Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°23 de fév/mar/avr 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 35,6 Mo

  • Dans ce numéro : voir les choses en face...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Psycho Toile Le suicide ne se produit pas sans avertissement. Généralement, les personnes suicidaires donnent des messages et des indices qui annoncent leurs intentions pour alerter leur entourage. Ce sont des appels à l’aide, des restes d’espoir. ● Les messages directs  : messages verbaux et allusions à la mort (je serais mieux mort, cela ne vaut plus la peine, vous ne me verrez plus longtemps, j’ai peur de me suicider) ; menace de suicide (je vais me tuer, je veux mourir) ; comportements auto-mutilants et dangereux. ● Les messages indirects  : faire allusion au suicide de façon indirecte (bientôt je vais avoir la paix, je suis inutile, je le trouve courageux de s’être suicidé, je vais faire un long voyage, vous seriez mieux sans moi, faire des blagues avec le suicide) ; préparation pour un départ, arrangements finaux, lettres d’adieu ; dons d’objets ayant une valeur personnelle importante, de travaux en rapport avec la mort ; attrait soudain pour les armes à feu ou produits toxiques. ● Signes de dépression  : troubles du sommeil (insomnie/hypersomnie) ; trouble de l’appétit (anorexie/boulimie) ; manque d’énergie, fatigue extrême ou agitation extrême à certains moments ; incapacité à 6 - Question psycho Les ados Le suicide à l’adolescence est un phénomène tragique qui ne cesse d’augmenter. Il constitue la deuxième cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans. Pour le prévenir et surtout l’éviter, il faut en arrêter avec les idées reçues sur le sujet et savoir repérer les comportements à risque. prendre plaisir à quoi que ce soit ; tristesse, pleurs, découragement ; indécision ; irritabilité, colère, rage ; dévalorisation, faible estime de soi ; anxiété accrue. ● Isolement physique et psychologique  : perte d’intérêt et de plaisir pour des activités ; retrait, recherche de solitude ; coupure des contacts avec la famille, les amis ; mutisme ; repli sur soi, refus de communiquer ; absence d’émotion. ● Comportements  : manque d’attention en classe, mauvaise concentration ; absence inhabituelle aux cours ; diminution de rendement scolaire ; arrêt d’accomplir ses devoirs et ses travaux ; hyperactivité ou extrême lenteur ; désintérêt général ; attrait et préoccupation face au sujet de la mort, la réincarnation ; changement dans les apparences, négligence ; consommation excessive d’alcool et/ou de drogue et de médicaments. Le suicide à l’adolescence dénote la présence d’un malaise important, c’est un cri de souffrance, de désespoir et d’appel à l’aide. & le suicide Mythes et réalité sur le suicide Un certain nombre de mythes circulent à propos du suicide. Les mythes sont de fausses croyances, des idées inexactes. Ils sont mis en place pour se protéger contre la menace suicidaire parce qu’elle place brutalement la mort au centre du paysage. Les mythes justifient notre façon d’agir, soulagent. Ils servent pour ne pas intervenir, pour nous dégager de toute responsabilité et nous libérer de la situation le plus rapidement possible. Il importe de les démystifier. Exemples ● Mythe 1  : Le suicide se produit sans avertissement. Réalité  : sur dix personnes qui se suicident huit donnent des messages sur leur intention, si minimes soientils. Le suicide est le résultat d’un processus qui est presque toujours observable bien qu’il puisse se dérouler très rapidement chez les jeunes. ● Mythe 2  : une personne suicidaire veut réellement mourir. Réalité  : la personne suicidaire souhaite cesser de souffrir et ne désire pas réellement mourir. Elle hésite entre la vie et la mort et laisse à d’autres le soin de les sauver. ● Mythe 3  : suicidaire un jour, suicidaire toujours. Réalité  : la tendance au suicide est réversible. Le processus suicidaire ne dure pas toute la vie et il peut être arrêté définitivement même chez les suicidaires apparemment chroniques.■ J.B. Des associations pour vous aider Association Sepia en Alsace (Suicide écoute Prévention Intervention auprès des Adolescents)  : www.sepia.asso.fr Association Asma à Marseille  : www.asma-marseille.com
ENFANTS & SOMMEIL ■ Pas de jeux avant le coucher… FRIGIDITé ■ Un site pour tout savoir TAI CHI CHUAN Côté Actus On ne le dira jamais assez, les enfants ont besoin de sommeil. Pour eux comme pour nous, pour mieux dormir, il faut éviter un travail intellectuel juste avant le sommeil. La lumière vive, le travail ou les jeux (y compris sur console ou ordinateur) entraînent des difficultés d’endormissement. Au moins 30 minutes avant de se coucher, il faut toujours se réserver une période de calme et de relaxation. Instaurer son propre rituel d’endormissement permet de s’endormir en douceur, naturellement. Les statistiques montrent que 10% des femmes souffriraient d’anorgasmie ou de frigidité. En revanche, il existe un beaucoup plus grand nombre de femmes, environ 30%, qui se plaignent d’absence d’orgasme par pénétration alors qu’elles peuvent avoir facilement des orgasmes par stimulation clitoridienne. Pour mieux comprendre la frigidité féminine et d’autres soucis sexuels, un site répond à vos questions. En savoir plus sur  : www.ta-sexualite.com/anorgasmie-frigidite.htm ■ Libérez vos chakras ! BéNéVOLAT ■ Tous à l’hôpital ! Le bénévolat est au cœur de la tradition de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. Leurs hôpitaux constituent un lieu privilégié où s’expriment pleinement la solidarité entre les personnels, les bénévoles et les malades. Ainsi, si vous êtes engagés auprès des malades, si vous souhaitez développer un projet original et si vous souhaitez en savoir plus sur les actions des associations et des bénévoles à l’hôpital afin de les renforcer et les soutenir, écrivez à l’APHP ! Pour écrire et en savoir plus  : http://www.aphp.fr éliminer les tensions tout en se musclant ? Faire circuler l’énergie et se réapproprier son corps ? C’est ce que propose le Tai Chi Chuan, art martial chinois permettant d’harmoniser notre énergie vitale et de nous amener vers la sérénité et le bien-être. On aurait tort de se priver ! Pour savoir où pratiquer en France, consultez le site de la Fédération française de Tai Chi Chuan  : www.fed-taichichuan.asso.fr. Comptez environ 15  € minimum le cours d’1 heure. Question psycho - 7 Psycho zen



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 1Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 2-3Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 4-5Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 6-7Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 8-9Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 10-11Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 12-13Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 14-15Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 16-17Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 18-19Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 20-21Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 22-23Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 24-25Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 26-27Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 28-29Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 30-31Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 32-33Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 34-35Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 36-37Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 38-39Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 40-41Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 42-43Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 44-45Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 46-47Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 48-49Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 50-51Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 52-53Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 54-55Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 56-57Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 58-59Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 60-61Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 62-63Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 64-65Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 66-67Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 68-69Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 70-71Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 72-73Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 74-75Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 76-77Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 78-79Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 80-81Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 82-83Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 84-85Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 86-87Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 88-89Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 90-91Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 92-93Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 94-95Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 96-97Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 98-99Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 100