Santé 3e Age n°6 déc 15/jan-fév 2016
Santé 3e Age n°6 déc 15/jan-fév 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°6 de déc 15/jan-fév 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,0 Mo

  • Dans ce numéro : anti-cholestérol, votre plan d'attaque...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
HDL & LDL THINKSTOCK Lorsque l’on fait une prise de sang, les deux types de cholestérols sont à considérer ensemble. Leur rapport est important  : un LDL plus élevé que la moyenne associé à un HDL plus bas que la moyenne augmente donc les risques. Le taux global reste quand même la première indication à lire et à considérer. Un rôle cependant prioritaire Le cholestérol est nécessaire à la survie de notre organisme. Il participe en effet à la fabrication de nos cellules et de nos hormones. Seul son excès est nocif. Il préserve donc nos tissus artériels, mais lorsqu’il intervient en excès auquel cas, son rôle s’inverse, puisque le risque cardio-vasculaire découle automatiquement de ce « trop plein ». Pas immédiatement bien entendu, mais peu à peu, dans le temps, le mal s’installe et s’approfondit jusqu’à causer des dommages parfois irréparables. La maladie est donc insidieuse. Quel type de contrôle ? Le contrôle se fait avec un simple bilan sanguin effectué à jeun portant sur le cholestérol total, le HDL, le LDL, les rapports entre les deux, ainsi que les triglycérides. Le médecin demande aussi de contrôler les apoprotéines Al et B s’il 34 - Santé 3 e âge Le cholestérol est nécessaire à la survie de notre organisme. Seul son excès est nocif. Les deux formes de cholestérol Le cholestérol HDL (High Density Lipoproteins) Celui que l’on surnomme le « bon » ! Ce type de protéines récupère le trop plein de cholestérol pour le ramener au foie. Ensuite, il est soit dirigé vers la bile pour être éliminé, soit utilisé pour aider à la fabrication d’hormones. Les transporteurs HDL sont assez rares, car ils n’assurent que 15 à 20% du trafic pourrait-on dire. Le cholestérol LDL (Low Density Lipoproteins) C’est lui « le mauvais » ! Ce second type de protéines transporte le cholestérol du foie vers toutes nos cellules, ce qui explique que lorsque les LDL sont en surnombre, le taux de cholestérol dans le sang augmente. Les transporteurs LDL sont en majorité par rapport aux autres (environ 70% en moyenne). y a déjà eu problème cardiaque ou s’il y a suspicion. Lorsque le taux est normal, il est conseillé de faire un contrôle tous les cinq ans. L’idéal est que ce taux (cholestérol total) soit inférieur à 2 grammes par litre de sang. On considère que la limite est à 2,50g/l. Le taux est donc considéré comme élevé au-delà de 2,50g/l. Les résultats sont à interpréter en fonction de l’âge de la personne, c’est donc le médecin qui connaît le dossier médical du patient qui est le plus à même d’avoir un avis précis sur la question. Il est également admis que le cholestérol LDL doit être au moins égal à 0,55 et que le LDL doit être inférieur à 1,50 et même 1,20 pour une personne à risque. Le médecin peut également demander le rapport cholestérol total sur HDL. Le résultat ne doit donc normalement pas être supérieur à 4,5. Les risques liés à un taux élevé En fait, le cholestérol est une maladie silencieuse qui continue à se développer sans que l’on ne s’en rende vraiment compte, si ce n’est que cela s’accompagne souvent d’une prise de poids, que l’on rattache fréquemment au fait que l’on vieillit, que le métabolisme ralentit ou que l’on n’a plus la même activité physique. D’où l’importance de contrôles réguliers et de bilans à partir de 45 ans. Certains patients ne peuvent que constater l’existence des plaques d’athérome lors d’une échographie, ou plus grave, souffrir d’un accident vasculaire cérébral, d’un infarctus ou de la survenue d’une artérite des jambes. THINKSTOCK
THINKSTOCK Nos conseils anti-cholestérol Être conscient de son âge Normalement, l’excès de cholestérol intervient dans la vie des plus de cinquante ans. Il arrive cependant que des individus très jeunes souffrent de ce que l’on nomme hypercholestérolémie familiale. La paroi artérielle est constituée de trois éléments que l’on nomme tuniques  : La tunique interne ou intima, La tunique intermédiaire ou media, La tunique externe ou adventice. Dès l’enfance, les lipides commencent à se déposer sur l’intima. Rien d’anormal à ce phénomène. Les enfants ne sont donc normalement pas concernés par ce souci. Les femmes sont souvent protégées quant à elle par leurs hormones jusqu’à la ménopause, ce qui explique que l’on retrouve des problèmes d’artérite ou d’angine de poitrine chez les femmes de plus de 50 ans, rarement avant. Pour les hommes, les problèmes peuvent commencer bien avant en fonction de leur mode de vie et de leur terrain génétique. Surveiller périodiquement son taux de cholestérol La surveillance via le prélèvement sanguin fait partie des précautions préventives évidentes. Inutile d’en faire trop si l’on est jeune, mais faire un bilan par an à partir de 40 ans est conseillé. En fonction des résultats, il faut ensuite commencer à surveiller ou faire un contrôle régulier ou plus fréquemment si le besoin s’en fait sentir. Voir son médecin régulièrement Les Français sont d'accord pour prendre rendez-vous chez leur médecin généraliste pour faire un contrôle. Ensuite ils prétextent souvent du fait qu’ils n’ont pas le temps pour ne pas s’en soucier, les hommes en particulier. Or, à partir de cinquante ans et parfois avant, il convient de surveiller régulièrement les principaux indicateurs car « mieux vaut prévenir que guérir ». Les femmes sont souvent protégées par leurs hormones jusqu’à la ménopause. ATTENTION ! Chaque fois que l’on surajoute les problèmes  : diabète + cholestérol, Hypertension + cholestérol, le risque d’attaques ou d'embolies augmente d’autant plus. Réduire les acides gras saturés Parvenir à faire la différence entre graisses saturées et insaturées est une première démarche. On les qualifie de façon abusive de mauvaises et bonnes graisses. En fait, il convient de ne pas absorber de graisses, quelles qu’elles soient, de manière excessive  : une simple règle de bon sens ! Il n’empêche que de nombreux médias, ainsi que des diététiciens insistent sur le rôle des « bonnes graisses », les acides gras insaturés, qui se trouvent dans les oléagineux et les poissons gras en particulier. Les gras insaturés restent liquides à basse température et ont une action différenciée  : le mono insaturé n’agit que sur la baisse de mauvais cholestérol alors que le poly insaturé agit sur la réduction du cholestérol total. Veiller à sa ration d’omega 3 Les fameux Omega aident notre système cardio-vasculaire à fonctionner correctement et contribuent à sa protection. Ils ne sont pas produits par notre corps et nous ne les trouvons donc que dans notre alimentation. Les « Omega 3 » ne sont d’ailleurs pas les seuls, il y a aussi les 6, les 9, que l’on trouve en particulier dans certaines huiles, tournesol, soja… C’est la raison pour laquelle les diététiciens conseillent de changer régulièrement d’huile pour cuisiner (tout en maîtrisant la quantité). Le souci est qu’aujourd’hui, notre alimentation est assez pauvre en ces ingrédients indispensables à un bon équilibre. Tout le Santé 3 e âge - 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 1Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 2-3Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 4-5Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 6-7Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 8-9Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 10-11Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 12-13Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 14-15Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 16-17Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 18-19Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 20-21Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 22-23Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 24-25Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 26-27Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 28-29Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 30-31Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 32-33Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 34-35Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 36-37Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 38-39Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 40-41Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 42-43Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 44-45Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 46-47Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 48-49Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 50-51Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 52-53Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 54-55Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 56-57Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 58-59Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 60-61Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 62-63Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 64-65Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 66-67Santé 3e Age numéro 6 déc 15/jan-fév 2016 Page 68