Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°1 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : un visage rayonnant, anti-âge, tout ce qui marche...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
PHOTOS.COM PHOTOS.COM Santé bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bi bi 46 PHOTOS.COM PHOTOS.COM Les légumineuses Les légumineuses Tous Tous les bienfaits les bienfait des « des vrais « vrais » » sucres sucres lents lents ! ! Vous entendez souvent Vous entendez les nutritionnistes souvent les nutriti conseiller aux sportifs conseiller de consommer aux sportifs une de consomm grande quantité grande « sucres quantité lents de ». « De sucres lent même, dans le cadre même, de régimes, dans le cadre les « de sucres régimes, les lents » sont souvent lents préférés » sont souvent aux « sucres préférés aux « rapides ». Or, il existe rapides différentes ». Or, il existe catégories différentes ca de sucres lents. de Si sucres les pâtes, lents. Si riz les et pâtes, les le ri pommes de terre pommes sont à de prescrire terre sont à ceux à prescrire qui ont une importante qui ont une activité importante physique, activité p attention à leur attention consommation à leur excessive consommation e dans le cadre d’un dans régime le cadre hypocalorique. d’un régime hypoca Mieux vaut alors privilégier Mieux vaut les alors légumineuses. privilégier les légum Petit point pour bien Petit comprendre. point pour bien comprendre. J usqu’à présent, les J des étaient généralement des étaient une énergie généralement immédiatement une énergie imm gluci- usqu’à à-dire présent, capables gluci- de dégager à-dire capables classés en deux groupes classés  : en exploitable. deux groupes  : exploitable. > Les glucides simples, > formés d’une ou deux més molé-d’une contenant ou deux de molé-l’amidon contenant de Les glucides > Les simples, glucides for- complexes, > Les glucides cules (glucose, fructose, cules (glucose, et composés fructose, de longues et composés d saccharose), par exemple saccharose), le chaînes par exemple de molécules. le chaînes Par de mol morceau de sucre dans morceau votre exemple de sucre dans ceux votre présents exemple dans ceux pré café du matin. Ces sucres café du les matin. pommes Ces sucres de terre ou les les pommes det sont a priori considérés sont a céréales. priori considérés Considérés comme céréales. Considé comme « rapides », comme c’est- des « rapides « sucres », lents c’est- », ils des sont « sucres lent
o bio bio bio io bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio bio biob s onnistes censés libérer progressivement leur énergie après le repas, et permettre un effort continu. L’index glycémique  : une mesure plus efficace Aujourd’hui, les nutritionnistes ont abandonné cette équivalence trompeuse au er une profit de la notion d’index glycémique. Cet indice s ». De mesure la hausse du taux « sucres de glucose dans le sang sucres (glycémie), et sa vitesse tégories d’évolution. Un sucre qui z et les fait monter rapidement l’index glycémique sera à ceux donc considéré comme hysique, « rapide ». Or, l’index glycémique d’un glucide ne xcessive lorique. dépend pas obligatoirement du nombre de molécules qui composent le ineuses. sucre. Glucide complexe ne rime donc pas forcément avec sucre lent… Ainsi le sucre (saccharose) n’a pas l’index le plus élevé, et n’est pas le glucide le plus rapide. Il se situe en fait dans la moyenne, bien de dégager en dessous de la baguette édiatement de pain, des pommes de terre ou des céréales.complexes, Cet index glycémique ne l’amidon dépend pas uniquement e longues de l’aliment mais aussi de écules. Par nombreux facteurs. Par sents dans exemple  : erre ou les Le mode de cuisson des rés comme aliments (durée, température)  : la pomme s », ils sont de terre au four a un indice bas alors que la purée a un indice élevé. La nature de l’aliment (liquide ou solide)  : l’organisme assimile plus vite un aliment liquide. Le mode de consommation (aliments pris isolément ou au cours d’un repas). Consommé lors d’un repas, ou associé à des graisses et des protéines, l’index du sucre diminue, il ne sera donc pas immédiatement utilisé par l’organisme mais sera au contraire assimilé lentement et constituera alors une réserve d’énergie. Pris en cours de repas, le sucre devient donc un sucre « lent ». PHOTOS.COM Une séparation classique discutable La séparation classique entre « sucres rapides » et « sucres lents » est donc discutable. Logique en apparence, et pratique à utiliser, elle est cependant fausse car  : Certains aliments contenant des grosses molécules se digèrent très rapidement (pain, pomme de terre par exemple) et font par conséquent monter la glycémie très rapidement, Certains aliments ayant un goût sucré (fruits par exemple) font nettement moins monter la glycémie que d’autres aliments n’ayant aucun goût sucré (pain, pomme de terre par exemple). Les vrais « sucres lents » existent Ce sont les légumes secs. Ils se digèrent lentement et ne contiennent pas plus de sucre que les féculents qui en contiennent environ 20%  : Fèves 8% Flageolets 12% Lentilles 14% Haricots rouges 15% Haricots blancs 18% Pois cassés 20% Pois chiches 20% Ils se digèrent lentement, car ils ont une structure chimique particulière et contiennent d’autres nutriments qui ralentissent leur digestion. Ils sont donc vivement conseillés et peuvent utilement remplacer les pommes de terre, les pâtes, le riz, le blé, le maïs, la semoule... sous réserve qu’ils ne soient pas dans un plat trop gras comme le cassoulet à la graisse d’oie, les lentilles au lard... Légumes secs ou légumineuses Les légumineuses sont des plantes qui présentent un grand intérêt tant sur le plan agronomique (elles contribuent à enrichir le sol en azote grâce au rhizobium et constituent un bon précédent pour les céréales), que sur le plan nutritionnel par leur apport en énergie et en protéines. 47 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 1Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 2-3Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 4-5Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 6-7Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 8-9Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 10-11Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 12-13Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 14-15Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 16-17Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 18-19Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 20-21Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 22-23Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 24-25Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 26-27Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 28-29Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 30-31Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 32-33Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 34-35Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 36-37Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 38-39Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 40-41Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 42-43Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 44-45Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 46-47Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 48-49Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 50-51Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 52-53Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 54-55Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 56-57Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 58-59Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 60-61Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 62-63Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 64-65Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 66-67Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 68