Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 22,5 Mo

  • Dans ce numéro : préserver son capital jeunesse.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Anti-cholestérol PHOTOS.COM bien entendu, mais peu à peu, dans le temps, le mal s’installe et s’approfondit jusqu’à causer des dommages parfois irréparables. La maladie est donc insidieuse. Bon à savoir Il arrive que les anomalies du cholestérol ne soient pas simplement dues à une mauvaise alimentation, d’autres causes existent comme les origines génétiques. Quel type de contrôle ? Le contrôle se fait avec un simple bilan sanguin effectué à jeun portant sur le cholestérol total, le HDL, le LDL, les rapports entre les deux, ainsi que les triglycérides. Le médecin demande aussi de contrôler 56 - Santé 3 e âge les apoprotéines Al et B s’il y a déjà eu problème cardiaque ou s’il y a suspicion. Lorsque le taux est normal, il est conseillé de faire un contrôle tous les cinq ans. L’idéal est que ce taux (cholestérol total) soit inférieur à 2 grammes par litre de sang. On considère que la limite est à 2,50g/l. Le taux est donc considéré comme élevé au-delà de 2,50g/l. Les résultats sont à interpréter en fonction de l’âge de la personne, c’est donc le médecin qui connaît le dossier médical du patient qui est le plus à même d’avoir un avis précis sur la question. Il est également admis que le cholestérol LDL doit être au moins égal à 0,55 et que le LDL doit être inférieur à 1,50 et même 1,20 pour une personne à risque. Le médecin peut également demander le rapport cholestérol total sur HDL. Le résultat ne doit donc normalement pas être supérieur à 4,5. Les origines d’un taux trop élevé Le cholestérol augmente dans le sang en premier lieu parce que nous nous alimentons mal, en particulier avec trop de matières grasses. Il s’agit de la cause principale qui ne dépend donc que de nous. Mais il ne s’agit pas de la seule origine. On incrimine souvent le stress dans la survenue du cholestérol, ainsi qu’une prédisposition génétique. En effet, pour une alimentation identique, différents organismes ne développeront pas les mêmes maladies sur une période donnée. Des prédispositions génétiques existent  : on retrouve ainsi des familles entières souffrant de ce mal, où un nombre important de membres sont décédés suite à des attaques cardiaques, passé un certain âge. Peut-être aussi parce qu’elles ont un mode de vie identique. Le tout est lié, mais il est d’autant plus important de contrôler son taux, lorsque l’on a connaissance d’une vulnérabilité familiale. Il n’y a pas de prédestination à proprement parler, mais il est clair que le phénomène a pu être constaté dans de nombreuses études médicales. Par ailleurs, les LDL qui transportent le cholestérol vers les cellules qui en ont besoin ont parfois un petit problème de livraison. En effet, la cellule est normalement équipée d’un système qui lui permet d’identifier le cholestérol qui arrive et de le réceptionner. Ce système est fixé sur le transporteur LDL. Lorsqu’il ne fonctionne pas ou qu’il est absent, ces LDL modifiées restent donc dans la circulation sanguine, à s’oxyder et à vieillir. Elles vont finir par être accueillies par les plaques en cours de formation sur les parois internes des artères. Le stress participe à l’ensemble, même si l’on ne peut pas en faire l’unique cause bien évidemment. Mais une forte émotion provoque une montée d’adrénaline, qui découle sur une vasoconstriction. Cet effet de rétrécissement spontané peut alors provoquer un problème cardiaque si les plaques d’athéromes sont déjà fort épaisses. Les autres principaux facteurs sont le tabac, l’hypertension artérielle et le diabète. Les diabétiques souffrent fréquemment de cholestérol et les traitements permettent la plupart du temps d’agir sur les deux problèmes à la fois. Cela est d’autant plus important que ce type de patient est particulièrement exposé en termes de maladie cardio-vasculaire. PHOTOS.COM
Enfin, certaines maladies peuvent effectivement avoir une influence sur son apparition comme des problèmes de thyroïde. ATTENTION ! Chaque fois que l’on surajoute les problèmes  : diabète + cholestérol, Hypertension + cholestérol, le risque d’attaques ou d'embolies augmente d’autant plus. Chez les patients souffrant d’hypercholestérolémie, il arrive souvent que plusieurs facteurs soient liés. Ainsi, une personne qui souffre de surpoids déclenche souvent une hypertension par exemple. A noter que dès que la personne perd quelques kilos, les résultats du bilan sanguin s’améliorent. Le fait de faire des efforts porte donc rapidement ses fruits. Les risques liés à un taux élevé L’un des grands soucis en termes de cholestérol est qu’il n’y a pas vraiment de symptôme qui forcerait de modifier son comportement, qu’on le veuille ou non. En fait, le cholestérol est une maladie silencieuse qui continue à se développer sans que l’on ne s’en rende vraiment compte, si ce n’est que cela s’accompagne souvent d’une prise de poids, que l’on rattache fréquemment au fait que l’on vieillit, que le métabolisme ralentit ou que l’on n’a plus la même activité physique. D’où l’importance de contrôles réguliers et de bilans à partir de 45 ans. Certains patients ne peuvent que constater l’existence des plaques d’athérome lors d’une échographie, ou plus grave souffrir d’un accident vasculaire cérébral, d’un infarctus ou assez souvent la survenue d’une artérite des jambes. A retenir Les médecins estiment qu’une grande partie de ces accidents, entre 10 et 30%, pourraient être évités, si les patients avaient consenti ou s’étaient préoccupés de faire un contrôle du cholestérol suivi d’un régime alimentaire. Zoom sur l’athérosclérose Les plaques d’athérome se déposent généralement sur les artères coronaires et peu à peu, elles s’épaississent. On parle alors d’athérosclérose. Dans ce cas, le sang a de plus en plus de difficulté à circuler normalement et à irriguer le cœur et le corps. Un caillot peut se former qui bouche l’artère ou une veine adjacente. Le pronostic vital du patient est alors engagé. En dehors des artères coronaires, les plaques affectionnent également les veines du cerveau ou des jambes. Le mot « scléroser » signifie qu’avec le vieillissement, intervient une dégénérescence qui touche un organe, ou une autre partie du corps. On confond souvent artériosclérose et athérosclérose. Dans le premier cas, il s’agit de désigner simplement que le cholestérol tapisse la paroi interne des artères. Lorsque ces dépôts de graisse commencent à former des plaques blanchâtres, on parle alors d’athérosclérose. Le lipide que constitue le cholestérol s’agglomère et commence à former un ensemble qui devient solide provoquant de ce fait une rigidité de l’artère. Lorsque la plaque devient trop épaisse, elle peut PHOTOS.COM en venir à boucher partiellement, voire totalement l’artère. Dans ce dernier cas, on parle de thrombose avec infarctus de la zone en question. Artère coronaire atteinte  : anévrisme aortique, angine de poitrine ou infarctus du myocarde, Artères cérébrales atteintes  : accident vasculaire cérébral Artères des membres inférieurs  : artérite Il arrive également qu’un petit morceau de la plaque se détache formant un caillot. Dans ce cas, celui-ci peut circuler dans le corps jusqu’à ce qu’il soit bloqué dans une vaisseau trop petit. On parle alors d’embolie. Il existe un lien très étroit entre l’athérosclérose et l’hypertension, l’un venant renforcer l’autre au niveau des complications. Mortalité élevée… Il ne faut pas oublier que l’athérosclérose, liée directement à un taux trop élevé de cholestérol, est la première cause de mortalité dans les pays industrialisés. En effet, l’athérosclérose évolue pendant des années, sans présenter aucun symptôme jusqu’à ce que l’on arrive à l’accident grave. Or, la prévention permet d’éviter tout cela. Santé 3 e âge - 57 - 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84