Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
Devenir mère La protection La dimension protectrice du parent, et de la mère, est essentielle à la croissance affective équilibrée de l’enfant. Difficile de grandir dans une atmosphère de peur, qui paralyse tout élan. La mère est le premier rempart contre l’environnement au début de la vie et tout est supposé bien se passer tant qu’elle est là. Toutes les mères connaissent le fameux bisou magique qui soigne tous les bobos superficiels et assèche les larmes. Ce cocon protecteur permet au tout petit d’explorer son environnement en toute confiance, les limites étant fixées par les parents. Cette attitude positive permet de grandir et d’aller de l’avant. L’objectif de cet aspect protecteur est bien entendu de préserver l’enfant face aux dangers potentiels, et de le sécuriser. En aucun cas, cela ne doit devenir une sorte de cage dorée. La peur n’empêche pas le danger et il faut bien que l’enfant commence à explorer le monde. La patience Toutes les mères qui ont déjà conduit les enfants à l’école ou organisé des goûters d’anniversaire le savent  : mieux vaut avoir une certaine dose de patience lorsque l’on est entourée d’enfants. Les instituteurs doivent parfois être des saints, car nos petits peuvent être de vrais petits démons lorsqu’ils sont en groupe. Et cela ne s’arrange pas dans le temps. La nature faisant bien les choses, la patience des mères est bien connue. Même les plus nerveuses ont une dose de patience bien supérieure à leurs habitudes lorsqu’il s’agit de leurs propres enfants. Et les enfants le savent bien. Il arrive qu’ils en profitent un peu mais savent que les mamans sont là pour comprendre et les aider, quoiqu’il arrive. Un dernier recours indispensable. La justice La justice est une qualité exigée par nos enfants lorsqu’ils grandissent. Il arrive ainsi qu’ils se plaignent d’un comportement injuste à l’école par exemple, et ils attendent de nous que nous n’agissions pas de même. 68 - Question psycho Pourtant cela n’est pas si simple pour une mère de toujours prendre la bonne décision. Le principal est de savoir préserver un bon équilibre s’il y a une fratrie. Quand bien même la mère aurait une petite préférence, peu importe, il est important que dans la vie de tous les jours, les enfants ne ressentent pas un sentiment d’injustice corroboré par des faits. Et comme nous ne sommes pas à l’abri d’une erreur, autant la reconnaître si nous nous rendons compte avoir pris la mauvaise décision. L’équilibre Les enfants sont des adeptes de la routine, tout en ayant de grandes capacités d’adaptation. Ce qui nous fait hésiter entre habitudes au quotidien et peur de les perturber. Il est vrai que nos enfants ont besoin de manger, dormir à heures régulières, faire leurs petites siestes, cela correspond à des habitudes qui sont positives pour leur santé et leur croissance. De là à extrapoler et dire que les changements sont difficiles à supporter, il y a un pas. Un déménagement va beaucoup plus perturber les parents que les enfants. Lorsqu’ils le peuvent, ceux-ci vont protester en disant qu’ils vont perdre leurs amis, mais en réalité ils s’en font vite de nouveaux. L’enfant s’est construit un équilibre dans son foyer, en fonction des habitudes de ses parents. Cet équilibre peut être modifié dans la mesure où un changement de travail, d’horaires des parents, d’école vient modifier la donne. Mais l’équilibre ne se situe pas dans ces éléments matériels. Il se situe dans la réalité affective. L’équilibre profond de l’enfant provient du fait qu’il
est certain d’être aimé par ses parents. Le fait qu’ils s’aiment tous les deux est important, mais la rupture entre les parents n’est pas synonyme de rupture avec l’enfant et celui-ci le sait bien. C’est lorsque cet équilibre primaire est menacé que le problème intervient. Ainsi, lorsque la mère porte un autre enfant, du même père ou d’un autre, l’équilibre est rompu momentanément par la jalousie. De même si la mère s’installe avec un autre homme. La mère doit donc être particulièrement vigilante à continuer à fournir cet équilibre qui a commencé dès le début. Peu importe que les données aient changé, la vie passe aussi par là. Les mères sont aujourd’hui souvent en première ligne pour gérer cette continuité face à l’enfant, car ce sont elles qui ont la garde de leurs enfants la plupart du temps suite à une séparation. Le bonheur La relation mère-enfant est synonyme de bonheur, pour les deux. Un enfant heureux rend sa mère heureuse, et vice versa. L’enfant ressent ce que sa mère dégage, et lorsqu’elle est heureuse, il se sent forcément mieux. Et si être une bonne mère consistait surtout à être heureuse ? Une ambition légitime et pourtant controversée pour les mamans. En effet, celles qui restent au foyer sont supposées bien s’occuper de leurs enfants, sauf que leur ouverture sur l’extérieur serait plus étriquée et leur isolement inhibant. Quant aux femmes actives, surtout si elles s’investissent dans leur travail, elles délaisseraient leurs enfants en des mains étrangères qui bien évidemment ne peuvent remplacer la mère. Mais qui avance donc ces théories ? Certainement pas des femmes qui savent que leur enfant est la prunelle de leurs yeux. Et ce, qu’elles travaillent ou pas, qu’elles s’épanouissent ou soient au chômage. Les plus chanceuses font un choix de vie et l’assument allégrement en étant certaines d’apporter le meilleur à leur progéniture. D’autres sont contraintes et forcées soit de travailler, soit de rester à la maison souvent pour des raisons financières et culpa- Avis d’expert Jacques Salomé, psychanalyste & auteur Un acte d’amour… « Ma mère m'a dit deux choses  : Quand j'ai vu que j'étais enceinte, comme je n'ai pas eu de mère, je pensais que je ne pouvais pas être une bonne mère pour toi, donc j'ai pensé faire une interruption de grossesse, non pas comme un rejet et un abandon mais comme un acte d'amour… Mais elle m'a gardé. Elle était de l'Assistance Publique et je suis donc né à l'Assistance Publique ! Une année plus tard, elle était placée comme bonne à tout faire chez des pharmaciens, avec l'enfant que j'étais dans ses bras. Ces gens-là, n'ayant pas d'enfant, souhaitaient m'adopter. Là aussi, elle a hésité mais ne m'a pas confié car il y avait déjà une relation entre nous. Une femme qui lâche son enfant, c'est qu'elle se sent impuissante à l'aimer... » bilisent régulièrement. Cessons donc de nous penser coupables vis-à-vis de nos enfants et rendons-les heureux en l’étant nous-mêmes ! La valeur de l’exemple reste une valeur sûre. L’imperfection Les mamans ne sont pas parfaites. Les enfants le savent en leur for intérieur, mais ne peuvent exprimer cette réalité qu’assez tard. Tout petit, leur mère est toujours la plus belle, et la seule femme au monde dont ils ou elles se préoccupent. Ensuite cela change bien entendu, jusqu’à parfois la rebellion adolescente. Une évolution normale. Le souci vient souvent du fait que la mère souhaite atteindre la perfection, pour elle-même ou pour être à la hauteur de ce qu’attend l’entourage  : mère, mari, famille… Or il faut bien l’admettre, il arrive toujours un moment où les meilleures mères ne peuvent plus être parfaites. Elles rejoignent alors le monde des vivants ! On pourrait bien entendu ajouter encore bien des choses à cette tentative de définition de la « bonne mère », sachant qu’il est beaucoup plus aisé de qualifier une « mauvaise mère ». Une chose est certaine  : la plupart des femmes s’avèrent être de bonnes mères pour leurs enfants en faisant du mieux possible pour eux en fonction de leur moyens financiers, intellectuels et affectifs. Il est si agréable de rester la plus belle et la seule pour nos tous petits qu’il est difficile le temps passant de voir qu’ils nous voient avec plus de réalisme. Ainsi va la vie… Et surtout, ne nous laissons pas influencer par les donneurs de leçons qui ne cessent d’avancer une chose et son contraire. Si l’instinct maternel ne va pas de soi, l’amour lui se construit jour après jour avec son enfant ! V.D. A LIRE Les instincts maternels Qu’est-ce qu’un instinct maternel ? Une femme peut-elle le « perdre » ? Si les femmes aiment instinctivement leurs bébés, pourquoi trouve-t-on tant d’exemples, à travers les cultures et l’histoire, de femmes ayant contribué, directement ou indirectement, à leur mort ? Pourquoi tant de mères, à travers le monde, adoptent-elles visà-vis de leurs propres enfants des comportements discriminatoires ? Ce livre unique, richement illustré, rédigé dans un style limpide et accessible par l’une des plus grandes spécialistes en la matière, répond à toutes les questions que l’on pouvait se poser sur les choix maternels, les ambitions féminines et l’autonomie sexuelle. Par Sarah Blaffer Hrdy, Editions Payot, 624 pages. Question psycho - 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148