie question  : « Est-ce bien nécessaire, en ai-je vraiment envie, et pourquoi ? » Deuxième étape  : Si malgré toutes vos questions, votre corps et votre esprit sont toujours là et demandent encore un aliment de réconfort, la meilleure méthode consiste à se faire plaisir autrement, par une méthode échappatoire  : faire du sport, aller au cinéma, téléphoner à une amie, prendre rendez-vous pour un massage, aller chez le coiffeur, etc. Pratiquer de vraies collations équilibrées Si vous grignotez parce que vous avez faim, remplacez vos grignotages par de vraies collations intelligentes et équilibrées. La sensation de faim en milieu de matinée pourra être compensée par une collation composée d’un fruit frais (une pomme par exemple) associé à une hydratation. Le grignotage de l’après-midi pourra être remplacé par un « vrai » goûter. Le goûter idéal se compose d’un produit laitier à 0%, d’un fruit frais (ou compote sans sucre ajouté) et d’une boisson. Il constitue ainsi un relais énergétique avant le repas VOUS & VOTRE POIDS Vive la Lovamine ! Issu de la recherche scientifique, Lovamine est une molécule 100% naturelle composée d’un complexe d’acides aminés essentiels. Sa formule exclusive agit directement sur le métabolisme pour vous permettre de maigrir durablement en mangeant ce que vous voulez sans privation ni fatigue. C’est le produit « chouchou » de la rédaction, car il stoppe les envies de grignotage et permet de maigrir si l’on suit bien les conseils du site. du soir, d’autant plus important si En savoir plus et commander en vous venez de faire du sport. ligne sur www.lovamine.fr Il existe plusieurs méthodes pour évaluer son poids et analyser si l’on présente ou pas des kilos en trop. 1 Formule de Lorentz  : C’est la plus connue. Néanmoins, elle a montré des limites dues à la non prise en compte de certains paramètres (carrure, masse osseuse...). P = poids idéal ; T = taille en cm Homme  : P = T - 100 - { T - 150 }/4 Femme  : P = T - 100 -{ T - 150 }/2 2 Index de masse corporelle  : IMC ou index Quetelet  : Formule actuellement utilisée pour l’IMC = poids (kg)/taille ² (m) Normalité chez l'homme  : 20 à 25 et surcharge pondérale jusqu'à 30. Normalité chez la femme  : 19 à 24 et obésité au-delà. Maigreur et anorexie s’il l’on est en dessous de 18. 3 Ossature osseuse  : Pour déterminer si son ossature est légère, moyenne, ou forte, on effectue le test du poignet. Avec Santé 3 e âge - 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 84