Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
Réponse Santé n°1 oct/nov 2015
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°1 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : un visage rayonnant, anti-âge, tout ce qui marche...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Santé combat inflammation SANTÉCOMBAT l Inflammation THINKSTOCK ZOOM SUR… La spondylarthrite Voici une maladie méconnue qui touche pourtant 0,3% de la population générale, soit près de 300 000 personnes estimées en France La spondylarthrite est une maladie de l’adulte jeune dont les premiers symptômes peuvent apparaître vers 20 ou 30 ans, mais aussi débuter chez l’enfant. Un point s’impose. La spondylarthrite débute par l'inflammation d'une structure anatomique bien particulière  : l'enthèse. C'est en fait la zone où les tendons, les ligaments, les capsules s'insèrent sur l'os. L’enthèse en question On distingue plusieurs parties dans cette enthèse, du corps musculaire à l'os  : La zone en continuité avec le corps musculaire, faite de fibres de collagène organisée en faisceaux parallèles ; La zone qui lui fait suite, présente des fibres de collagène qui s'oriente 5426- Février-Mars-Avril 2015 de façon différente et des cellules du cartilage (les chondrocytes) font leur apparition ; Ensuite, ce tissu fibreux et cartilagineux va se calcifier ; Pour se terminer par des travées osseuses. Au cours de la spondylarthrite, une inflammation va se développer au sein de l'enthèse, créant une enthésite. Cette inflammation aiguë se produit au niveau de l'insertion sur l'os, puis va cicatriser en se fibrosant, et dans un dernier temps une ossification peut se produire et s'étendre ensuite vers le tendon ou le ligament. On parle alors d'entésophyte. C'est ce phénomène que l'on va retrouver en particulier sur  : La colonne vertébrale, à l'endroit où s'attache le disque intervertébral sur les vertèbres ; Les articulations sacro-iliaques ; L'insertion du tendon d'Achille. Quelles manifestations ? Il est important de connaître les premières manifestations possibles de la spondylarthrite, de façon à ne pas tarder
THINKSTOCK à voir votre médecin pour qu'il puisse poser le diagnostic au plus vite. La spondylarthrite débute en général vers 26 ans, et, contrairement à une idée reçue, aussi souvent chez la femme que chez l'homme. Des douleurs rachidiennes peuvent survenir au début. Le mal de dos est très banal, mais certaines particularités doivent vous faire consulter rapidement  : Des douleurs qui surviennent volontiers la nuit, vers 2 ou 3 heures du matin et qui ne sont pas calmées par le repos ; Au réveil, une sensation de raideur qui dure plus de 30 minutes, voire parfois plusieurs heures ; Souvent l'existence de douleurs fessières d'un ou des côtés, ou à bascule (c'est à dire tantôt à droite et tantôt à gauche) ; Des douleurs associées aux précédentes et qui se localisent sur le bassin ou la symphyse pubienne. C'est la persistance de répétition de ces cycles douloureux de la colonne vertébrale et leur tendance à la pérennisation qui doivent alerter. Progressivement les douleurs ont tendance à suivre une évolution ascendante des fesses vers le rachis dorsal. Une sensation d'oppression thoracique nocturne peut survenir ou plus fréquemment une difficulté à l'inspiration profonde. THINKSTOCK D'autres manifestations peuvent survenir comme une douleur du talon qui a la particularité de s'améliorer à la marche et d'être fréquemment bilatérale. C'est également parfois un gonflement d'un doigt ou d'un orteil qui doivent alerter. Les autres manifestations de la spondylarthrite permettent, lorsqu'elles sont présentes, d'orienter le diagnostic. Mais ce n'est pas souvent le cas au début. Une maladie évolutive Chaque spondylarthrite évolue sur de nombreuses années et d'une manière très variable. Il existe ainsi des formes où la gêne est très minime, et d'autres à l'opposé qui vont entraîner une atteinte importante. L'évolution va être fonction d'une part de l'atteinte inflammatoire et d'autre part de l'atteinte structurale, c'est à dire des lésions ostéo-articulaires. L'évolution la plus fréquente est celle qui voit des poussées inflammatoires régressant totalement sans entraîner de complications ostéo-articulaire ou autres. Dans certains cas, ces poussées vont générer des complications pour certaines localisations. Enfin, il peut y avoir des cas où la spondylarthrite évolue par poussées sur un fond d'activité permanente, sans véritable accalmie. Il faut savoir également qu'il n'existe pas de parallélisme entre l'intensité des douleurs et celle du développement d'une ankylose. Le handicap fonctionnel, est donc extrêmement variable d'un cas à l'autre. L'activité inflammatoire en général diminue considérablement, voire disparaît, au bout de 15 ans d'évolution. Un DVD pour comprendre L’Association Française de Spondylarthrite, en partenariat avec MSD France, a réalisé un DVD sur une maladie peu connue et mal diagnostiquée  : la spondylarthrite. Dans cette vidéo de la collection « C’est pas sorcier », la spondylarthrite est expliquée aux patients par le duo Fred et Jamy. Aux côtés des acteurs de cette pathologie, ils tentent de mieux comprendre son fonctionnement, son origine et son évolution et de répondre aux questions des patients et de l’entourage. Destiné à accompagner le médecin dans la prise en charge thérapeutique de ses patients atteints de spondylarthrite, ce film est disponible auprès des rhumatologues et remis aux patients par ces derniers (Découvrez la bande-annonce du film, sur le lien  : http://www.msdfrance.com/newsroom/PublishingImages/bande_annonce_c_est_pas_sorcier.mp4). Retenez enfin que la prise en charge médicale de la spondylarthrite associe traitements médicamenteux et non médicamenteux, leurs objectifs étant de calmer la douleur, de lutter contre la raideur, de maintenir les capacités fonctionnelles du patient et de prévenir ou traiter les éventuelles complications. Les traitements non médicamenteux (gymnastique régulière, rééducation fonctionnelle, ergothérapie, etc.) sont indispensables, au même titre que les médicaments. n V.L. Source & pour plus d'informations, rendez-vous sur  : www.spondylarthrite.org Février-Mars-Avril 2015 - 2755



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 1Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 2-3Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 4-5Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 6-7Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 8-9Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 10-11Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 12-13Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 14-15Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 16-17Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 18-19Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 20-21Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 22-23Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 24-25Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 26-27Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 28-29Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 30-31Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 32-33Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 34-35Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 36-37Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 38-39Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 40-41Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 42-43Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 44-45Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 46-47Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 48-49Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 50-51Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 52-53Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 54-55Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 56-57Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 58-59Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 60-61Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 62-63Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 64-65Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 66-67Réponse Santé numéro 1 oct/nov 2015 Page 68