Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 132 - 133  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
132 133
Des seniors très positifs Corroborant l'idée que la durée de la vie s'allonge, offrant d'autant plus d'opportunités de rencontrer l'amour, les 45/54 ans et les plus de 55 ans sont respectivement 78% et 66% à juger qu'il n'y a pas d'âge pour se rencontrer. La catégorie des 45/54 ans estime même à 84% qu'il n'y a pas d'âge pour aimer, quand la moyenne nationale est de 77%. Cet écart bien plus faible laisse à penser comme le suggère Gérard Mermet qu'il demeurerait une idée. largement répandue encore. selon laquelle « les hommes en auraient d'autres à assumer avant celle-ci ».. Les règles du jeu ont changé Toujours selon l'étude de Meetic, la femme internaute a des avis visiblement plus tranchés dans ses attentes du couple. Si hommes et femmes estiment qu'ils peuvent être fatigués de leur partenaire au bout de 10 ans, les Françaises sont plus de 18% à affirmer cela quand seulement 13, 1% des hommes confirment ce point. De la même façon, la durée de 10 ans leur semble suffisante pour estimer pouvoir tromper leur mari pour 17,5% d'entre elles, alors que seulement 12,6% des hommes envisagent de tromper leur• 132 - Question psycho « La sexualité en tant qu'expression de l'amour est au cœur de tous les drames et de toutes les grandeurs qui nous dévastent. » femme. Ainsi, presqu'un quart d'entre elles sont prêtes à divorcer après 10 ans de vie commune quand ils ne sont que 19,6% à adhérer à cette idée. La femme semble également aujourd'hui plus sûre de sa séduction. C'est à 40 ans que les hommes sont à l'apogée de leur séduction, selon 28% d'entre eux et 33% des femmes interrogées Celles-ci sont d'ailleurs plus facilement séduites par des hommes de 40 ans (à 27,6%) quand ils pensent les séduire plus aisément à 30 ans (à 26,6%) De son côté, si la femme française se voit à l'apothéose de sa séduction à 30 ans (pour 28,8% d'entre elles), elle s'estime en pleine possession de ses atouts sexuels à 30 ans pour 26% mais aussi à 40 ans, pour près de 24%. Cet âge représente aussi pour 21, !% d'entre elles, la période durant laquelle, elles se sentent plus désirables pour attirer un homme. Désordre amoureux apparent, ordre naturel persistant Et Gérard Mermet de conclure• « Cette première étude montre que les jeux de l'amour sont à la fois ceux du hasard (au sens décrit par Marivaux) et de la nécessité (telle qu'évoquée par Monod). Le dernier avatar de/'Homo Sapiens est/'Homo Zappens, un être qui vit dans la mobilité, recherchée ou subie. Les processus amoureux contemporains sont complexes et multiples. Les contraintes et les opportunités pèsent autant dans les vies individuelles que le besoin ou la planification. La « précocité) ) des pa ! JS du nord ne doit pas masquer la réelle convergence européenne. Partout, les normes sociales, implicites ou explicites, disparaissent au profit des choix individuels ou circonstanciels. Mais 011 peut lire en filigrane la persistance d'un « ordre amoureux naturel) ) qui transcende le temps et/'espace. » Fidèle ou pas ? Toujours selon les études et sondages les plus récents, les hommes sont davantage infidèles que les femmes• près de (Gilbert Choquette) 1 homme sur 5, contre une femme sur 1 O. On assiste à un résultat étonnant• alors que le taux d'infidélité n'évolue pas entre 1994 et 2009, les Français ont plus de réticences à avouer à quelqu'un qu'il ou elle est trompé(e). L'infidélité a davantage d'importance pour les femmes, qui sont plus su jettes à des aventures passagères qu'à de vraies relations extraconjugales. De plus, les femmes ont davantage de mal à dissimuler une infidélité que les hommes  : près d'1/3 des femmes avouerait ainsi leur infidélité sans attendre que celle-ci soit terminée. Enfin, et ce n'est pas nouveau, les femmes sont très vigilantes et prêtes à aller très loin pour démasquer l'homme infidèle. Les femmes sont prêtes à fouiller dans les affaires personnelles de leur homme et même à essayer de le bluffer. Mais une nouvelle tendance a émergé depuis plusieurs années chez les 35/50 ans  : le fait de rester « fidèle » à son conjoint tout en ayant des relations sexuelles avec d'autres partenaires. li y aurait donc pour ces personnes une « fidélité morale » et une « infidélité sexuelle) ) parfaitement conciliables, à condition de garder ce comportement secret entre les conjoints ! Quoi qu'il en soit, la clé du problème serait en fait d'assumer son comportement amoureux. Car tout ce qui est pleinement compris et assumé semble être un moteur de la liberté et de l'épanouissement individuel...• VL. A LIRE " Du premier baiser à l'alcôve : La sexualité des Français au quotidien, 1850-1950 " -.. de Anne-Marie Sohn, Editions Aubier Montaigne, 310 pages.
Les nouveaux comportements amoureux Où démarre l'infidélité ? La fidélité conjugale consiste, pour les membres d'un couple marié, à considérer son conjoint comme le partenaire privilégié de sa vie privée et son seul partenaire sexuel pendant toute la durée du mariage. Elle découle naturellement de l'amour porté à son conjoint. La fidélité conjugale ne s'arrête pas à la fidélité sexuelle, mais englobe aussi tous les comportements des conjoints. La fidélité est une des exigences du mariage civil en France, l'un des quatre piliers du mariage catholique, un engagement du mariage juif et une obligation de l'Islam. A contrario, elle n'est pas une des obligations des partenaires d'un Pacs en France. Certains scientifiques cherchent à prouver que la fidélité est une affaire de gènes, mais à ce jour les résultats ne sont pas très convaincants. Alors, où démarre vraiment l'infidélité ? L f infidélité est un phénomène à la fois courant et tabou• on la pratique mais on la tait ! Selon des étu des méthodologiques européennes et américa ines, 20 à 30% des hommes et 15 à 20% des femmes auraient eu des relations sexuelles extracon jugales. Qu'elle fascine ou qu'elle inquiète, qu'on soit passé à l'acte ou qu'on ait été trompé, la question de l'infidélité se pose tôt ou tard dans un couple, pour peu qu'il ait décidé de ne pas pratiquer la politique de l'autruche... « Il y a des femmes dont l'infidélité est le seul lien qui les attache encore à leur mari. » (Sacha Guitry} A l'instar de l'engagement envers l'autre, l'infidélité est vieille comme le monde. Elle est susceptible de survenir à tous les âges de la vie à deux, et aucun couple ne peut s'estimer à l'abri d'une telle éventualité. Souvent traumatisante, parfois salutaire, l'infidélité, découverte ou révélée, n'est pas un moyen et encore moins une solution Elle s'avère plutôt le symptôme d'une relation qui se cherche ou le signe qu'un conjoint ou une conjointe vit des difficu ltés personnelles Vécue parfois comme un simple jeu de séduction, l'infidélité peut tourner au drame et détruire un couple, ou même une famille. Pourtant, inutile de se le cacher, les relations extraconjugales ont le potentiel de faire rêver. Elles invitent au fantasme, à la liberté, à l'évasion. Oui sont ceux qui osent défier la norme de la fidélité, et pourquoi ? Comment composer avec une crise conjugale engendrée par une infidélité ? Que comprendre d'un adultère ? Quelles sont les différences de libido entre les hommes et les femmes ? Comment vivre une intimité conjugale vraie ? Et dans quelles circonstances doiton quitter son con joint ? Des questions multiples que nous nous posons toutes un jour ou l'autre de notre vie. Une explication médicale ? Les scientifiques du Karolinska lnstitutet de Stockholm ont découvert un lien entre un gène spécifique et le comportement des hommes dans les liaisons qu'ils entretiennent avec leurs partenaires. « Il existe bien sûr de nombreuses raisons qui font qu'une personne puisse rencontrer des problèmes relationnels, mais c'est la première fois qu'une version d'un gène spécifique est associée aux liaisons sentimentales que les hommes établissent)) déclare Hasse Walum du Département de Médecine Epidémiologique et Bio statistiques. Il souligne cependant que les effets de la variation de ce gène sont relativement modestes et qu'il ne peut être utilisé en aucun cas pour prévoir avec une réel le précision comment un individu va se comporter lors de ces relations futures. Létude réalisée par Hasse Walum et son équipe porte sur plus de 550 jumeaux ainsi que leurs épouses ou compagnes. Le gène au cœur de l'expérience code pour les récepteurs de la vasopressine, une hormone antidiurétique secrétée par notre cerveau par l'intermédiaire de !'hypothalamus que l'on retrouve chez de nombreux mammifères. Lanalyse des données a montré que les hommes porteurs d'une double copie de ce gène - l'allèle 334 - se comportent souvent différemment dans leur couple que les hommes chez qui la variante de ce gène n'existe pas. Lincidence de l'allèle 334 a été statistiquement liée au degré d'importance que l'homme porte à sa relation amoureuse. Les hommes dont le génome contient deux copies de 334 on presque deux fois plus de troubles conjugaux sur une année que ceux qui n'ont pas ce gène. Une corrélation relie également les porteurs de ce gène avec les opinions respectives des partenaires sur la relation. « En moyenne, les femmes mariées à des hommes porteurs de l'allèle 334 sont moins satisfaites de leur relation que les femmes dont le compagnon n'est pas porteur » confirme Hasse Walum. Une étude Question psycho - 133.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148