Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°1 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : un visage rayonnant, anti-âge, tout ce qui marche...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Enquête HDL & LDL THINKSTOCK Nos conseils anti-cholestérol Être conscient de son âge Normalement, l’excès de cholestérol intervient dans la vie des plus de cinquante ans. Il arrive cependant que des individus très jeunes souffrent de ce que l’on nomme hypercholestérolémie familiale. La paroi artérielle est constituée de trois éléments que l’on nomme tuniques  : La tunique interne ou intima, La tunique intermédiaire ou media, La tunique externe ou adventice. Dès l’enfance, les lipides commencent à se déposer sur l’intima. Rien d’anormal à ce phénomène. Les enfants ne sont donc normalement pas concernés par ce souci. Les femmes sont souvent protégées quant à elle par leurs hormones jusqu’à la ménopause, ce qui explique que l’on retrouve des problèmes d’artérite ou d’angine de poitrine chez les femmes de plus de 50 ans, rarement avant. Pour les hommes, les problèmes peuvent commencer bien avant en fonction de leur mode de vie et de leur terrain génétique. 5058- Novembre-Décembre 2014 - Janvier 2015 Surveiller périodiquement son taux de cholestérol La surveillance via le prélèvement sanguin fait partie des précautions préventives évidentes. Inutile d’en faire trop si l’on est jeune, mais faire un bilan par an à partir de 40 ans est conseillé. En fonction des résultats, il faut ensuite commencer à surveiller ou faire un contrôle régulier ou plus fréquemment si le besoin s’en fait sentir. Voir son médecin régulièrement Les Français sont d'accord pour prendre rendez-vous chez leur médecin généraliste pour faire un contrôle. Ensuite ils prétextent souvent du fait qu’ils n’ont pas le temps pour ne pas s’en soucier, les hommes en particulier. Or, à partir de cinquante ans et parfois avant, il convient de surveiller régulièrement les principaux indicateurs car « mieux vaut prévenir que guérir ». Les femmes sont souvent protégées par leurs hormones jusqu’à la ménopause. ATTENTION ! Chaque fois que l’on surajoute les problèmes  : diabète + cholestérol, Hypertension + cholestérol, le risque d’attaques ou d'embolies augmente d’autant plus. Réduire les acides gras saturés Parvenir à faire la différence entre graisses saturées et insaturées est une première démarche. On les qualifie de façon abusive de mauvaises et bonnes graisses. En fait, il convient de ne pas absorber de graisses, quelles qu’elles soient, de manière excessive  : une simple règle de bon sens ! Il n’empêche que de nombreux médias, ainsi que des diététiciens insistent sur le rôle des « bonnes graisses », les acides gras insaturés, qui se trouvent dans les oléagineux et les poissons gras en particulier. Les gras insaturés restent liquides à basse température et ont une action différenciée  : le mono insaturé n’agit que sur la baisse de mauvais cholestérol alors que le poly insaturé agit sur la réduction du cholestérol total. Veiller à sa ration d’omega 3 Les fameux Omega aident notre système cardio-vasculaire à fonctionner correctement et contribuent à sa protection. Ils ne sont pas produits par notre corps et nous ne les trouvons donc que dans notre alimentation. Les « Omega 3 » ne sont d’ailleurs pas les seuls, il y a aussi les 6, les 9, que l’on trouve en particulier dans certaines huiles, tournesol, soja… C’est la raison pour laquelle les diététiciens conseillent de changer régulièrement d’huile pour cuisiner (tout en maîtrisant la quantité). Le souci est qu’aujourd’hui, notre alimentation est assez pauvre en ces ingrédients indispensables à un bon équilibre. Tout le
Mortalité élevée… L’athérosclérose, liée directement à un taux trop élevé de cholestérol, est la première cause de mortalité dans les pays industrialisés. monde ne consomme pas de sardines, de noix, d’amandes, loin de là. Et le poisson frais reste une denrée relativement onéreuse. Manger au moins 5 fruits & légumes par jour Dans le régime conseillé aux personnes souffrant de cholestérol, il est conseillé un retour à une diététique équilibrée. Ainsi, la réintroduction de légumes et de fruits est essentielle puisqu’elle apporte vitamines, minéraux, sans oublier des antioxydants qui permettent en particulier de lutter contre la formation de ces fameuses plaques sur les artères. Ils sont donc partie intégrante de la protection de notre organisme et en particulier de notre cœur. Les études ont prouvé que l’oxydation des cellules LDL était favorisée par certains manques  : par exemple carence en vitamine C et E, en polyphénols contenus dans les fruits et légumes, en fibres alimentaires végétales et en calcium. Ainsi, la pectine contenue dans des fruits comme les pommes par exemple ont une action anti-inflammatoires positive. Réduire ou supprimer l’alcool L’alcool est nocif pour la santé globalement, il est aussi fortement calorique. Il est donc clair que la suppression ou la réduction de prises d’alcool fait partie intégrante du régime à mettre en place. Lorsque l’on est jeune, les excès d’alcool ne se font pas vraiment ressentir, mais ces abus précoces laissent des traces THINKSTOCK Un peu de sport, une alimentation saine et allégée et des contrôles médicaux réguliers  : la bonne régle de 3 ! dans l’organisme. Il vient un temps où il faut savoir mener une vie plus raisonnable. La suppression d’alcool est parfois difficile, mais le médecin peut aider à ce que la consommation soit régulée. Il est aussi possible de prendre des mesures personnelles  : x quantité lors des sorties, pas de consommation en semaine… A chacun de trouver la solution la plus adaptée, sachant qu’un verre de bon vin par jour est même recommandé sur le plan cardio-vasculaire. Avoir une activite physique Si l’on souhaite multiplier le bon impact de ce nouveau régime, l’idéal est de le coupler avec une reprise ou une poursuite de l’activité physique. Faire un régime est d’autant plus efficace que perdre du poids modifie à la baisse le taux de LDL. Le HDL, lui, a au contraire tendance à augmenter. Perdre du poids constitue donc un véritable bonus pour la santé. Pour ce qui est de l’activité physique, toutes les études ont démontré que les artères bénéficiaient de ce régime, sans doute aussi parce qu’un cœur sollicité par le sport ne peut continuer à plein régime si les artères sont obstruées. Le cercle vertueux est donc mis en place. Se créer un programme d’activité physique est important, à condition de prendre en compte sa forme et son âge. Pas de jogging à tout-va lorsque l’on n’est pas sportif, un redémarrage en douceur s’impose. L’important est de faire une activité qui plaise. Et pourquoi ne pas suivre le conseil des coachs  : ne plus prendre l’ascenseur ? Ou ne plus prendre la voiture pour des distances modestes. Retrouver le goût de la marche (si possible rapide, à raison de 30 minutes par jour) est notamment conseillé si l’on est en surpoids. Surveiller son poids La surveillance de son poids est indispensable lorsque l’on lutte contre le cholestérol ; Il est effectivement souvent associé à un surpoids, et a fortiori à une obésité. S’il ne faut pas devenir un obsédé du pèse-personne, la surveillance s’impose. Soit pour contrôler une perte suite à la mise en place d’un A retenir Les médecins estiment qu’une grande partie de ces accidents, entre 10 et 30%, pourraient être évités, si les patients avaient consenti ou s’étaient préoccupés de faire un contrôle suivi d’un régime alimentaire. Novembre-Décembre 2014 - Janvier 2015 - 5951 THINKSTOCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 1Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 2-3Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 4-5Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 6-7Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 8-9Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 10-11Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 12-13Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 14-15Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 16-17Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 18-19Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 20-21Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 22-23Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 24-25Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 26-27Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 28-29Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 30-31Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 32-33Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 34-35Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 36-37Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 38-39Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 40-41Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 42-43Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 44-45Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 46-47Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 48-49Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 50-51Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 52-53Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 54-55Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 56-57Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 58-59Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 60-61Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 62-63Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 64-65Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 66-67Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 68