Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
Devenir mère changement qui ne prête pas vraiment à discussion, donnant parfois lieu à des plaisanteries, mais qui est loin d’être anodin. La relation entre la nouvelle grandmère et la nouvelle mère sont particulièrement importantes à ce moment précis. La jeune maman découvre enfin à son tour ce qu’implique concrètement et sentimentalement le fait d’avoir un enfant. Il n’est d’ailleurs pas rare, le temps passant, qu’une nouvelle compréhension émerge entre fille et mère. Le relais entre générations a donc du bon, même s’il représente quand même un choc, parfois inconscient. Le fait de devenir mère signifie que l’on ne fait plus partie des petits derniers. Rien d’affolant par rapport à ce qui peut se passer dans la tête de la grand-mère qui se trouve confrontée à être la génération la plus âgée, mais un changement important qui ne permet plus de se conduire de la même façon. Les nouvelles responsabilités de la mère sont bel et bien présentes et vont provoquer un changement d’attitude attendu par tous. Pour la grand-mère au contraire, c’est quasiment un allègement qui se fait jour, sa relation avec le nouveau-né sera bien différente de celle qu’elle a connu avec sa fille. Quant à la fille, c’est à son tour d’assumer. Une nouvelle façon de devenir adulte car une nouvelle identité se fait jour. Au niveau du couple Les bouleversements au niveau du couple sont évidemment immenses ! Du moins lorsque l’on passe de la vie à deux à un foyer à trois. Ensuite, le fait d’agrandir la famille constitue un changement révolutionnaire, tout autant que lorsque le couple a décidé de vivre ensemble. Deux adultes, généralement jeunes passent leur temps à travailler la plupart du temps, à moins que ce ne soit encore des études qui occupent le couple ou l’un des deux, et les soirées en sorties ou diners en amoureux. La vie n’est pas toujours rose mais la liberté immense, même si l’on ne s’en rend pas toujours compte au moment même où l’on vit ces 66 - Question psycho Avis d’expert Sylviane Giampino, psychologue de la petite enfance Un sentiment de culpabilité « En raison de la grossesse et de l'arrivée de l'enfant dans la vie d'une femme, il y a un remue-ménage intérieur dans le psychique des mères qui peut prendre une tonalité dépressive, même si celle-ci n'est pas systématique  : c'est ce qu'on appelle le baby-blues. En revanche, presque toutes les femmes sont sujettes au réveil d'une hypersensibilité qui se rapproche de celle du nourrisson, et leur permet d'entrer en relation avec ce dernier. Mais il ne s'agit pas d'instinct maternel et les hommes peuvent tout à fait vivre cet état d'hypersensibilité relationnelle, de fragilité, vital pour la relation du nourrisson. S'agissant de la mère, la culpabilité profite alors de ce terrain pour s'installer, si toutefois celle-ci se laisse piéger par l'illusion qu'elle est la seule à être vitale pour son enfant. D'où l'importance que j'attache à la présence des autres autour de la mère et autour de l'enfant, et ce dès la naissance. » instants qui peuvent durer des années. L’arrivée de l’enfant va modifier tout cela, et la symbiose de la cellule familiale transformée. Les rôles vont être plus tranchés, le père et la mère étant chacun à leur place. Le retour à la maison et les premiers mois sont évidemment essentiels. Une nouvelle alchimie doit se mettre en place. La mère est souvent toute à son enfant les premiers temps ce qui est bien normal, elle est à la maison, tandis que le père qui n’a subi aucune transformation physique continue à avoir ses activités habituelles, « d’avant ». Un décalage qui n’est que temporaire du moins pour la plupart des couples, car un nouvel équilibre se fait jour peu à peu, que la mère ait repris une activité ou reste au foyer. La femme a quant à elle une nouvelle responsabilité  : faire ressentir à son mari que si l’enfant est là, lui n’a pas disparu et n’est pas réduit à la portion congrue de l’affection. Cela passe aussi par le désir physique. S’il arrive parfois que le désir sexuel soit amoindri pendant quelques temps, tout doit revenir à la normale. Et si ce n’est pas le cas, il convient de consulter. Car entre la grossesse, la naissance de l’enfant, et les premières nuits agitée, l’intimité du couple a pour le moins été mise à mal. Une situation qui ne doit pas durer trop longtemps. Après tout, si votre compagnon vous a plu et séduite, il se peut aussi que d’autres soient sensibles à son charme… L’aspect matériel Un aspect qui est le plus facile à prendre en compte, même s’il donne parfois bien des soucis. Changement de voiture éventuel, de logement souvent, petit lit, siège auto, poussette, budget couches… autant d’éléments qui viennent pénaliser le budget du couple. Les listes de naissance sont alors les bienvenues. Le foyer doit inclure ces nouveaux besoins, ce qui explique que la plupart des couples attendent que leur situation financière soit stabilisée avant de penser à agrandir la famille. Un aspect pratique qui fait partie intégrante de la vie de tout un chacun. Comme toujours l’argent est une donnée qui doit être maîtrisée dans le projet familial, car il peut venir vraiment perturber le fonctionnement de la vie au quotidien. Les changements sont donc nombreux. Même si la volonté d’avoir un enfant est bel et bien là, force est de se faire une raison. Faites le point. S’il est important de prendre en compte les éléments moins agréables d’une maternité, se focaliser sur le positif n’a rien de compliqué une fois que l’on tient son enfant dans ses bras. A.B.
Etre une bonne mère, c’est quoi ? Une question quasi existentielle. Comment définir ce qu’est une « bonne mère » ? Autant dire que la mission risque de s’avérer impossible et que la définition ait des chances d’être plurielle. Le fait est que nous essayons toutes d’être les meilleures auprès de notre progéniture. Mais nous ne sommes que des êtres humains, la mère parfaite n’existe pas, à moins qu’elle ne soit pas celle que l’on pense… Toutes autant que nous sommes souhaitons être les meilleures mères du monde. Force est de reconnaître que les qualités requises sont immenses… et inatteignables ! Car un jour ou l’autre, pour votre enfant, que cela dure cinq minutes ou cinq ans, nous devons faire face à son antagonisme. Il peut s’agir d’une babiole sans conséquence ou d’un vrai problème. Le fait est que nous sommes des femmes, parfois superwomen, parfois légèrement débordées ou déprimées et que notre comportement ne peut être linéaire. Une fois ceci posé et accepté, la vie devient nettement plus facile. Sauf que… tout comme nous demandons inconsciemment à nos enfants d’être parfaits, dans le sens où nous désirons qu’ils correspondent à l’image que nous nous en sommes faite avant même qu’ils ne naissent, nous voulons nous aussi être irréprochables. Une attitude louable, mais qui ne doit pas faire peser trop de pression. La vie de la plupart des mères n’est pas un lit bordé de roses, loin de là. Nous avons donc aussi le droit d’être fatiguées, et parfois passablement énervées. Ne nous décourageons pas et cherchons à faire du mieux possible, en étudiant les qualificatifs qui généralement désignent une bonne mère. L’amour Amour encore et toujours, avant même de penser à quoi que ce soit, l’amour est un préalable avant d’aller plus loin. Impossible d’être une bonne mère sans amour, mais l’amour seul ne suffit pas à éduquer un enfant. Il est le terreau sur lequel l’enfant va puiser en grande partie pour grandir et prendre ses forces. Bien normal après tout, car cet enfant est aussi le résultat d’un amour, court ou pas, entre son père et sa mère. L’écoute Etre à l’écoute de son enfant est la condition sine qua non pour répondre à ses besoins. Ecouter ses paroles, mais aussi et surtout être sensible à l’attitude, à son humeur permet de détecter ce qui va bien ou au contraire un problème sous-jacent. Face à un bébé, cette attention va permettre d’aller consulter le médecin en cas comportement anormal. Par la suite, les sourires, les pleurs, les regards seront autant de signes de son état. La parole prend ensuite le relais, lorsque l’enfant est jeune, il est facile de voir si l’enfant cache quelque chose, ou ment pour dissimuler un souci. Ensuite, ce sont les années d’éducation qui doivent porter leurs fruits, car nos enfants deviennent de plus en plus malins ! Devenir mère L'amour d'une maman, c'est la conviction que ses poussins sont des cygnes ; ce qui est la meilleure façon de donner du moral à des enfants qui sont convaincus d'être de vilains petits canards. (Pam Brown) Question psycho - 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148