Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
Santé 3e Age n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 22,5 Mo

  • Dans ce numéro : préserver son capital jeunesse.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Senior ARTHROSE Plus question d'avoir mal ! L’arthrose est la maladie articulaire la plus courante qui ne touche pas que les seniors. On estime à 4,6 millions de personnes en France qui en souffrent, un nombre en augmentation régulière du fait de l’allongement de la durée de vie et de certains facteurs de risque dont les plus répandus sont l’obésité et la sédentarité. Un point s’impose avec notre expert ostéopathe, Jean-Pierre Marguaritte. Cette dégradation de la surface articulaire est progressive. Prise à temps, son évolution peut être enrayée et ne jamais être douloureuse. C’est toute la difficulté, car on ne consulte le médecin que lorsque la douleur apparaît au moment où le niveau de dégradation de l’articulation est avancé alors qu’il conviendrait d’avoir une approche beaucoup plus globale pour identifier tous les facteurs ayant favorisé l’installation de l’arthrose. Le mécanisme articulaire Définissons tout d’abord simplement l’arthrose et son mécanisme d’installation et essayons de comprendre pourquoi elle se situe de façon privilégiée au niveau des articulations qui supportent des charges. Une articulation assure la mobilité entre deux os. Elle est formée de plusieurs éléments anatomiques grâce auxquels le mouvement peut être exécuté  : le cartilage, les ligaments et les muscles. Le cartilage est la surface articulaire de frottement qui couvre les extrémités des deux os, les ligaments maintiennent face à face les surfaces articulaires et les muscles fixés sur les os par des tendons, mobilisent les articulations lors de leur contraction. Le rôle principal du cartilage est la répartition et la transmission des contraintes en compression sous l’effet de la charge. Il intervient également dans l’absorption des chocs. 26 - Santé 3 e âge L’hydratation en cause Contrairement à l’os, le cartilage des articulations n’est pas vascularisé ni innervé. Cette absence de vaisseaux explique sa difficulté à se réparer spontanément à l’âge adulte. Sa dégradation est la conséquence d’une moins bonne rétention des molécules d’eau. Comme une éponge, la fonction du cartilage dépend de la quantité d’eau retenue. Le maintien de la pression chasse l’eau et conduit naturellement à un assèchement et à la perte d’élasticité et de résistance du car- tilage. De même qu’une éponge humidifiée absorbe les salissures, le cartilage bien hydraté résiste mieux aux attaques extérieures. La pompe articulaire Le cartilage baigne dans un liquide maintenu autour de l’articulation, le liquide synovial (« la nourriture » des cellules du cartilage se trouve dans la synovie). Ce sont les mouvements d’eau entre le cartilage et la cavité synoviale, provoqués par des pressions cycliques, qui apportent les nutriments aux cartilages très minéra- lisés. Ces pressions décompressions déclenchées lors d’une activité dynamique, créent une forme de pompage qui favorise les échanges et la nutrition du cartilage.
Question au Docteur Bertrand Moura Médecin Rhumatologue, Paris 8e, Ancien Interne des Hôpitaux de Paris et chef de clinique à la Faculté, Consultant dans le service de rhumatologie du CHU Ambroise Paré. Quel est l’impact du surpoids sur les articulations ? Dr Moura  : « Le surpoids est définitivement délétère pour l’anatomie articulaire et son fonctionnement. Le cartilage et l’os sous-chondral le nourrissant sont le siège de mécanorécepteurs cellulaires réglant le bon fonctionnement des tissus. En présence de contraintes de poids trop fortes, des messagers cellulaires et extra-cellulaires sont à l’origine de dégradation de la matrice cartilagineuse. Mais le surpoids exerce également des contraintes fortes sur les ligaments, véritables haubans articulaires, à l’origine de douleurs. En effet, le risque d’arthrose de genou est majoré de 15% pour chaque augmentation d’une unité d’indice de masse corporelle (calculée par le rapport de la masse sur la taille au carré). On comprend donc bien qu’au-dessus d’un IMC de 25, les contraintes physiques de poids exercent déjà un effet délétère fonctionnel avant même toute apparition de dégâts anatomiques. » Santé 3 e âge - 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Santé 3e Age numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84