Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°1 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : un visage rayonnant, anti-âge, tout ce qui marche...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
SANTÉ Santé saisonSaison la dose efficace. L’objectif est de parvenir à une rééducation du système immunitaire afin qu’il ne se mette pas en action à mauvais escient. > Un protocole au point Il s’agit d’injecter des doses d’allergènes, régulièrement et en quantité croissante dans le temps afin que l’organisme se mette à reconnaître leur présence et ne pas réagir de façon aussi brutale lors du prochain contact. Les méthodes ainsi que les médicaments sont à présent très au point. > Une patience indispensable Il s’agit d’un processus de longue haleine, qui déçoit parfois, parce que les résultats ne sont pas forcément spectaculaires. Il suffit parfois d’un an pour que cela aille mieux, mais la durée habituelle peut aller jusqu’à trois ans, voire plus. Il est donc indispensable que le médecin puisse évaluer la capacité du patient à suivre un traitement prolongé en en respectant scrupuleusement le protocole. Il est donc essentiel de bien expliquer le déroulement du traitement à l’avance, ses avantages, ses contraintes, les effets secondaires ainsi que les risques d’échec. Mieux vaut laisser au patient un délai de réflexion afin de s’assurer de son engagement. 40 80 - Février-Mars-Avril 2010 > Efficace selon les allergies Il faut cependant noter que les allergologues pratiquent la désensibilisation en priorité sur les personnes allergiques aux pollens, aux acariens et aux piqûres de guêpes. En effet, les résultats sont satisfaisants sur ce type d’allergies, ce qui n’est pas toujours le cas pour les autres (animaux, moisissures…). Pour ce qui est du rhume des foins, les résultats avoisinent les 70%. Pour ce qui est des acariens, les résultats positifs sont entre 60 et 70%. Pour ce qui est de la désensibilisations aux piqûres de guêpes (hyménoptères), c’est là que l’on enregistre les meilleurs résultats  : plus de 90%. On désensibilise également (avec de moins bons résultats) les personnes allergiques aux chats, aux chiens, ainsi qu’aux moisissures. Des malades prioritaires Ce sont les individus qui attrapent le rhume systématiquement plusieurs fois par an ou qui ont un risque asthmatique qui sont traités en priorité. Si les symptômes ne sont gênants que pendant une quinzaine de jours, même trois semaines, inutile de faire une désensibilisation. L’Assurance maladie prévoit un rem-boursement de l’ordre de 65%, il est donc nécessaire d’avoir une mutuelle. Ce sont en fait plus de 80% des allergiques qui pourraient tirer des bénéfices d’un tel traitement. Tous les allergiques ne sont pas éligibles Les personnes qui souffrent de plusieurs allergies différentes. On estime que le traitement est efficace sur au maximum deux allergènes. Les femmes enceintes (pour le traitement d’attaque, pas de contre-indication pour la phase d’entretien). Celles qui souffrent d’un asthme sévère ou non stabilisé. Les personnes atteintes d’un cancer. Les enfants de moins de cinq ans. Les personnes traitées aux bétabloquants. Si les médecins allergologues font actuellement attention à ne pas traiter tout un chacun, c’est que cela a été le cas auparavant. Et ce phénomène a grandement contribué à la mauvaise réputation du traitement car le taux d’échecs était trop élevé. En filtrant dès le départ le type de patients éligibles, l’efficacité est quasiment garantie. Les différents types de traitements 1. La voie sublinguale C’est la méthode la plus utilisée (dans environ 80% des cas). Elle est très confortable, puisqu’il s’agit de déposer quelques gouttes de l’extrait allergénique sous la langue, et laisser fondre sous la langue. On peut ressentir parfois une sensation bizarre sous la langue, parfois un épisode de toux, mais aucune réaction grave. Le traitement est bien
toléré. Des comprimés sont également mis au point pour être pris via la même méthode. 2. Les injections Il s’agit d’une méthode courante, en partie parce qu’il n’existe pas de solution sublinguale dans le cas des venins de guêpes et d’abeilles. On injecte des doses d’extrait allergénique dans le haut du bras au cabinet du médecin ou dans celui d’une infirmière, à condition qu’un médecin soit également présent au sein du cabinet. Ceci au cas où un choc anaphylactique se produirait. Dans ce cas, on procède immédiatement à une injection d’adrénaline. Le patient reste environ 20 minutes dans le cabinet après l’injection pour vérifier que tout va bien, et ne pas faire de sport immédiatement après. Il peut y avoir des réactions locales à l’endroit de l’injection. Il existe des protocoles rapides qui se font en milieu hospitalier et durent de une à quatre journées. Dans ce cas, on administre toutes les heures Possibilité d’interrompre le traitement Il est habituellement décidé de suspendre le traitement au bout d’un an ou deux pour les pollens et au bout de six mois pour les acariens, au cas où le traitement n’aurait permis aucune amélioration. ou moins des doses afin de parvenir à la définition de la dose maximale. Ensuite, le traitement commence à proprement parler pour les injections dites d’entretien. ALLERGIES Quand les résultats ne sont pas à la hauteur, mieux vaut arrêter à moins que l’on n’ait pu identifier de nouveaux allergènes qui expliqueraient les raisons de l’inefficacité du traitement. Les résultats Quand les résultats ne sont pas à la hauteur, mieux vaut arrêter à moins que l’on n’ait pu identifier de nouveaux allergènes qui expliqueraient les raisons de l’inefficacité du traitement. 70% de succès signifie quand même 30% de personnes pour qui cela ne fonctionne pas vraiment. En effet, il arrive que les allergies soient croisées, par exemple l’allergie au pollen s’accompagne fréquemment d’autres allergies, et il devient compliqué de bien soigner toutes les causes à la fois sans en oublier aucune. De plus, il faut que le patient soit vraiment décidé, car il est nécessaire que le traitement soit très bien suivi pour parvenir à un résultat efficace. En effet, si la durée initiale du traitement est relativement courte, deux semaines au plus, la phase d’entretien dure de trois à cinq ans. Le respect du protocole est indispensable et le patient doit être motivé. S’il s’agit d’un enfant, les parents doivent prêter attention à cette régularité dans le temps indispensable. Plus d’une personne sur trois est aujourd’hui allergique et les chiffres augmentent en particulier si l’on compte la montée des allergies alimentaires. Ce qui signifie que le nombre a quasiment doublé en une quinzaine d’années. Modifier notre mode de vie n’est pas si simple et mieux vaut donc s’intéresser de près à la désensibilisation ! E.A. 41 Février-Mars-Avril 2010 - 81 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 1Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 2-3Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 4-5Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 6-7Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 8-9Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 10-11Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 12-13Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 14-15Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 16-17Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 18-19Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 20-21Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 22-23Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 24-25Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 26-27Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 28-29Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 30-31Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 32-33Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 34-35Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 36-37Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 38-39Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 40-41Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 42-43Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 44-45Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 46-47Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 48-49Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 50-51Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 52-53Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 54-55Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 56-57Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 58-59Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 60-61Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 62-63Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 64-65Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 66-67Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 68