Santé 3e Age n°6 déc 15/jan-fév 2016
Santé 3e Age n°6 déc 15/jan-fév 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°6 de déc 15/jan-fév 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,0 Mo

  • Dans ce numéro : anti-cholestérol, votre plan d'attaque...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
HDL & LDL THINKSTOCK donc le poids en général, que ce soit en insuffisance ou en surplus. Or, une fois que le cholestérol s’est manifesté, ou que l’on a déjà un problème cardiaque, la diète doit rester équilibrée toute sa vie. Savoir gérer ses excès Même si cela peut sembler contredire le paragraphe précédent, il est difficile de ne jamais faire d’excès. Là encore, il convient de savoir gérer les lendemains de fêtes ou de réveillons, en ne se laissant pas aller dans la durée. Il est très difficile de perdre du poids, mais si simple d’en reprendre. Réagir dès le lendemain permet de ne pas faire grise mine au moment de monter sur la balance quelques jours après. 38 - Santé 3 e âge Attention au sel ! Le sel est surtout l’ennemi de la tension. Mais il par- ticipe au régime équilibré. Cela ne veut pas dire régime sans sel, sauf ordre du médecin, mais ne plus rajouter de sel systématiquement dans l’assiette. Le fait d’éviter les charcuteries permet également d’éviter l’excès de sel. Prudence sur les médicaments Ils ne sont envisagés que lorsque le régime n’a pas donné de résultat. Les malades sont souvent fautifs  : pas de symptômes visibles, d’où l’impression d’être en bonne santé et de pouvoir s’abstenir de faire attention à son mode d’alimentation. Il arrive donc très fréquemment que les régimes diététiques soient interrompus. Lorsqu’un traitement médicamenteux est mis en place, cela peut durer des années et c’est le médecin qui décide de l’arrêt et non pas le patient, même si celui-ci a repris un taux convenable d’après lui. THINKSTOCK Avec un excès de cholestérol, votre régime alimentaire doit rester équilibré toute votre vie. Les divers traitements sont à base de stratines, de fibrates, de résines ou les inhibiteurs d’absorption intestinale du cholestérol. Ce sont les statines qui sont les plus utilisées, car considérées comme les plus efficaces. Les effets secondaires sont souvent évoqués par les patients pour justifier le fait qu’ils ne suivent pas leur traitement correctement ou l’arrêtent carrément. Les fibrates dits de seconde génération sont particulièrement utilisés pour le traitement du cholestérol et des triglycérides chez les diabétiques. Les statines, elles, ont un effet connu sur la baisse du cholestérol LDL, mais n’agissent que peu sur les triglycérides. Vous l’aurez compris, pour résumer, une personne souffrant d’un taux de cholestérol doit de façon concomitante  : Arrêter de fumer. Avoir une activité physique même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’entraînement sportif. Maigrir rapidement s’il est en surpoids et rééquilibrer son alimentation ensuite en fonction de son activité, de son âge, de son sexe. Augmenter sa ration habituelle d’acides gras insaturés (poissons gras par exemple) et réduire dans le même temps sans pour autant les supprimer les acides gras saturés et hydrogénés comme le fromage, le beurre. Les produits laitiers sont intéressants dans la mesure où on les consomme avec modération. Augmenter sa ration quotidienne de fruits et légumes frais, sans apport de matières grasses ou sucres ajoutés. > Des précautions particulières Autre point important  : lors de la prise des médicaments, le régime alimentaire doit être poursuivi, en particulier si l’on fait partie des personnes de la catégorie « haut risque vasculaire ». On appartient à ce type de patients lorsque l’on a déjà souffert d’une maladie cardiaque ou lorsque l’on est diabétique de type 2, + deux autres facteurs de risque (comme l’hypertension ou l’obésité, les plus courants). Un programme qui peut paraître difficile, mais qu'il est vital de mettre en place. Et n’oublions pas que c’est un régime positif pour toute la famille ! n Un dossier réalisé par Inès Nacre.
SANTÉCOMBAT l Anti tabac 73% des utilisateurs de cigarette électronique ont définitivement renoncé à fumer pour vapoter. Pourtant, malgré des études rassurantes et les avis de certains scientifiques et médecins, des voix s’élèvent qui occultent l’intérêt de la cigarette électronique comme aide au sevrage. Un point s’impose. 1 fumeur sur 2 meurt des conséquences liées au tabac. Selon le PA (paquet par année) formule de probabilité utilisée par les médecins français dans le diagnostic des cancers, une personne qui fume 1 paquet/jour pendant 10 ans présente 99% de risque de mourir des conséquences du tabac. Vapoter vaut mieux que fumer ! Face à un tel constat, il est évidemment indispensable d’encourager les fumeurs à tout sevrage tabagique. La cigarette électronique est une des méthodes qui aident au sevrage du tabac. Selon l’étude de Chris Bullen de l’université d’Auckland publiée dans le journal médical britannique The Lancet, la cigarette électronique présente une efficacité au minimum équivalente aux patchs pour l’arrêt complet du tabac et nettement supérieure aux patchs pour la réduction 54 - Novembre-Décembre 2014 - Janvier 2015 CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Vaincre le mal par le mal ? de la consommation de tabac. Un peu plus de la moitié de ceux qui ont testé l’ecigarette ont réussi à diviser par deux ou plus leur consommation de tabac, alors que seulement 41% de ceux utilisant le patch sont parvenus à ce résultat. Sujette à controverses Suite à la controverse suscitée par 60 Millions de consommateurs, Thibaud Durand, dirigeant de Cigaretteelec.fr tient d’ailleurs à rappeler les propos d’Antoine Flahault, professeur de médecine à l’université Paris Descartes et à l’Hôtel Dieu, cité dans Les Echos du 8 septembre dernier  : « La nicotine, qui a été étudiée de près en pharmacologie, n’est pas plus dangereuse que la caféine – elle le serait même plutôt moins. Ce qui est si mauvais dans le tabac que l’on fume, c’est le goudron qui résulte de la combustion et se dépose dans les voies respiratoires, ainsi que le monoxyde de carbone qui se diffuse dans le sang. Or ces deux substances sont absentes des e-cigarettes. Passer de la cigarette traditionnelle à la cigarette électronique réduit le risque d’au moins 99%. » Autant d’arguments que Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 Millions de consommateurs assure ne pas rejeter dans sa réponse à la lettre ouverte de l’Association Indépendante des utilisateurs de cigarette électronique. « Comme vous, je suis convaincu que la cigarette électronique est infiniment moins nocive que le tabac », écrit-il le 3 septembre avant de poursuivre que l’étude de son magazine THINKSTOCK THINKSTOCK Santé 3 e âge - 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 68