Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
Question Psycho n°26 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°26 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 53 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer, en finir avec complexes et blocages...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 118 - 119  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
118 119
Moi & la vie « Au secours ! Bon à savoir 118 - Question psycho Mon enfant a des T.O.C. ! » En France, on estime que 200 000 à 300 000 adolescents pourraient être atteints de T.O.C. Leur prise en charge précoce semble totalement justifiée, car seulement 10% des TOCS disparaissent spontanément. Dans la moitié des cas, les obsessions surviennent dans l'enfance ou dans l'adolescence avant la fin de la quinzième année. Le trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) est loin d'être rare, bien que l'on en parle peu, car les sentiments de honte et de culpabilité de la plupart de ceux qui en souffrent ont longtemps contribué au maintien du secret autour de cette maladie. La proportion de personnes qui en souffrent à un moment donné de leur vie, est estimée à 2% de la population. 60 à 70% des personnes souffrant de T.O.C. seraient atteintes avant 30 ans, et 50% avant 18 ans. Peut être votre enfant en souffre-t-il, sans avoir pour autant attiré votre attention… Les T.O.C. débutent dans 50% des cas pendant l'enfance, volontiers vers 6- 7 ans (entrée au CP) et vers 12-13 ans à l'âge de la prébuberté avec souvent dysmorphophobie. Les troubles sont souvent spectaculaires, envahissants et peuvent ressembler à ceux d’une psychose. Le T.O.C. est un trouble invalidant qui parasite la vie quotidienne et il peut occuper une à plusieurs heures par jour. L'obsession est une pensée angoissante qui s'impose et dirige toute la vie de l'individu et donc de l’enfant, au point de lui faire perdre le sens des priorités. Tenaillée par l'angoisse, la personne tente de se soulager rapidement au travers de mesures de réassurance. L'accomplissement de rituels, appelés aussi compulsions, et l'évitement de certaines situations intolérables en font partie. Les victimes d'un T.O.C. ont toutes conscience de l'absurdité de leur comportement ou de leurs pensées, mais elles ne parviennent pas à s'en débarrasser malgré leurs efforts. C'est un besoin irrépressible, incontrôlable. De fréquentes obsessions et compulsions Les obsessions les plus fréquentes chez les enfants et les adolescents sont  : la peur de la contamination ou d'une maladie grave, une fixation sur les chiffres « porte-bonheur », la peur qu'un intrus ne pénètre dans la maison, le besoin de symétrie et d'exactitude, un doute excessif. Les compulsions les plus fréquentes sont  : le lavage et la toilette, le toucher, le comptage, la répétition, l'organisation, le rangement, la vérification, les questions, l'accumulation. Des crises de colère répétées Un point plus particulier caractérise les enfants et adolescents souffrant de T.O.C.  : les crises de colères le plus souvent incomprises par l'entourage car survenant de manière surprenante ou « pour des futilités ». Lorsque certains jeunes sont peu à peu submergés par les obsessions et prisonniers des actes compulsifs éreintants, l'angoisse et la détresse sous-jacentes ne sont contenues que de manière provisoire et modérée. D'où la fréquence élevée des explosions émotionnelles, des crises aiguës de colère, avec insultes, bris d'objets et parfois des passages à l'acte agressifs. Ces phénomènes de colère se manifestent, dans cette classe d'âge, lorsque les rituels sont perturbés voire empêchés, volontairement ou involontairement, par un proche. Comment cela se passe-t-il ? Les troubles sont comparables à ceux de l'adulte, mais l'éventail des obsessions et
des compulsions est encore plus large. Alors que chez l'adulte, la ou les obsessions sont fixées, chez l'enfant elles se modifient en apparaissant successivement ou simultanément. Les crises de colère sont une autre particularité du trouble de l'enfant. Très intenses, elles sont souvent un des motifs de consultation. L'enfant exprime ainsi l'intensité de son anxiété. Que faire ? Lorsque les personnes atteintes vont consulter un professionnel, c'est généralement tard, souvent pour d'autres motifs associés à un T.O.C. sévère, comme la dépression, ou pour des problèmes de peau liés à un lavage excessif des mains. Ces troubles nécessitent un avis spécialisé et de faire appel à des séances de psychothérapie cognito-comportementale, éventuellement associé à la sertraline. Les résultats sont satisfaisants dans 70% des cas. Cette thérapie prévoit une vingtaine de séances de « désensibilisation » au cours desquelles l’enfant est confronté aux pensées obsédantes et aux situations qu'il craint le plus. Le travail consiste à relativiser les scénarios de danger et à démontrer qu'ils ne sont pas fondés. En fait, explique le Docteur Frédéric Kochman, pédopsychiatre  : « Le plus difficile aujourd'hui consiste à repérer ces enfants et adolescents en souffrance qui hésitent à nous confier leurs angoisses obsessionnelles et leurs défenses compulsives, qui pourtant peuvent gravement entraver leur vie quotidienne, scolaire et leur développement psychique et affectif. Cet objectif est d'autant plus important que le traitement est désormais bien codifié, très bien toléré et rapidement efficace dans la majorité des cas. » Si votre enfant souffre de T.O.C., retenez que la règle la plus importante à suivre pour le soutenir est de ne pas l'aider à accomplir ses rituels et ne pas apporter de réassurance aux obsessions ; sans oublier d’accorder de l'attention aux plus petits progrès… V.L. Les différentes formes de compulsions Les vérifications trop fréquentes  : consacrer tout son temps à contrôler les lumières, les portes, les clés, le gaz..., la peur injustifiée d'être atteint des maladies graves, de cancer (hypocondrie), les calculs mentaux, les formules conjuratoires (marcher entre les rainures du trottoir pour conjurer le mauvais sort...), la toilette abusive (prendre une vingtaine de douches par jour...), les nettoyages excessifs, le toucher répétitif des objets, s'arracher des mèches de cheveux (trichotillomanie), se gratter inutilement, se ronger les ongles (onychophagie), les achats incontrôlés et excessifs, mais aussi les troubles des conduites alimentaires (anorexie, boulimie), l’envie de voler (kleptomanie) ou abandonner la conduite de peur de tuer quelqu'un avec sa voiture... Les obsessions les plus fréquentes La saleté les germes (bactéries, virus, champignons, parasites), la peur d'avoir des pensées odieuses sur la religion ou la sexualité, la contamination, le besoin de symétrie (mettre les objets en ligne ou dans un certain ordre...), la peur de ne pas pouvoir se débarrasser de choses inutiles, le besoin d'ordre, la peur d'acte ou d'impulsions violentes, la peur de l'agression ou d’agresser (écraser quelqu’un avec sa voiture)… Question psycho - 119



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 132-133Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 134-135Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 136-137Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 138-139Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 140-141Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 142-143Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 144-145Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 146-147Question Psycho numéro 26 nov-déc 11/jan 2012 Page 148