Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 22,5 Mo

  • Dans ce numéro : préserver son capital jeunesse.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Anti-cholestérol Diagnostic & examens La prise de sang reste le geste évident, simple et préventif. Lors de la consultation médicale, le médecin peut également élaborer un premier diagnostic en prenant la tension et le pouls à différents endroits du corps (pied, cou, aine, bras). On procède en fonction des cas à  : Un électrocardiogramme, parfois avec test d’effort, Une échographie-doppler sur la carotide, l’aorte ou les artères des jambes, Une angiographie coronaire, rénale ou carotidienne. Le processus normal d’évolution d’une plaque d’athérome est tout d’abord son accumulation à l’intérieur de l’artère. Peu à peu, si elle n’engendre pas d’autres troubles, le patient ne se rend compte de rien, et la plaque devient dure car elle se calcifie. Le développement va provoquer ce que l’on nomme une sténose qui se déclare sous la forme d’angine de poitrine par exemple, avant d’aboutir au caillot et à la thrombose. Quelques malades voient parfois l’apparition de symptômes. Ce sont des cas très rares où le cholestérol se dépose en fait sur les tendons au lieu d’aller de façon classique sur les artères. Cette maladie nommée xanthome empêche de se mouvoir correctement, certains gestes deviennent douloureux ce qui entraîne souvent une consultation. Un autre symptôme peut également être décelé au niveau de l’œil  : par exemple un anneau blanchâtre autour de la cornée (attention à ne pas confondre avec ce type d’anneau qui se forme sous l’impact de l’âge) ou un dépôt jaunâtre dans le coin interne de l’œil. Lorsque ces symptômes apparaissent, il est clair que le taux est déjà trop élevé. 58 - Santé 3 e âge 1. PHOTOS.COM ÊTRE CONSCIENT DE SON ÂGE Normalement, l’excès de cholestérol intervient dans la vie des plus de quante ans. Il arrive cependant que cindes individus très jeunes souffrent de ce que l’on nomme hypercholestérolémie familiale. La paroi artérielle est constituée de trois éléments que l’on nomme tuniques  : Dès l’enfance, les lipides commencent à se déposer sur l’intima. Rien d’anormal à ce phénomène. Les enfants ne sont donc normalement pas concernés par ce souci. Les femmes sont protégées quant à elles par leurs hormones jusqu’à la ménopause, ce qui explique que l’on retrouve des problèmes d’artérite ou d’angine de poitrine chez les femmes de plus de 50 ans, rarement avant. Pour les hommes, les problèmes peuvent commencer bien avant en fonction de leur mode de vie et de leur terrain génétique. Nos 20 conseils 2. SURVEILLER PERIODIQUEMENT SON TAUX DE CHOLESTEROL La surveillance via le prélèvement sanguin fait partie des précautions préventives évidentes. Inutile d’en faire trop si l’on est jeune, mais faire un bilan à partir de 40 ans est conseillé. En fonction des résultats, il faut ensuite commencer à surveiller ou faire un contrôle tous les deux à trois ans, par la suite ou plus fréquemment si le besoin s’en fait sentir. 3. VOIR SON MEDECIN REGULIEREMENT Les Français se résolvent bien souvent à prendre rendez-vous chez leur médecin généraliste pour faire un contrôle. Ensuite, ils prétextent souvent du fait qu’ils n’ont pas le temps pour ne pas s’en soucier, les hommes en particulier. Or, à partir de cinquante ans et parfois avant, il convient de surveiller régulièrement les principaux indicateurs car « mieux vaut prévenir que guérir ». 4. REDUIRE LES ACIDES GRAS SATURES Parvenir à faire la différence entre graisses saturées et insaturées est une première démarche. On les qualifie de
façon abusive de mauvaises et bonnes graisses. En fait, il convient de ne pas absorber de graisses, quelles qu’elles soient, de manière excessive  : une simple règle de bon sens ! Il n’empêche que de nombreux médias, ainsi que des diététiciens insistent sur le rôle des « bonnes graisses », les acides gras insaturés, qui se trouvent dans les oléagineux et les poissons gras en particulier. Les gras insaturés restent liquides à basse température et ont une action différenciée  : le mono insaturé n’agit que sur la baisse de mauvais cholestérol alors que le poly insaturé agit sur la réduction du cholestérol total. 5. VEILLER À SA RATION D’OMEGA 3 Les fameux Omega aident notre système cardio-vasculaire à fonctionner correctement et contribuent à sa protection. Ils ne sont pas produits par notre corps et nous ne les trouvons donc que dans notre alimentation. Les « Omega 3 » ne sont d’ailleurs pas les seuls, il y a aussi les 6, les 9, que l’on trouve en particulier dans certaines huiles, tournesol, PHOTOS.COM anti-cholestérol soja… C’est la raison pour laquelle les diététiciens conseillent de changer régulièrement d’huiles pour cuisiner (tout en maîtrisant la quantité). Le souci est qu’aujourd’hui, notre alimentation est assez pauvre en ces ingrédients indispensables à un bon équilibre. Tout le monde ne consomme pas de sardines, de noix, d’amandes, loin de là. Et le poisson frais reste une denrée relativement onéreuse. 6. VEILLER À MANGER 5 FRUITS & LEGUMES PAR JOUR Dans le régime conseillé aux personnes souffrant de cholestérol, il est conseillé un retour à une diététique équilibrée. Ainsi, la réintroduction de légumes et de PHOTOS.COM fruits est essentielle puisqu’elle apporte vitamines, minéraux, sans oublier des antioxydants qui permettent en particulier de lutter contre la formation de ces fameuses plaques sur les artères. Ils sont donc partie intégrante de la protection de notre organisme et en particulier de notre cœur. Les études ont prouvé que l’oxydation des cellules LDL était favorisée par certains manques  : par exemple carence en vitamine C et E, en polyphénols contenus dans les fruits et légumes, en fibres alimentaires végétales et en calcium. Ainsi, la pectine contenue dans des fruits comme les pommes par exemple à une action anti-inflammatoire positive. 7. REDUIRE OU SUPPRIMER L’ALCOOL L’alcool est nocif pour la santé globalement, il est aussi fortement calorique. Il est donc clair que la suppression ou la réduction de prises d’alcool fait partie intégrante du régime à mettre en place. Lorsque l’on est jeune, les excès d’alcool ne se font pas vraiment ressentir, mais ces abus précoces laissent des traces dans l’organisme. Il vient un temps où il faut savoir mener une vie plus raisonnable. La suppression d’alcool est parfois difficile, mais le médecin peut aider à ce que la consommation soit régulée. Il est aussi possible de prendre Santé 3 e âge - 59 - 5 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84