Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°1 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : un visage rayonnant, anti-âge, tout ce qui marche...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
SANTÉ Santé seniors Une fois le diagnostic posé, des traitements existent. Des traitements appropriés Le traitement le plus connu est la chirurgie pour les cataractes qui créent déjà un gros problème aux personnes atteintes. Ce sont en tout presque 300 000 personnes qui sont opérées chaque année en France. Si la cataracte n’est pas très avancée, le spécialiste pourra proposer des mesures faciles à adopter comme le port de lunettes adaptées (ou de lentilles) sans oublier le fait d’avoir toujours un bon éclairage lors de ses activités. Il existe également des gouttes oculaires, et des exercices des yeux qui aident à améliorer une cataracte légère. La tendance est quand même à opérer assez tôt, étant donné que les risques sont peu élevés. En général, l’opération se fait si l’acuité n’est plus de 4 sur 10, à quoi il faut ajouter les notions de qualité de vision, qualité qui peut être fortement entamée lorsque la lumière baisse. Un senior qui est actif, qui voyage et conduit sera donc plus tôt demandeur qu’une personne sédentaire. Lorsque le cristallin est trop opaque et durci, il faut procéder à l’ablation chirurgicale du cristallin. Elle se fait sous anesthésie locale, et est assez courte, puisqu’elle dure au maximum une demi-heure. Les deux yeux ne sont pas soignés en même temps. Le grand âge n’est pas forcément une contre indication à l’opération. Un centenaire peut tout à fait être opéré. La préparation est simple  : pas d’aspirine une semaine avant, la veille il 36 76 - Février-Mars-Avril 2010 Senior faut apposer des collyres antibiotiques et anti-inflammatoires. Déroulement de l’intervention Le déroulement est très au point mais doit être pratiqué par une personne d’expérience. 1 L’anesthésie se fait habituellement via l’application d’un collyre à moins que l’état général ne réclame une hospitalisation. 2 Une incision est faite à travers la cornée pour atteindre le cristallin. 3 Une sonde à ultrasons est introduite pour « ramollir » les protéines du cristallin et pouvoir le retirer sans dommages. 4 Enfin, une lentille artificielle est placée pour remplacer le cristallin. Cette lentille peut d’ailleurs être utile pour d’autres corrections, comme la myopie ou la presbytie. Il arrive qu’il ne soit pas possible de remplacer le cristallin, auquel cas une lentille sera posée directement sur l’œil. 5 Après l’opération, il faut apposer des collyres à nouveau trois fois par jour pendant un à deux mois. Si la cataracte est considérée aujourd’hui comme une intervention presque bénigne, il ne faut quand même pas oublier qu’il y a quand même une anesthésie, même légère et que la personne qui subit l’intervention est âgée. Le risque que le résultat ne soit pas à la hauteur est donc toujours possible. BON À SAVOIR Au départ, il est possible de ressentir une sensation de corps étranger, mais cela passe rapidement. L’œil est sensible évidemment, mais n’est pas douloureux. Les lentilles remplaçant le cristallin Les lentilles rigides sont anciennes et bien connues. Elles peuvent corriger un autre défaut de vision, mais l’incision doit être plus grande évidemment pour les introduire. Très fiables, elles sont aujourd’hui rarement utilisées de par leur matériau. Les lentilles souples demandent une plus petite incision et sont plus performantes au niveau de la vision de nuit. Les implants dits multifocaux ont beaucoup progressé ces dernières années pour permettre des corrections intéressantes pour le patient. Avec les derniers implants, il est possible de ne plus inciser que sur 1 à 2 millimètres. C’est l’ophtalmologiste qui pourra vous conseiller sur le type de lentilles en fonction du diagnostic qui a été effectué, d’autant que les progrès sont rapides dans ce domaine et qu’il faut donc se tenir au courant des innovations. Le temps de guérison Les résultats sont en général spectaculaires, car la personne peut à nouveau lire, regarder la télé sans problème et ce dans 90% des cas. Dans les 10% restants, les patients ont souvent un autre problème visuel. Il faut attendre environ deux mois pour que la guérison soit vraiment complète. Les patients ont d’ailleurs un peu de mal parfois à voir à nouveau les couleurs dans toute leur intensité, dans un premier temps du moins. Il faut le temps que le cerveau intègre l’information que la vision a été corrigée. Le lendemain même, il est normal de voir flou et
il ne faut pas s’inquiéter si l’on a l’œil rouge. Le coût est pris en charge en partie par la Sécurité sociale, puis la mutuelle, sauf s’il s’agit d’une CMU. Il peut y avoir des frais supplémentaires s’il y a des verres correcteurs. Les résultats dépendent bien entendu de l’état de l’œil dans sa globalité, en particulier la rétine et le nerf optique. Si ceux-ci sont normaux, les résultats seront excellents. Laser & cataracte Il arrive parfois que la cataracte revienne. Mais dans ce cas, il n’est pas nécessaire de procéder à une nouvelle intervention (s’il s’agit toujours de la cataracte bien entendu), c’est une correction au laser qui vient corriger le problème. Le laser n’intervient en fait dans la cataracte qu’en correction d’un effet post-opératoire, il ne remplace pas à ce jour la pose d’implants. Il arrive en effet que la capsule qui est derrière l’implant s’opacifie même après l’opération. Il ne s’agit pas d’une complication, mais d’une évolution qui peut donc être corrigée. Il arrive en effet que dans 30% des cas, une intervention au laser de quelques minutes permette de rétablir la vision très rapide sans hospitalisation. L’opération est totalement indolore. Les derniers progrès Vu le nombre d’opérations, il est clair que les protocoles sont de plus en plus précis et les chirurgiens plus expérimentés. A cela s’ajoute que les matériels sont plus précis, et que de nouvelles méthodes pourront améliorer la situation par la suite  : par exemple utiliser de l’eau pendant l’opération. L’évolution des implants est bien entendu primordiale  : la qualité optique s’améliore. Ils protègent mieux des radiations et l’on est en train d’évoluer vers des implants dits intelligents, ajustables à la lumière par exemple. Des mesures de prévention Evidemment, à partir du moment où il s’agit d’une évolution due au vieillissement, les mesures de prévention sont à prendre bien longtemps avant les 65 ans. Il s’agit en fait d’une hygiène de vie qui doit commencer des années auparavant. Mais certaines mesures sont de toute façon bonnes à prendre  : Arrêter de fumer. Porter systématiquement des VOS YEUX lunettes de soleil et si possible un chapeau ou une visière pour limiter l’usure due aux UV. Protéger ses yeux lorsque l’on bricole ou dans certains sports par exemple pour éviter les blessures. Vérifier régulièrement son taux de sucre dans le sang. Et si l’on a déjà du diabète, adopter un régime adapté. Avoir une alimentation suffisamment riche en antioxydants. Autant dire que si les patients doivent prendre en charge leurs propres mesures de prévention, la chirurgie permet de guérir aujourd’hui la quasi totalité des cas de cataracte simple. En quelques dizaines d’années, le confort des seniors sur le sujet a changé du tout au tout ! E.A. 37 Février-Mars-Avril 2010 - 77 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 1Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 2-3Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 4-5Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 6-7Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 8-9Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 10-11Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 12-13Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 14-15Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 16-17Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 18-19Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 20-21Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 22-23Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 24-25Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 26-27Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 28-29Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 30-31Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 32-33Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 34-35Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 36-37Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 38-39Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 40-41Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 42-43Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 44-45Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 46-47Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 48-49Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 50-51Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 52-53Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 54-55Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 56-57Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 58-59Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 60-61Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 62-63Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 64-65Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 66-67Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 68