Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 124 - 125  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
124 125
Moi & les autres Arrêtez de Ce n'est pas le mal, mais le bien, qui engendre la culpabilité. 124 - Question psycho Jacques Lacan culpabiliser ! Le terme « culpabilité » possède deux sens différents selon qu'on l'envisage sur le terrain juridique ou psychanalytique. En droit, la culpabilité est un état déterminé à l'issue d'un jugement porté sur le comportement d'une personne. En psychologie ou en psychanalyse, la culpabilité est un sentiment qui affecte un sujet que celui-ci soit justifié ou non. On distingue le sentiment de culpabilité conscient du sentiment de culpabilité inconscient. Dans notre vie de tous les jours, la culpabilité nous guette à tout moment. Comment en sortir pour enfin vivre sereinement ? La culpabilité est un sentiment aussi répandu que pénible à vivre. Sain, lorsqu'il survient en réaction à une faute, il peut devenir pathologique et envahir notre existence. Vouloir contrôler les autres Selon Yves-Alexandre Thalmann  : « Beaucoup d'entre nous essaient alors de s'en débarrasser par tous les moyens. Souvent sans succès. Et si, contre toute attente, il y avait une bonne raison à cette culpabilité qui nous empoisonne la vie ? Et si elle nous procurait un avantage surpassant de loin ses tourments ? C'est ce que découvre celui qui ose aller au bout de la culpabilité  : elle nous conforte dans l'illusion de notre toute-puissance. Se sentir coupable, c'est paradoxalement éprouver un sentiment de contrôle sur le monde et les autres ! » En fait, le sentiment de culpabilité, trop lourd à porter est renvoyé sur l’autre. Cela passe par une phase de dénigrements, de reproches. Cela donne au sujet le sentiment de se dédouaner de la « faute » sur un autre, de justifier ses comportements inconsciemment perçus comme « coupables ». En cassant l’image « idéalisée » de l’autre, le sujet le rend responsable. Il lui fait alors porter sa propre souffrance. La culpabilité nous évite donc la douloureuse prise de conscience de nos limites et de notre impuissance face à certains événements de la vie. Ainsi, ce n'est pas en luttant contre notre culpabilité que nous réussirons à l'éradiquer, puisqu'elle nous sert de protection. Au contraire, celle-ci disparaît d'elle-même au moment où nous acceptons notre angoissante absence de pouvoir sur autrui. Grâce à ce lâcher prise, nous devenons alors capables de délimiter exactement notre responsabilité de celle des autres dans nos relations. Et nous découvrons que nous ne sommes pas responsables de leur bien-être. C'est justement parce que nous pensions l'être que nous nous sentions coupables quand les choses tournaient mal. Quelle liberté lorsque nous déposons enfin les fardeaux qui ne nous appartiennent pas ! Ce n’est pas un acte d’amour Se servir de la culpabilité n’est jamais un acte d’amour. C’est toujours un acte de violence. Cela peut se faire passer pour de « l’honnêteté brutale », mais vouloir se servir de la culpabilité, c’est vouloir blesser, meurtrir et faire céder. Peu importe ce que nous recherchons, la culpabilité vise à faire souffrir l’autre personne. Alors, pourquoi nous en servons-nous ?
Nous recourrons souvent à la culpabilité quand nous nous sentons menacée, non aimée ou non valorisée. Il se peut que nous nous sentions vulnérable à cause de quelque chose dans la relation ou dans notre passé. C’est alors que nous nous servons de la culpabilité pour essayer de regagner le contrôle de la situation. Malheureusement, se servir de la culpabilité ne nous donnera jamais ce que nous recherchons réellement. Car, au lieu de construire l’intimité à laquelle nous aspirons, attaquer autrui avec la culpabilité nous éloigne l’un de l’autre. La culpabilité inconsciente C’est en étudiant la névrose obsessionnelle que Sigmund Freud a mis en évidence le sentiment de culpabilité (die Schuldgefühl). Il y voit la révolte du Moi contre la critique dont l’accable le Moi idéal. Ce sentiment est « inconscient »  : sa perception ne se fait que par le biais d’idées obsédantes dont le sujet ignore les désirs inconscients qui en sont à l’origine. Pour Freud, le sentiment de culpabilité inconscient est une entrave au bon déroulement de la cure analytique. Il n’existe pas, selon lui, de moyen direct de le combattre  : simplement de le faire passer du stade inconscient à celui de conscient. Prendre conscience et analyser ses erreurs Chemin faisant, dans nos vies, les erreurs Définition en psychologie Sentiment plus ou moins diffus de commettre une faute. Nécessaire à toute vie sociale mais parfois douloureux et contraignant, le sentiment de culpabilité est l’impression de ne pas être juste, d'avoir, en fantasme ou réellement, enfreint un tabou, de nourrir un désir défendu, d'avoir eu un comportement coupable face à telle personne ou telle situation. Il en naît une forte angoisse et une tendance à l'autoaccusation. succèdent aux erreurs. Au départ, l’être qui chemine n’a pas forcément conscience d’être dans l’erreur, puis petit à petit, lorsqu’il se rend compte de la souffrance qu’il a générée pour lui-même et pour les autres, un sentiment de culpabilité très puissant, très profond commence à naître en lui. Ce sentiment de profonde culpabilité s’étoffe chaque jour, et rien ni personne ne peut l’annihiler. Seul celui qui a généré ce comportement, ce sentiment de culpabilité, peut l'annihiler. Pour qu’il puisse se comporter ainsi, il est nécessaire que des prises de conscience successives puissent avoir lieu. Parfois ces prises de conscience naissent avec des difficultés matérielles importantes, des difficultés de santé réelles. Ce sont en fait des signaux d’alarme qui préviennent la personnalité qu’elle doit changer de comportement et surtout retrouver sa véritable valeur. Personne ne perd sa véritable valeur, elle est tout simplement oubliée. Soulager sa conscience Nous en revenons toujours à la culpabilité. Dans le temps, on avait coutume de dire  : telle personne a soulagé sa conscience. Essayez de réfléchir à ce que peut bien vouloir dire l’expression « soulager sa conscience » ! Vous ne pouvez la soulager qu’en comprenant complètement la fausse route que vous avez pu prendre, toutes les erreurs que vous avez pu commettre et surtout en ne culpabilisant pas pour ces erreurs. Chaque être humain cheminant sur ce monde commet une multitude d’erreurs. Ce n’est pas grave en soi. Ce qui l’est est de cristalliser sur ces erreurs, de les nourrir en permanence, car ces erreurs arrivent tout simplement à vous gâcher la vie, à vous faire vous détester. Aimer pour ne plus culpabiliser En fait, il faut pratiquer tout le contraire, c’est-à-dire envoyer beaucoup d’amour sur ces erreurs et dire  : « J’ai agi de cette façon, mais je l’ai fait avec le niveau de conscience que j’avais à ce moment-là. Maintenant j’ai changé de niveau de conscience, je change de comportement et j’éclaire tous les coins d’ombre qui sont encore en moi. Je me pardonne totalement pour tout ce que j’ai pu faire pendant cette existence, parce qu’une grande partie de ce que j’ai pu faire était programmée. Bien sûr, j’aurais pu dépasser la programmation, mais je n’en ai pas eu la capacité sur le moment. Maintenant que je comprends pourquoi j’ai agi de la sorte, que je comprends qu’il était difficile de m’y soustraire parce que cela faisait partie de ma programmation de vie, je me pardonne totalement pour mes égarements, je me pardonne pour mes erreurs, je me pardonne pour tout l’amour que je n’ai pas pu me donner et donner à ceux que j’aime. » Il est beaucoup plus facile que vous ne le pensez de vous pardonner pour la souffrance que vous avez pu occasionner à d’autres et de pardonner aux autres pour toute la souffrance qu’ils ont pu vous occasionner. Dans une existence, il n’est pas facile de vivre sans faire souffrir ceux que vous aimez. A partir du moment où vous comprenez cela, vous vous déresponsabilisez, vous sortez donc peu à peu du syndrome de culpabilité. V.L. Question psycho - 125



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148