Santé 3e Age n°8 jun/jui/aoû 2016
Santé 3e Age n°8 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : spécial anti-âge, comment ralentir le vieillissement.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Dossier spécial « Secrets anti-âge » les diabétiques, les parois des vaisseaux, la rétine, le collagène. La tendance au durcissement des fibres de collagène fait que les échanges et la nutrition des cellules sont ralentis globalement. Le terrain acide favoriserait ces combinaisons. > La question des télomètres Les télomères sont une sorte de capuchon protecteur des extrémités des chromosomes. Leur taille diminue au fil des divisions cellulaires et donc avec l’âge. La division cellulaire permet aux tissus de se régénérer. On pense qu’après la disparition des télomères, ce sont des gênes des chromosomes qui peuvent être détruits à leur tour, entraînant ainsi la mort des cellules ou la production de cellules anormales que le corps devra éliminer. Une enzyme (la télomérase) découverte récemment peut « réparer » ce raccourcissement des télomères. > La détérioration des mitochondries Ce sont des petits organes de nos cellules qui ont le rôle primordial de générer l’énergie pour leur fonctionnement et donc, celui de notre corps. Ils brûlent en permanence des nutriments avec de l’oxygène. Aussi, les réactions d’oxydation de cette combustion y génèrent beaucoup de radicaux libres qui peuvent, 12 - Santé 3 e âge en excès, détériorer la mitochondrie elle-même, puis des éléments de la cellule. Dans ce cas, la production d’énergie baisse et les réactions métaboliques aussi. > Une diminution de la méthylation La méthylation est une réaction biologique qui diminue globalement avec l’âge. Ainsi, certaines fonctions utiles à la santé vont se ralentir progressivement, comme par exemple, les fonctions de réparation de notre ADN ou de nos cellules. > L’encrassement par les toxines Dans nos cellules, des résidus métaboliques s’entassent et empêchent leur fonctionnement normal. De même, ces substances toxiques peuvent s’accumuler entre les cellules (milieu intercellulaire), empêchant alors les échanges qui assurent l’apport nutritif des cellules et la bonne élimination de leurs déchets. Une alimentation déséquilibrée, trop pauvre en fruits et légumes et en fibres, trop riche en graisses animales et en sucres, produit forcément une accumulation des toxines. > Radicaux libres & stress oxydatif Il existe, dans notre environnement une foule d’agents susceptibles de démultiplier la production radicalaire. Plus on avance en âge, plus la production de radicaux libres augmente. Dans l’alimentation, les viandes et les poissons trop grillés. Les pesticides et les métaux lourds que renferment certaines eaux de distribution. Sur le plan respiratoire, la pollution atmosphérique. D’une façon générale, il faut éviter de respirer les gaz en tout genre, les solvants, les additifs, les déodorants d’intérieur, les insecticides et tout produit étranger à notre corps, tels que  : les peintures, les laques, les colles de revêtement des sols, certains produits désodorisants ; et également les émanations d’ozone des photocopieuses. Tous les stress, qu’ils soient émotionnels ou physiques, contribuent à la surcharge de radicaux libres. La consommation trop importante d’alcool est une source importante de radicaux libres. La tabac  : si l’on fume, chaque bouffée de cigarette contient environ 1.015 molécules oxydantes, et la consommation de tabac double les besoins en vitamine C (puissant anti-oxydant !) Une pratique sportive trop intensive (plus d’une heure/jour) ou trop répétitive (plus de 5 fois/semaine) décuple les radicaux libres. L’obésité  : les personnes en grand surpoids développent de fortes réactions inflammatoires, qui sont productrices d’espèces réactives de l’oxygène, donc de radicaux libres.
medecine-anti-age.com ! Voici un site médical grand public extrêmement bien fait, visant à donner des informations scientifiques claires et précises sur le processus de vieillissement, ses conséquences, et les moyens de lutter contre le vieillissement prématuré. Le recours intempestif aux examens radiologiques augmente le stress oxydant. Le soleil. La surexposition aux rayons UV solaires contribue également à la création de radicaux libres. Ceci, pour ne citer que quelques-uns parmi les facteurs en cause. Rappelons, pour mémoire que plus on avance en âge, plus la production de radicaux libres augmente. Organes cibles du vieillissement par les radicaux libres La peau  : c’est sur elle que les effets néfastes des radicaux libres sont les plus visibles  : Ils induisent les marques du temps qui s’écoule  : le flétrissement de la peau, le relâchement cutané, les rides, les taches pig- mentaires... et également les cancers de la peau. Les poumons  : les radicaux libres provoquent une perte d’élasticité des poumons, soit une fibrose, responsable, entre autres, des bronchites chroniques et ils induisent également des cancers pulmonaires. Le cerveau  : les radicaux libres sont directement mis en cause dans les maladies neurodégénératives, telles que le Parkinson et l’Alzheimer. Les artères et le cœur  : les radicaux libres jouent un rôle majeur dans la formation de la plaque athéroma- teuse, à l’intérieur des vaisseaux, facteur principal de risque des maladies cardio-vasculaires. Les articulations  : ici également les radicaux libres sont en première ligne. Ils sont à l’origine de maladies s’aggravant avec l’âge, comme l’arthrose, mais aussi des pathologies inflammatoires, comme les arthrites. Les tissus occulaires sont terriblement vulnérables aux effets des radicaux libres, et spécialement la rétine et le cristallin. Ainsi s’expliquent la dégénérescence de la rétine liée à l’âge et la cataracte. En tout près de 200 maladies différentes ont un lien étroit avec les radicaux libres. Quelles sont nos défenses naturelles ? Pour freiner la libération dans les cellules de ces agents destructeurs, notre corps dispose des antioxydants  : Primaires  : ils sont fabriqués par notre organisme, comme par exemple  : le gluthation, l’acide alphalipoïque, l’acide urique, le coenzyme Q10, la mélatonine, la DHEA ; les enzymes que sont la catalase, la glutathion réductase, la superoxyde dismutase, etc. Secondaires  : ils sont présents dans notre assiette. Ce sont  : - certaines vitamines (C,E, complexe des vitamines B etc.) ; - des oligo-éléments (Zn, Cu,Se,Fe) ; - des composés des fruits et des légumes (caroténoïdes, polyphénols, isothiocyanates) ; - des composés des épices et des aromates (les terpènes). Heureusement, votre médecin anti-âge pourra également vous prescrire des antioxydants avec des compléments alimentaires adaptés. Des consultations nécessaires Dr Véronique Buckenmeyer De nombreux médecins, partout en France, se sont spécialisés en médecine anti-âge. Le Dr Véronique Buckenmeyer, médecin anti-âge exerçant à Strasbourg, a souhaité partager sa passion sur la question en créant un site internet entièrement dédié à cette médecine préventive  : www.medecine-anti-age.com. Elle nous explique que la prévention commence par plusieurs consultations en médecine anti-âge, puis un suivi régulier. Lors de la 1 ère consultation Le médecin interroge son patient pour se faire une idée des problèmes de santé existant dans la famille, des antécédents personnels (maladies, opérations, C'est sur la peau que les effets néfastes des radicaux libres sont les plus visibles. accidents, prise de médicaments, mode de vie) et surtout sur les troubles actuels. Un questionnaire permet de déterminer l'âge biologique, de préciser les plaintes et les troubles et d'orienter l'examen clinique et les bilans de sang. Enfin, l'examen clinique du patient s'attache à contrôler les fonctions vasculaires, cardiaques, neurologiques, digestives, articulaires. On recherche également les signes de vieillissement cutané (perte de l'élasticité et manque d'hydratation de la peau, rides, relâchement musculaire, taches brunes, cernes...). Au terme de cette première consultation le médecin programmera un bilan anti-âge qui comportera selon les cas  : Bilan antiradicalaire et nutritionnel Bilan hormonal Prévention de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Bilan du risque cardio-vasculaire Marqueurs de résorption osseuse Bilan de stress oxydatif Statut en acides gras Recherche d'intolérance alimentaire des examens complémentaires spécialisés (radio, ECG d'effort, densitométrie osseuse,…). Ce bilan anti-âge permettra de définir si le vieillissement global du corps (âge biologique) est en rapport avec l'âge réel ou pas (âge chronologique). Attention ! Une vraie consultation anti-âge prend du temps car elle prend en compte tout un ensemble de paramètres et considère le patient sous tous les plans de sa santé. L'interrogatoire et l'examen clinique par le médecin sont aussi importants que les examens de laboratoire prescrits. Santé 3 e âge - 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 84