Retropolis n°32 août 2013
Retropolis n°32 août 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de août 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Gameblog

  • Format : (176 x 229) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : jeu... Donkey Kong Jungle Beat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
L’ami Donkey fait un retour fracassant sur Game Cube, mais pas forcément là où on l’attendait le plus ! Cette fois, le primate le plus célèbre du jeu vidéo et ses copains nous convient à un jeu de rythme original qui va mettre nos mains à rude épreuve car la vraie star du jeu, c’est son accessoire : la paire de bongos - pardon, de Kongas ! Une fois ceux-ci bien calés entre les genoux, on tape en rythme avec la musique sur celui de gauche, de droite, les deux simultanément ou dans les mains, le clap étant alors capté par un petit micro intégré. L’occasion de déclencher rapidement un joyeux bordel assez inaudible en soirée ! En solo ou avec un pote concentré par contre, progression rime rapidement avec addiction : de Blink 182 à Mozart en passant par Jamiroquai ou les Jackson Five, la playslist donne envie de performer dans tous les styles, et le système de bonus à acheter en jouant beaucoup (ziques, bruitages pour les bongos, avatars...) ainsi que les minijeux confèrent au titre une très bonne durée de vie hors-soirée. 30
Attention toutefois au syndrôme « merde, les murs bougent ? ! » après plusieurs dizaines de minutes à fixer le même point sur l’écran, sans parler des avant-bras qui chauffent bien à force de frapper ! Outre le fait qu’il faudra avoir un minimum de sens du rythme pour ne pas rendre la musique inaudible et insupportable, DK Konga souffre tout de même de quelques petites failles : le réglage du micro intégré aux bongos a tendance à trop capter les claps du voisin (ou pas assez les nôtres selon le réglage) ce qui fait facilement foirer un long combo, et les morceaux qui ne sont pas chantés par les artistes originaux titilleront les oreilles les plus sensibles. Malgré cela, le singe a tout-de-même bien réussi son coup. C’est frais, convivial et derrière le côté joujou des tonneaux en plastique se cache même un challenge rythmique plus technique qu’il en a l’air. Après quelques heures de pratique et la maîtrise des lignes de percussion les plus bouillantes du jeu, vous pourriez même passer pour un authentique pro ! 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :