Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°23 de fév/mar/avr 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 35,6 Mo

  • Dans ce numéro : voir les choses en face...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Penser à donner du sens à sa vie Pour être heureux, il faut pouvoir vivre en harmonie avec soi-même et avec les autres, respecter ses propres valeurs et les appliquer au quotidien, pour s'épanouir pleinement.• 42 - Question psycho N ous rêvons tous du bonheur, mais que faisons-nous pour l'atteindre ? Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, la félicité réside dans les choses simples, à la portée de tous. Il s'agit en réalité d'une démarche, vers soi-même et vers les autres, et d'un engagement volontaire pour donner du sens à sa vie. Pas si facile dans une société de consommation comme la nôtre où nos désirs superficiels sont sans cesse sollicités, et nous détournent de notre développement personnel. En courant sans cesse derrière des plaisirs éphémères, le risque est grand de passer à côté du véritable sens de sa vie. Il est donc urgent de se " Quand on se focalise sur les choses matérielles, on oublie l'essentiel"reconnecter à l'essentiel ! Première étape vers la quête de sens  : se défaire du superflu autour de soi, pour faire le vide. « Quand on se focalise sur les choses matérielles, on oublie l'essentiel », souligne Dominique Loreau, auteur de L'art de la simplicité. « Nous n'avons pas besoin de beaucoup pour vivre  : une maison avec un lit, des vêtements, une planche à découper, un couteau, quelques bols et des assiettes, un ordinateur, éventuellement une télévision. Enrichissez plutôt votre corps de sensations, votre cœur d'impulsions et votre esprit de principes que votre vie d'objets ! » ajoute-t-elle. Vous ne vous en sentez pas capable ? C'est pourtant beaucoup plus simple que vous ne l'imaginez. Avoir moins de choses facilite la vie  : moins de temps passé à ranger, moins de stress financier et de petits tracas d'organisation. Plus de
temps pour méditer, rêver, penser, lire... Pour cela, il faut aussi accepter de changer de rythme. La lenteur, quoi de mieux pour se retrouver, au milieu du tourbillon de la vie ? En Occident, de nombreuses personnes commencent à revenir vers cette valeur oubliée de nos contrées stressées et obsédées par la performance. CarlHonoré, journaliste, y a même consacré tout un ouvrage, Éloge de la lenteur. Il y explique comment la lenteur peut s'intégrer à notre vie et y apporter des bénéfices surprenants  : « calme, attentive, réceptive, immobile, intuitive, tranquille, patiente, réflexive, [la lenteur] préfère la qualité à la quantité. Avec elle, il est question de contacts vrais et profonds - avec les gens, avec une culture, avec le travail, avec la nourriture, avec tout », résume-t-il. Une véritable philosophie de vie qui contribue à donner plus de sens à tous les actes de notre vie quotidienne. Don de soi et bonheur personnel Malgré toute l'importance de rester en harmonie avec sa propre individualité, une vie comblée ne dépend pas que du rapport à soi-même. La façon dont nous envisageons nos relations avec notre famille, nos amis, nos collègues est, elle aussi, déterminante. « Nous vivons dans deux types de sociétés », explique Alain Caillé, professeur de sociologie et auteur de « Don, intérêt et désintéressement »  : « celle des entreprises et des administrations et celle de la famille, du voisinage, de l'amitié et de l'amour. Dans la première, les rapports sont impersonnels et l'efficacité compte plus que la personnalité. Dans le monde de la famille, c'est le contraire. Là, c'est en donnant que l'on reconnaît l'autre dans sa valeur particulière ». Certains font du don le moteur de leur existence, en s'engageant pour des causes humanitaires, dans des associations d'entraide sociale... Mais pour la plupart d'entre nous, donner est un acte ponctuel qui fait partie de la vie et qui nous rend heureux, sans même que l'on s'en rende compte. Dans le cadre des relations avec nos proches, donner est naturel. Pas seulement lors des occasions rituelles telles que Noël, où la coutume impose la générosité, mais aussi dans la vie de tous les jours. Donner à manger, en invitant des amis à sa table, donner un peu de son temps à quelqu'un qu'on aime pour l'écouter ou donner un conseil sont des exemples banals de dons au quotidien. L'objectif du don est avant tout d'établir des relations personnelles avec son entourage, plus que d'obtenir un avantage matériel en retour. Comme le rappelle le psychanalyste Daniel Sibony, dans son ouvrage Don de soi ou partage de soi ?, « le geste de donner fait qu'on reçoit comme retour le fait d'avoir donné ». Sonia, vingtsept ans, en a fait l'expérience  : « Je travaille dans le marketing de grande consommation et même si j'aime mon travail, il me manquait une dimension, un sens que j'avais besoin de trouver endehors de mes heures de bureau », raconte-t-elle. « Quand on m'a proposé d'aller une fois par semaine aider des enfants défavorisés à apprendre à compter, j'ai tout de suite accepté. » Le bonheur qu'elle a tiré de cette expérience réside tout entier dans le don d'elle-même et les bénéfices de celui-ci sur les enfants  : « Quand je donne de mon temps, je le fais parce que c'est bien, parce que cela me fait plaisir. Mais ce n'est pas toujours facile à gérer, alors les encouragements et surtout les réactions des enfants comptent beaucoup. Ils me donnent envie de ne jamais les décevoir. » Un bonheur simple et enrichissant, celui d'être en accord avec soimême, pour aller vers les autres en toute confiance.• Question psycho - 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 1Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 2-3Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 4-5Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 6-7Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 8-9Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 10-11Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 12-13Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 14-15Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 16-17Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 18-19Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 20-21Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 22-23Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 24-25Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 26-27Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 28-29Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 30-31Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 32-33Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 34-35Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 36-37Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 38-39Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 40-41Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 42-43Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 44-45Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 46-47Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 48-49Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 50-51Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 52-53Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 54-55Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 56-57Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 58-59Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 60-61Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 62-63Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 64-65Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 66-67Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 68-69Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 70-71Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 72-73Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 74-75Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 76-77Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 78-79Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 80-81Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 82-83Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 84-85Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 86-87Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 88-89Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 90-91Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 92-93Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 94-95Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 96-97Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 98-99Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 100