Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°23 de fév/mar/avr 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 35,6 Mo

  • Dans ce numéro : voir les choses en face...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
• 94 - Question psycho la réussite individuelle et des célibataires heureuses (...) , les cœurs à prendre ne conçoivent la vie qu'à deux. » Pour parfaire le portrait, les auteurs ajoutent  : « Contrairement aux romanesques, anesthésiées par leurs rêves de compagnons idéaux, elles finissent rarement seules. Plutôt mal mariée que vieille fille ! Autrement dit, ces amoureuses-là sont prêtes à tout pour trouver un homme et ROSINE BRAMLY Écrivain rompre leur solitude, même à choisir le pire. Ces deux catégories brossées à grands traits ont un comportement inverse mais elles se rejoignent sur un point  : elles attendent tout de l'autre. Or, ce processus d'attente est extrêmement risqué. Bien sûr, la chance existe, mais il faut savoir la forcer un peu. Les grandes romantiques rétorqueront que c'est tellement plus beau, quand les choses se font " Il ne faut pas compter sur les hommes pour faire tous les efforts" Selon vous, pourquoi est-ce encore si difficile pour les femmes de faire le premier pas avec les hommes ? Les femmes ont traditionnellement plus peur du rejet que les hommes, qui y sont davantage habitués. Il y a aussi le poids des préjugés. Certaines pensent qu'une femme ne devrait pas prendre les devants, parce que ça ne se fait pas. Lorsque les femmes osent franchement aller vers les hommes, qu'ont-elles à y gagner ? On gagne du temps dans la relation ! Et puis maintenant, plus personne ne supporte d'être seul longtemps. Avant, les mariages étaient arrangés mais aujourd'hui, on peut faire des essais sentimentaux avec différents hommes. En revanche, il ne faut pas compter sur eux pour faire tous les efforts. Les hommes ont de plus en plus tendance à avoir peur de la souffrance, depuis qu'ils ont développé leur côté féminin. Quand une femme leur dit "tu ne me plais pas", ils baissent dans leur estime personnelle. Du coup, ils n'osent plus grand-chose. Quels sont les pièges à éviter ? Je pense qu'une femme peut prendre les devants pour tout, sauf le premier baiser. Les hommes que j'ai interviewés n'aiment pas qu'une fille se jette sur leur bouche. Autre piège  : se tromper de cible. Si on cherche à mettre le grappin sur un séducteur qui peut avoir toutes les femmes, on s'expose à être plus facilement rejetée, ou trompée. Comment vaincre sa timidité ? Tout d'abord, il faut s'occuper un peu de soi, remplir sa vie pour avoir des choses à raconter. Prendre des cours de danse à deux, par exemple, c'est une véritable thérapie corporelle et ça permet de faire des rencontres. Quand elles font le premier pas, les timides doivent réaliser que si ça ne marche pas, ce n'est pas un drame. Il est capital d'avoir le sens de l'humour. Annoncer d'emblée à l'homme qui leur plaît qu'elle est timide permet aussi de détendre l'atmosphère, car en général, ça les rassure, les hommes. « naturellement », sous-entendu, quand l'homme vient vers elles et qu'elles n'ont plus qu'à se laisser séduire. À cet argument, Rosine Bramly, auteur avec Annick Lanoë de T'as pas quelqu'un à me présenter ?, répond  : « Dans la pratique, les grandes romantiques sont presque toujours seules. Leurs arguments pour ne pas aller vers les hommes sont des alibis. Au fond, elles ont peur. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, les chevaliers servants n'existent plus et que les hommes ne sont plus prêts à faire tous les efforts. » Il faut en effet prendre conscience que pour eux, les choses sont devenues plus faciles, avec Internet notamment et le nombre de femmes seules qui n'a jamais été aussi élevé, à l'ère du divorce de masse. Sans oublier le climat socio-économique morose, les risques de chômage, qui ne favorisent pas leur intrépidité amoureuse. « ils doivent batailler sur tant de plans que beaucoup sont découragés à l'avan ­ ce », explique Rosine Bramly. Évaluer ses chances Une fois les illusions paralysan tes balayées, reste encore à évaluer les risques d'une séduction plus directe. Vous avez envie de plaire, mais surtout pas de vous faire jeter comme une vieille chaussette et d'expérimenter le fameux "râteau", qui n'a jamais fait plaisir à personne. D'abord, un
peu de bon sens  : a priori, si vous vous lancez totalement, c'est que vous avez déjà tâté le terrain avant. En général, lorsque vous décidez d'être une banquette. Progressivement, rapprochez-vous de lui, jusqu'à le frôler. S'il ne bouge pas ou qu'il se rapproche luimême de vous, c'est bon. S'il se tortille, qu'il recule et envoie des signaux contradictoires avec son regard, c'est mauvais signe. » Certains hommes sont d'un naturel timide. JI est alors plus difficile de déterminer s'ils n'apprécient pas votre présence ou s'ils sont tout simplement mal à l'aise avec leurs sentiments. Une seule façon de régler ce problème, qui peut s'éterniser  : le mettre à l'aise. Pour cela, vous devez retrouver votre douceur. Avec l'avènement du féminisme et le travail des femmes, de nombreuses "working girls" speedées ne savent plus comment se comporter avec les hommes, de peur de se faire avoir par leur complexe de supériorité. Halte à la guerre des sexes ! Elle ne fait que renforcer le sentiment de solitude. La démarche de séduction implique pour les femmes d'accepter de revenir aux sources de leur féminité, sans pour autant se rabaisser. Au contraire, il faut savoir en jouer. Tout est dans le regard « L'homme est visuel (...) , il aime voir un bout de votre anatomie qui le fait fantasmer sur le reste. Vous lui montrez une épaule, il imagine vos seins, vous lui montrez un genou, il remonte en pensée le long de la"La démarche de séduction implique pour les femmes de revenir aux sources de leur féminité"plus entreprenante avec un homme, vous savez à peu près où vous mettez les pieds. Vous n'êtes pas kamikaze ! Pour évaluer vos chances de réussite, Rosine Bramly a une astuce, un petit test, selon elle infaillible  : le coup de la banquette. cuisse », note Rosine Bramly. L'aspect extérieur de votre personne est un élément à ne pas négliger, bien sûr, même s'il n'est pas le seul. Que vous ayez des complexes ou pas, il est toujours possible de mettre en valeur les parties de votre corps GWENAËLLE, 25 ans "Je ne voulais pas perdre de temps""Dans mes trois principales histoires d'amour, c'est toujours moi qui ai fait le premier pas. Je souhaitais à tout prix éviter l'éventualité d'être surprise. Je voulais tout maîtriser. Je crois qu'inconsciemment, j'avais un peu peur de me faire avoir par les hommes. En prenant l'initiative, j'avais l'impression de me mettre sur un pied d'égalité avec eux. Il fallait que ça se passe, donc je faisais en sorte que ça arrive. Il m'est arrivé de tout calculer, d'organiser une mise en scène romantique en haut de la tour Eiffel pour embrasser un garçon... La phase de séduction était à chaque fois assez courte, parce que je ne voulais pas perdre de temps. C'est une démarche de séduction un peu dominatrice ! En même temps, je leur facilitais la tâche, je les prenais un peu sous mon aile, de façon maternelle. Mais je n'y suis jamais allée à l'aveuglette. J'ai besoin de remarquer une attirance par des regards, des gestes, des paroles, des intérêts communs pour me sentir prête à y aller. A chaque fois, le fait d'être sûre qu'on allait s'embrasser m'a un peu rassurée dans ma féminité. Mais le "premier pas", ça peut vouloir dire avouer ses sentiments et là, ça important est de ne pas tomber dans la vulgarité. Savoir rester dans le domaine de la suggestion est un art, mais un art accessible à toutes. Il suffit de vous poser vous-même la question ou de demander à vos amies ce qui fait l'essentiel de votre charme physique. Ce peut être vos yeux, que vous allez maquiller avec le plus grand soin, en prenant éventuellement conseil dans un institut de beauté, ou votre poitrine, que vous n'hésiterez pas à découvrir un peu avec des décolletés suggestifs, mais pas trop. Tout est une question de dosage, car il faut laisser le plaisir aux hommes de deviner le corps de la femme qui lui plaît. li doit avoir l'impression qu'il existe encore une petite conquête à faire, bien que vous lui facilitiez considérablement la tâche. De plus, vos efforts vestimentaires vous mettront dans le bon état d'esprit pour séduire avec le reste de votre personne. Vous devez vous sentir belle, attirante et sourire demande beaucoup plus d'humilité."joie de vivre. Le bonheur est communicatif et c'est ce que l'on recherche en se lançant dans une relation, du moins lorsqu'on est un minimum équilibrée. Tout passe beaucoup par votre attitude corporelle, l'aisance de vos gestes, votre facilité à sourire et à rire et surtout votre regard. Regarder dans les yeux, c'est la façon la plus simple de faire comprendre à quelqu'un qu'il vous plaît. Après, à chacune sa façon personnelle de séduire avec son esprit. Vos intérêts et vos goûts communs feront le reste. Le tout étant d'y prendre plaisir ! • À LIRE T'as pas quelqu'un à me présenter ? Rosine Bramly et Annick Lanoë Poeke ! 312 p, 6,50 € . loge de la séduction Véronique J et Xavier Deleu Bibliothèque blanche 215 p, 9 € .• Question psycho - 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 1Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 2-3Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 4-5Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 6-7Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 8-9Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 10-11Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 12-13Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 14-15Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 16-17Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 18-19Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 20-21Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 22-23Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 24-25Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 26-27Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 28-29Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 30-31Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 32-33Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 34-35Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 36-37Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 38-39Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 40-41Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 42-43Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 44-45Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 46-47Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 48-49Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 50-51Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 52-53Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 54-55Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 56-57Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 58-59Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 60-61Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 62-63Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 64-65Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 66-67Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 68-69Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 70-71Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 72-73Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 74-75Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 76-77Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 78-79Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 80-81Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 82-83Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 84-85Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 86-87Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 88-89Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 90-91Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 92-93Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 94-95Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 96-97Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 98-99Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 100