Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Devenir mère Ce qui va 64 - Question psycho changer dans votre vie Cette possibilité que la maternité ne soit pas un don inné, qu'elle se construise avec l'enfant dans le doute et la folie, dans le tâtonnement de la raison du plus aimant. (Marc Vilrouge) Avoir un enfant va bien évidemment tout changer dans la vie d’un couple. Un changement qui est généralement attendu et bienvenu, mais qui est aussi souvent sous-estimé. Pas si facile de tout anticiper et de savoir exactement tout ce qui va se passer. Pour des raisons évidentes, mais aussi pour une inconnue de poids  : vous ne connaissez pas encore votre enfant ! Et oui, même si vous en avez rêvé pendant des mois, le nouveau-né a déjà son caractère. ! L’enfant cet inconnu En bonne santé, sans trouble particulier, tel bébé sera un petit nounours qui passe son temps à boire, dormir et sourire, tandis qu’un autre (parfois son frère ou sa sœur) sera un trouble fête, qui prend la nuit pour le jour et se met à hurler au moindre bruit. Autant dire que cela est un vrai changement surtout si l’on se trouve dans le second cas. Evidemment, vous l’adorez quoiqu’il en soit, mais enfin, le fait de manquer de sommeil pendant des mois n’est pas forcément un plus, surtout si l’on reprend le travail. L’état physique Le physique et le mental sont intimement liés et il est clair que la grossesse et l’accouchement ont un impact sur le physique d’une femme. Rien non plus d’extraordinaire, les grossesses faisant partie de la vie de la plupart d’entre elles, et ce depuis des millénaires. Il n’empêche que la chute hormonale est bel et bien là et provoque parfois le fameux baby blues, ou une simple déprime passagère. Rien de grave à condition que cela ne s’installe pas. Quant aux kilos, s’ils n’ont pas disparu dans les trois mois qui correspondent habituellement au retour à l’équilibre du point de vue hormonal (à moins que l’on n’allaite), il est alors temps de s’en occuper. Le tout est de ne pas se négliger sous prétexte qu’une naissance est ou doit être synonyme de bonheur parfait. Prendre à nouveau soin de son corps est aussi une façon de revenir au statut d’épouse et à un retour à la séduction. La responsabilité Une nouvelle responsabilité à laquelle nous avons eu le temps de nous préparer pendant des mois. La préparation est une chose, en parler avec les amies déjà mères, décorer la chambre, autant de mesures permettant de rendre un peu plus concret ce bébé encore au chaud dans le ventre. Pourtant, c’est uniquement lorsque la naissance a bel et bien eu lieu, que l’on peut toucher cette nouvelle vie qui n’apparaît pas que sur une échographie et que la responsabilité se met en place. Avoir ces quelques petits kilos de vie dans les bras, appeler son enfant par son prénom, autant de nouveautés qui font peser une nouvelle responsabilité sur les épaules des parents. Finie l’insouciance de la vie à deux. A présent, un enfant dépend de vous. Ce petit nourrisson ne peut se nourrir seul, se soigner, apprendre à parler, à marcher sans votre exemple. Et tout cela pour des années. Une grande joie qui s’accompagne toujours d’appréhension.
La peur De nombreux parents découvrent la peur avec la naissance de leur bébé. Une peur qui ne paralyse pas loin de là, qui permet de vivre au quotidien sans grand souci, mais qui est toujours là, tapie dans un coin de votre inconscient et de votre cœur. Votre enfant a de la fièvre, mal à la tête, espérons qu’il ne s’agit pas d’une méningite ! Il prend la voiture avec son grand-père, pourvu que rien n’arrive ! L’école vous appelle pendant que vous êtes au bureau, votre cœur fait des bonds. Vous devez prendre l’avion avec son père, pourvu que celui-ci arrive à bon port, notre enfant est encore loin d’être élevé. Et même parfois, je suis malade, que se passerait-il si je disparaissais ? Qui s’occuperait de lui aussi bien que moi ? Si toute mère sait bien que les enfants sont sujets aux accidents, un bras cassé ou une appendicite sont toujours possibles, lorsque l’enfant est là, et même s’il est hors de question d’en faire une obsession, certaines circonstances vont soudainement activer cette frayeur. Une conséquence de l’amour, et de l’immense besoin de protection qui s’est soudainement révélé lors de la naissance de l’enfant. Un amour qui vient du ventre, siège des émotions, et qui se réactive avec force au moindre danger. La fierté Le fait d’avoir ce bel enfant, d’avoir quelque part réussi à le faire naître est en soi une réussite. Qu’il s’agisse du père ou de la mère, le fait d’avoir un enfant est une fierté. L’annoncer à la famille, aux amis, se réunir pour fêter, cela est évidemment un passage quasiment obligé. La fatigue aidant, les parents sont souvent bien heureux que cette agitation se termine, mais force est de constater que tout cela est dans la tradition quelle que soit la culture. L’arrivée d’un nouvel enfant dans une famille dépasse la simple cellule familiale et s’inscrit donc dans une histoire. Cette fierté continue à se manifester lors des années qui passent  : les premiers pas, les premiers mots, les progrès à l’école sont autant de moments qui valorisent également les parents. Cette fierté explique aussi la raison pour laquelle les déceptions qui surviennent dans le futur, petites ou grandes, viennent aussi entamer la confiance des parents de façon assez dure et souvent exagérée. Cette réaction est en rapport avec la fierté ressentie depuis la naissance de l’enfant, lorsque la déception intervient, il s’agit essentiellement d’un sentiment d’atteinte à l’image des parents et à l’image qu’euxmêmes se font de leur enfant. Un moment intervient où cet enfant se révèle être tel qu’il est vraiment  : un être indépendant qui fait souvent ce qu’il peut pour être à la hauteur des rêves parentaux, mais qui est différent. Il peut s’agir d’un décalage entre le succès scolaire et les aspirations de la famille qui souhaite toujours que la vie de l’enfant soit meilleure, ou d’une belle fille ou d’un gendre qui ne correspond là encore pas aux personnes rêvées et imaginées par les parents. La fierté est donc à double tranchant, et la projection des parents sur l’enfant en termes d’image sociale doit rester dans le domaine du raisonnable. Le passage de relais La naissance d’un premier enfant dans un couple signifie qu’une génération passe la main pour en créer une nouvelle. Un passage de relais qui se fait tout à fait naturellement mais qui n’en reste pas moins très significatif dans la perception que l’on a de soi. Devenir grand parent et parent est un Question psycho - 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148