Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 22,5 Mo

  • Dans ce numéro : préserver son capital jeunesse.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Gastro-entérologie Une mauvaise alimentation en qualité ou en quantité est la première cause des problèmes digestifs. Des sucs, des sucs encore des sucs… Rien ne serait possible sans les sucs produits dans notre organisme. Le premier dans l’ordre chronologique est la salive, viennent ensuite l’apparition des sucs gastriques produits par l’estomac. Des sucs très acides qui n’attaquent que les aliments, et non pas la paroi de l’estomac, grâce au bouclier formé par le mucus. Il est évident que si ce dernier se dégrade sous l’influence d’une maladie, la paroi se trouve 32 - Santé 3 e âge Le bol alimentaire est extrêmement important dans le cadre de la digestion. alors attaquée par ses propres sucs, créant le fameux ulcère, très douloureux et à soigner rapidement pour éviter toute évolution vers un cancer. Les sucs hépatiques, biliaires et pancréatiques continuent le travail, ainsi que l’intestin. Le pancréas produit notamment la sécrétine particulièrement riche en bicarbonate. L’importance du bol alimentaire Le bol alimentaire est extrêmement important dans le cadre de la digestion. Tous les aliments ne sont en effet pas susceptibles d’être digérés d’une façon identique. En fonction de leur composition, certains sont particulièrement longs à passer dans le système ou au contraire légers. Il faut retenir certains éléments  : Les protéines A partir du moment où l’on sait que les protéines sont des molécules géantes, on comprend facilement qu’elles vont être plus longues à digérer. Il faudra l’intervention de tout l’appareil digestif pour en venir à bout, ce qui peut prendre plusieurs heures. Cela explique également la sensation de satiété que donne ce type d’aliments, que l’on trouve dans la viande, mais aussi les céréales, légumineuses. Les noix ou les œufs sont également porteurs de ces molécules. Le processus chimique permet de comprendre que certains régimes proposent cette solution qui oblige l’organisme à travailler plus sans que la faim ne se fasse sentir avant que la digestion ne soit complètement terminée. Mais attention, car cela fatigue évidemment le système dans sa globalité. Les lipides Le fameux gras rejeté par bien des femmes dispose pourtant d’atouts non négligeables. En effet, il est fortement porteur d’énergie. Les molécules sont là encore assez importantes et seront absorbées par la paroi intestinale pour aller dans les vaisseaux lymphatiques, puis le sang qui va les stocker en réserve. Une réserve qui se doit d’exister, mais ne doit effectivement pas devenir trop importante. L’essentiel est de veiller à ce que l’absorption de ces lipides corresponde à la dépense d’énergie. Les autres éléments essentiels puisés dans la nourriture sont les vitamines, absolument essentielles. Au-delà de cet aspect, la nature des aliments que nous avalons a une influence directe sur les différents symptômes que nous sommes susceptibles de ressentir. Ainsi, certains fruits pourtant PHOTOS.COM
Les bonnes huiles, riches en Omégas 3 Les huiles végétales telles que les huiles de lin, de carthame, de maïs, de tournesol, de soja et de coton sont considérées comme des gras polyinsaturés. Ces types de gras demeurent normalement liquides à la température ambiante et peuvent être bénéfiques du fait qu'ils contribuent à abaisser les taux de cholestérol. Dans ce groupe, un type de gras polyinsaturé, nommé « acide gras oméga 3 », est tout particulièrement bénéfique pour la santé. Les graines de lin sont une bonne source d'oméga 3 et sont idéales pour un bon usage du côlon. pleins de vitamines sont susceptibles de provoquer des maux de ventre dès que l’on en mange un peu trop. Pour certains, le gras ou le sucré provoquera un certain malaise, les bulles des boissons gazeuses vont faire gonfler l’intestin, le café, l’alcool, les épices sont aussi parfois mal supportées. Sans oublier l’excès de nourriture ou d’alcool qui peut mener à l’indigestion. Chacun d’entre nous disposons de caractéristiques spécifiques, qui peuvent se manifester sous la forme d’intolérances plus ou moins importantes, voire d’allergies. Les gras ont mauvaise réputation. En fait, non seulement nous aimons le goût du gras, mais l'organisme humain exige certains types de gras alimentaires. Les AGE (acides gras essentiels) sont le principal élément structurel de toute membrane cellulaire et sont nécessaires pour assurer la croissance et la division des cellules. Les AGE rétablissent l'énergie, nous aident à digérer nos aliments, transportent les nutriments dans les cellules et contribuent à maintenir un équilibre hormonal sain. Notre tâche consiste à discerner la différence entre les « bons » et les « mauvais » gras. Les malaises et maladies les plus courants Qui peut dire ne jamais avoir souffert de brûlures d’estomac, de spasmes douloureux de l’intestin, de nausées, voire de vomissements, d’aérophagie et autres ballonnements peu agréables ? Sans parler des diarrhées et autres constipations. Seuls quelques heureux peuvent éviter ces maux très courants qui viennent parfois gâcher la vie, pendant une journée ou régulièrement. Il est clair que les troubles digestifs sont nombreux, généralement peu graves. Ils peuvent provenir d’un simple excès de table, d’une allergie, mais aussi parfois de véritables maladies telles que la gastro-entérite ou l’ulcère de l’estomac. Et que dire de la On estime qu’environ 40% de la population adulte souffre de ballonnements. célèbre crise de foie bien française ? On estime qu’environ 40% de la population adulte souffre de ballonnements, et autres maux courants tels que les reflux gastro-oesophagiens. Et si l’on veut comptabiliser les gaz intestinaux, les êtres humains en émettent de 10 à 20 par jour… Enfin, l’anxiété, l’angoisse, la peur peuvent aussi donner mal au ventre, les enfants et les adultes ont tous ressenti cette sensation. En bref, le stress lorsqu’il devient trop important peut provoquer des troubles digestifs pour les personnes qui sont sensibles. Certains souffrent de colites à répétition, d’autres ont un côlon facilement irritable et souffrent régulièrement de maux de ventre dès que le niveau de stress dépasse le niveau de tolérance de l’individu. PHOTOS.COM Quid de l’automédication La plupart des Français connaissent l’origine de leurs problèmes digestifs et savent comment faire pour que cela aille mieux. Lorsque l’on sait que le bol alimentaire est souvent à la racine des problèmes, il est évident qu’il faut modifier sa diète. Voici quelques règles à connaître. La première chose est d’éviter les aliments gras, particulièrement lents à digérer et se concentrer sur les produits facilement assimilés par l’organisme, aux molécules plus petites. Et si le problème est un repas de fêtes, se mettre à la diète pendant une journée ou deux, avec un petit bouillon de légumes. Sans oublier de s’hydrater très abondamment, car le manque d’eau est aussi responsable de problèmes nombreux sans que l’on puisse pourtant parler de déshydratation. Il est clair qu’une diète alimentaire équilibrée est la première automédication à conseiller et à appliquer. Si l’on est sujet aux « renvois » ou éructations, là encore, il est facile de faire en sorte que tout aille mieux en évitant de manger des chewing-gums, de boire des boissons gazeuses, éviter les pailles, et ne pas prendre trop d’air pendant les prises de repas, comme un nourrisson. Pour ce qui est des gaz intestinaux, ils sont normaux, sauf lorsqu’ils sont trop nombreux. Là encore, il convient d’éviter l’ingestion d’air, les aliments riche en hydrates de carbones comme les féculents, voire éviter les laitages au lait de vache en cas de légère intolérance au lactose qui peut intervenir peu à peu, les années passant. Les gaz sont aussi responsables de constipation. PHOTOS.COM Santé 3 e âge - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84