Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 22,5 Mo

  • Dans ce numéro : préserver son capital jeunesse.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Senior Ceci explique pourquoi l’arthrose s’installe de façon privilégiée sur les zones qui supportent des charges de façon statique. Ainsi, plus on bouge, moins l’arthrose a de prise. La réponse de l’os L’incapacité pour le cartilage d’absorber ces pressions génère des forces de contrainte sur l’extrémité des os. L’os réagit en libérant des enzymes protéolytiques (destruction des protéines cartilagineuses). Cette réaction fait intervenir un facteur fondamental dans l’installation de l’arthrose  : la circulation sanguine, car si l’os ne peut supporter cette pression, c’est précisément parce que sa structure est affaiblie par une mauvaise vascularisation. Le mécanisme de dégradation Trois stades ont été définis, le cartilage normal, le cartilage sénescent et le cartilage arthrosique. Le stade de sénescence se traduit par une perte de la faculté d’adaptation du cartilage aux forces compressives, conséquence directe de la déshydratation. Les lésions de l’articulation arthrosique passent par trois phases  : 1  : des microfissures apparaissent sur le cartilage avec perte de son aspect lisse. 2  : les microfissures s’approfondissent et altèrent les fibres de collagène qui constituent la partie résistante aux compressions. 3  : l’importance des fissurations crée un phénomène d’érosion, des morceaux de cartilage tombent dans la cavité synoviale. Progressivement, l’os est à nu et une inflammation peut être observée. En réaction aux pressions anormales habituellement amorties par le cartilage, l’os réagit par la formation en périphérie de nouvelles lamelles osseuses, les ostéophytes, comme pour stabiliser l’articulation. L’instabilité existante crée des tensions douloureuses sur les ligaments et les tendons musculaires. Lorsque les lamelles osseuses de deux os se rejoignent, l’articulation perd sa mobilité. Les zones prédisposées Les vertèbres qui supportent la projection des forces mécaniques générées par les muscles et les tissus de soutien sont les plus touchées. La partie inférieure du corps est atteinte plus rapidement car elle supporte plus de poids (région lombaire et hanches). Les vertèbres qui servent de support aux tissus de soutien des organes et aux glandes dès lors où une insuffisance est détectée. 28 - Santé 3 e âge L'arthrose touche de nombreuses régions articulaires. La troisième vertèbre cervicale en cas de troubles thyroïdiens, la hanche droite en cas de colopathie fonctionnelle. Les articulations qui ont été fragilisées par un traumatisme. La huitième vertèbre dorsale (entre les omoplates) où se projettent les tensions de la coupole diaphragmatique droite sous laquelle s’attache le foie. L’acidité et l’oxydation Parlons du foie justement, cet organe omnipotent dont toutes les autres fonctions de l’organisme dépendent. Dénué de fibres nerveuses sensitives, il ne peut se manifester par la douleur ; par contre, son insuffisance a des répercussions sur tout l’organisme. Le foie stocke le glucose, source énergétique de l’organisme qui se transforme en graisse lorsqu’il est en excès. Cette transformation libère de l’acide et de l’oxyde de carbone. L’oxydation attaque l’os comme la rouille sur le métal et l’acidité entretient les tensions musculaires et diminue l’élasticité des ligaments. C’est pourquoi le maintien d’une alimentation alcaline et d’une bonne fonction hépatique deviennent aussi importantes que l’exercice physique pour La glycation Le glucose en excès se lie aux protéines qui constituent nos tissus dont celles du cartilage et empêche leur bon fonctionnement. Pour cette raison mais aussi pour combattre le surpoids qui pèse sur les articulations, l’apport d’aliments à faible indice glycémique est recommandé.
Le facteur hormonal Au moment de la ménopause, l’interruption de la synthèse des œstrogènes qui interviennent pendant la croissance dans la synthèse des cellules du cartilage, peut favoriser l’installation de l’arthrose. prévenir l’arthrose. Cela permet d’entretenir une mobilité nécessaire pour conserver une bonne hydratation du cartilage lorsque l’on souffre de douleurs articulaires et musculaires. Les traitements usuels L’arthrose ne bénéficie actuellement que de traitements contre la douleur. Des injections d’acide hyaluronique utilisées pour l’articulation du genou améliorent la viscosité et l’élasticité du liquide synovial qui joue un rôle fondamental par ses propriétés de lubrifiant et d’amortisseur des chocs. En cas de destruction osseuse, seule la chirurgie est proposée. Selon le type d’articulation, la pose de prothèses ou l’ostéosynthèse dynamique peut être envisagée. Elle permet de protéger le disque sans le bloquer et de garder une certaine amplitude de mouvement. La prévention prend ainsi toute son importance et plus particulièrement chez les femmes qui sont plus touchées, vraisemblablement du fait de l’interruption de la synthèse des œstrogènes en période de ménopause. L’ostéopathie peut vous aider L’ostéopathie est une médecine préventive. Son approche globale lui permet d’avoir un rôle majeur dans la prévention des maladies inflammatoires et dégénératives tel que l’arthrose. Le premier principe de l’ostéopathie est la règle de l’artère. Cela consiste à libérer par des techniques manuelles douces, les compressions vasculaires susceptibles de limiter la circulation sanguine dans une zone de l’organisme. La méthodologie suit alors un raisonnement logique. L’ostéopathe doit dans un premier temps lever les tensions qui s’exercent sur le diaphragme et principalement les organes digestifs qui y sont suspendus. Le coeur, véritable pompe vasculaire, se situe au-dessus du diaphragme qui est traversé par les gros vaisseaux qui relient le cœur. Un travail plus profond vise à lever les contractions des muscles de soutien de la charpente osseuse qui sont traversés par 80% des vaisseaux à commencer par ceux qui soutiennent la colonne vertébrale et le bassin et qui se trouvent dans la sphère digestive. Ceci explique le rapport existant entre l’arthrose de la hanche gauche et une fragilité du colon, entre celle de la hanche droite et une insuffisance hépatique, etc... L'osthéopathie est une excellente médecine préventive contre l'arthrose. Faute de pouvoir se reconstituer naturellement, il est important de freiner, voire de stopper le processus de dégradation du cartilage articulaire. L’ostéopathie prend en compte les facteurs extérieurs qui contribuent à limiter l’amplitude articulaire et lui redonner une certaine autonomie. Le rétablissement d’une meilleure circulation locale, la normalisation des fonctions de détoxication et d’élimination, et la correction des erreurs alimentaires de son patient, sont les objectifs recherchés par l’ostéopathe qui devient ainsi un acteur Différents types d'arthrose Cartilage normal Cartilage sénescent Cartilage arthrosique majeur dans le traitement de l’arthrose. La prescription de chrondroïtine et de glucosamine complètent ce travail en renforçant le cartilage. J-P.M. Prévention oblige ! Le maintien d’une alimentation alcaline et d’une bonne fonction hépatique est aussi importante que l’exercice physique pour prévenir l’arthrose. Santé 3 e âge - 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84