Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°1 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : un visage rayonnant, anti-âge, tout ce qui marche...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
Enquête HDL & LDL nouveau régime alimentaire plus équilibré, mais aussi pour vérifier la prise de poids. Mieux vaut en effet réagir au plus vite si l’on a fait un excès et que l’on constate deux kilos de plus sur la balance. Une pesée une fois par semaine est donc conseillée, si possible au même moment de la journée et dans la semaine pour éviter les éventuelles « difficultés » ou excès liés au week-end. THINKSTOCK ENQUÊTE HDL & LDL Contrôler sa tension L’hypertension augmente les risques de faire un infarctus. Cholestérol élevé et hypertension ne font donc pas bon ménage. Faire une visite régulière chez son médecin permet ainsi de vérifier que tout va bien de ce côté. Les troubles liés à l’hypertension notamment passent souvent inaperçus. Il ne faut pas non plus penser que les femmes ne sont pas concernées, elles le sont également notamment après la ménopause. La consommation d’alcool joue également son rôle dans l’augmentation du risque. Surveiller ses hormones Lorsqu’une femme consulte son gynécologue, celui-ci fait effectuer une prise de sang pour la prise de contraception orale, ou pour la prise de THS. Les femmes savent bien que la ménopause est souvent associée à une prise de poids et le métabolisme se trouve bouleversé notamment pendant la période de pré-ménopause. Savoir où l’on se situe dans ce processus permet aussi de prendre les bonnes décisions en matière de régime alimentaire, mais aussi d’activité physique. 5260- Novembre-Décembre 2014 - Janvier 2015 Arrêter le tabac Le tabac augmente lui aussi le cholestérol LDL, il s’agit de l’une des autres conséquences que doit supporter le gros fumeur. Pas de chance pour les fumeurs, le tabac est vraiment nocif… pour tout. L’idéal, si l’on prend finalement la décision d’arrêter, est d’étudier les différentes solutions proposées, de l’arrêt pur et simple à l’utilisation de patchs. Si possible, l’arrêt doit se faire avant la ménopause. En effet, arrêt signifie souvent prise de poids, et mise en place d’un régime alimentaire. Pour une personne qui ne fait aucune activité, il est aussi possible de reprendre le sport pour compenser. Boire beaucoup d’eau S’hydrater est important. Si l’eau plate ne vous plaît pas, eau gazeuse, thés verts, sodas light, infusions, tout est bon pour aider à se sentir bien. L’hydratation est essentielle. Elle permet de se sentir mieux, de maintenir un poids correct ou d’aider au régime, elle est aussi bonne pour la peau. Il est conseillé de boire 1,5 à 2 litres par jour de boissons non alcoolisées, toutes confondues. Connaître ses antécédents familiaux Il existe des familles dont les membres sont atteints d’obésité ou de rol. Même si cela est sou- vent lié à cholestél’alimentation familiale, il convient de le faire savoir à son médecin. Normalement, ce dernier interroge le patient sur son passé. Il est donc important de poser les questions à ses parents ou grands-parents, lorsque cela est possible, afin de connaître ses antécédents. THINKSTOCK THINKSTOCK Cela permet aussi d’adopter un comportement plus prudent sur certains points. Capitaliser sur l’index glycémique On recommande souvent aux personnes souffrant de cholestérol de réduire la consommation de produit à index glycémique élevé. En fait, cela s’adresse habituellement aux diabétiques, puisque la glycémie est directement liée au taux de glucose dans le sang. Mais cela est aussi en relation avec le régime alimentaire recommandé. Ainsi, les fruits et légumes, les céréales ont un index glycémique inférieur à 55, donc faible. Alors que le pain blanc, le riz blanc, les frites, les confiseries ou les carottes ont un index glycémique supérieur à 70. Le régime recommandé aux diabétiques est également adapté aux personnes souffrant d’un excès de cholestérol. Un mode de vie au long cours Etre au régime ou maintenir un poids de forme peut être facile pour certains et très difficile pour d’autres. Lorsque le besoin de perdre du poids se manifeste en même temps que la ménopause, l’excès de cholestérol peut être la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Il convient donc de se faire aider si cela est trop dur. Nous voulons vivre vieux et en bonne santé, mais cela ne va pas sans efforts. De là à faire une déprime il n'y a qu'un pas. Il faut donc pouvoir s’appuyer sur son entourage pour que les repas équilibrés le soient pour tous, ou demander à son généraliste de consulter un diététicien pour se faire suivre régulièrement. L’important est de ne pas se laisser aller et le moral y est donc pour beaucoup. Si le blues s’installe, cela aura un impact sur l’alimentation et
THINKSTOCK donc le poids en général, que ce soit en insuffisance ou en surplus. Or, une fois que le cholestérol s’est manifesté, ou que l’on a déjà un problème cardiaque, la diète doit rester équilibrée toute sa vie. Savoir gérer ses excès Même si cela peut sembler contredire le paragraphe précédent, il est difficile de ne jamais faire d’excès. Là encore, il convient de savoir gérer les lendemains de fêtes ou de réveillons, en ne se laissant pas aller dans la durée. Il est très difficile de perdre du poids, mais si simple d’en reprendre. Réagir dès le lendemain permet de ne pas faire grise mine au moment de monter sur la balance quelques jours après. Attention au sel ! Le sel est surtout l’ennemi de la tension. Mais il par- ticipe au régime équilibré. Cela ne veut pas dire régime sans sel, sauf ordre du médecin, mais ne plus rajouter de sel systématiquement dans l’assiette. Le fait d’éviter les charcuteries permet également d’éviter l’excès de sel. Prudence sur les médicaments Ils ne sont envisagés que lorsque le régime n’a pas donné de résultat. Les malades sont souvent fautifs  : pas de symptômes visibles, d’où l’impression d’être en bonne santé et de pouvoir s’abstenir de faire attention à son mode d’alimentation. Il arrive donc très fréquemment que les régimes diététiques soient interrompus. Lorsqu’un traitement médicamenteux est mis en place, cela peut durer des années et c’est le médecin qui décide de l’arrêt et non pas le patient, même si celui-ci a repris un taux convenable d’après lui. THINKSTOCK Avec un excès de cholestérol, votre régime alimentaire doit rester équilibré toute votre vie. Les divers traitements sont à base de stratines, de fibrates, de résines ou les inhibiteurs d’absorption intestinale du cholestérol. Ce sont les statines qui sont les plus utilisées, car considérées comme les plus efficaces. Les effets secondaires sont souvent évoqués par les patients pour justifier le fait qu’ils ne suivent pas leur traitement correctement ou l’arrêtent carrément. Les fibrates dits de seconde génération sont particulièrement utilisés pour le traitement du cholestérol et des triglycérides chez les diabétiques. Les statines, elles, ont un effet connu sur la baisse du cholestérol LDL, mais n’agissent que peu sur les triglycérides. Vous l’aurez compris, pour résumer, une personne souffrant d’un taux de cholestérol doit de façon concomitante  : Arrêter de fumer. Avoir une activité physique même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’entraînement sportif. Maigrir rapidement s’il est en surpoids et rééquilibrer son alimentation ensuite en fonction de son activité, de son âge, de son sexe. Augmenter sa ration habituelle d’acides gras insaturés (poissons gras par exemple) et réduire dans le même temps sans pour autant les supprimer les acides gras saturés et hydrogénés comme le fromage, le beurre. Les produits laitiers sont intéressants dans la mesure où on les consomme avec modération. Augmenter sa ration quotidienne de fruits et légumes frais, sans apport de matières grasses ou sucres ajoutés. > Des précautions particulières Autre point important  : lors de la prise des médicaments, le régime alimentaire doit être poursuivi, en particulier si l’on fait partie des personnes de la catégorie « haut risque vasculaire ». On appartient à ce type de patients lorsque l’on a déjà souffert d’une maladie cardiaque ou lorsque l’on est diabétique de type 2, + deux autres facteurs de risque (comme l’hypertension ou l’obésité, les plus courants). Un programme qui peut paraître difficile, mais qu'il est vital de mettre en place. Et n’oublions pas que c’est un régime positif pour toute la famille ! n Un dossier réalisé par Inès Nacre. Novembre-Décembre 2014 - Janvier 2015 - 6153



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 1Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 2-3Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 4-5Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 6-7Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 8-9Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 10-11Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 12-13Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 14-15Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 16-17Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 18-19Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 20-21Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 22-23Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 24-25Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 26-27Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 28-29Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 30-31Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 32-33Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 34-35Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 36-37Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 38-39Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 40-41Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 42-43Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 44-45Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 46-47Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 48-49Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 50-51Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 52-53Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 54-55Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 56-57Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 58-59Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 60-61Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 62-63Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 64-65Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 66-67Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 68