Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 126 - 127  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
126 127
Moi & les autres Tempérament Gommer 126 - Question psycho un caractère trop fort ! Certains pensent qu'il suffit d'avoir mauvais caractère pour avoir du caractère, comme s'il suffisait d'avoir mauvaise haleine pour avoir du souffle ! (Grégoire Lacroix) Le caractère d'une personne résume la manière dont cette personne réagit habituellement dans une situation donnée. On dit alors qu'elle possède tel ou tel « trait de caractère ». L'étude du caractère est la caractérologie. Ce domaine est tombé en désuétude dans la recherche expérimentale, où on s'appuie aujourd'hui plutôt sur le concept de personnalité. Même s’il faut semble-t-il avoir « trop » de caractère, plutôt que « pas assez » pour s’en sortir dans la vie, il est clair cependant que des contours trop durs peuvent heurter notre entourage. Al'université de Boston, l'équipe de Thomas Perls a décidé de concentrer ses recherches sur le lien entre mauvais caractère et durée de vie grâce à l'étude de familles centenaires. Comment expliquer que certaines personnes puissent vivre au-delà de 100 ans ? On sait déjà qu'un bon terrain génétique et héréditaire est favorable à une espérance de vie longue. Mais pour le professeur Thomas Perls, la longévité résulte aussi de son bon caractère. Une longévité exceptionnelle serait donc en partie héréditaire mais aussi dépendante des traits de caractère. Plus une personne sera extravertie et tard, et plus elle pourra garder un réseau social préservant de l'âge. Pour le chercheur américain, l'aptitude à gérer son stress a aussi son importance  : « Les personnes qui ont des traits de caractère qui leur permettent de contrôler leur stress, un facteur majeur dans l'hypertension et les maladies cardiovasculaires, sont celles qui vieilliront en bonne santé. » Caractère ou personnalité ? La notion délicate de personnalité est parfois mise en rapport avec celle de caractère. Qui est la manière, « les façons d'agir » et les attitudes qui sont propres à un individu et qui permettent de le distinguer des autres. Cette distinction est particulièrement utilisée par la caractérologie. Longtemps synonyme de personnalité, le terme de caractère n'est plus guère utilisé en psychologie et par les auteurs car il est associé à des connotations morales, et fait référence à un jugement de valeur souvent négatif, « mauvais caractère ». Il faut tout de même signaler que Cloninger intègre la dimension de caractère, dans son modèle de la personnalité. Le caractère alors opposé au tempérament serait « les dimensions de la personnalité déterminées par l'apprentissage social, et l'apprentissage cognitif, et il n'est donc pas influencé par des facteurs héreditaires ». Un déséquilibre émotionnel La personne qui a un mauvais caractère souffre d’un déséquilibre sur le plan émotionnel. Elle est instable. Ses émotions deviennent vives lorsqu’elle fait face à une situation difficile ou à une différence d’opinion. Elle acquiert peu à peu l’habitude de résoudre tout conflit de manière brusque.
Étant donné que les habitudes, par définition, n’exigent pas d’effort pour se manifester, les époux qui ont mauvais caractère ne tardent pas à résoudre leurs différends en se fâchant, en criant et en gesticulant violemment. Dans une discussion, ces personnes trouvent plus facile de faire taire l’autre avec des cris, avec des paroles peu courtoises, et en ridiculisant l’autre, au lieu d’analyser la situation calmement, avec respect, en donnant et en recevant des explications sensées et adéquates. Un homme de caractère n'a pas bon caractère. (Jules Renard) Une disposition « acquise » Le mauvais caractère constitue, en partie, une disposition acquise. L’enfant apprend à réagir de manière désagréable et avec colère lorsque ses parents agissent de la même manière. L’épouse, qui peut avoir un bon caractère, devient chicanière et agitée sous l’influence du mauvais caractère du mari. Les personnes qui présentent ce trait négatif dans leur personnalité doivent éviter son développement en détectant les premières manifestations de colère. Même si une personne est née avec un tempérament nerveux, la prédisposant à avoir mauvais caractère, elle peut obtenir la victoire. L’idée est de pouvoir s’arrêter à temps, avant de déclencher les mécanismes qui lui font perdre la maîtrise d’elle-même et qui annulent l’effet de la réflexion et de la volonté. D’abord, prendre conscience Il arrive que nous ayons des problèmes avec notre caractère. Mais il est clair que nous pouvons changer les choses. Pour cela, la première chose indispensable est de bien analyser notre comportement, pour déterminer les réactions que nous ne maîtrisons pas. Il est difficile de se changer soi-même ("Je suis comme je suis ! "). Pourtant, nous avons d'immenses ressources à notre disposition. On peut en effet vivre — et vivre mieux — sans constamment "monter sur ses grands chevaux". Cette prise de conscience, induisant un désir de changer, est la clé pour transformer notre caractère. Et pour prendre conscience, il faut analyser les mécanismes qui nous conduisent à systématiquement nous énerver face à une personne ou à une situation donnée. En trouvant les « déclencheurs » et en les pointant du doigt, on peut, petit à petit, trouver un autre mécanisme de défense. Un problème d’ego ? Les personnes qui ont « mauvais caractère » sont souvent celles qui ont trop d’ego. Un ego surdimensionné, cela veut dire immanquablement une tendance constante à vouloir dominer, gérer, à organiser en fonction de vue personnelles, c'est-à-dire aussi à vouloir convaincre, voir manipuler, imposer. Cela va avec une certaine fierté personnelle, une glorification de sa propre différence, avec cette petite pointe qui consiste le plus souvent à vouloir avoir raison sur tout. Si c’est votre cas, le plus important, c’est d’abord d’en prendre conscience « sereinement ». Ne vous jugez pas, mais acceptezle. Petit à petit, dans votre vie de tous les jours, pointez du doigt chaque fois que vous commettez l’erreur de vous laisser Question psycho - 127



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148