Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
Question Psycho n°23 fév/mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°23 de fév/mar/avr 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 35,6 Mo

  • Dans ce numéro : voir les choses en face...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Dossier prince charmant s’est relativisée, elle continue à compter sur une rencontre avec un homme pour s’épanouir dans la vie. Elle aime l’idée de démarrer une belle relation avec un homme qui la fait se sentir pleinement femme, qui la fait (à nouveau) vibrer. Sa soif de relation intense est aussi liée à un trait de caractère assez féminin  : la femme de quarante ans mise rarement tout sur le boulot, et parmi les femmes qui le font néanmoins un bon nombre le fait avec un enthousiasme assez moyen. Le féminisme et le principe constitutionnel d’égalité des sexes ne paraissent pas avoir changé grand chose à la question. Pour une majorité de quadras, ce qui peut arriver de mieux c’est quand-même une belle rencontre avec un homme. La peur de la ménopause Pour la majorité des femmes, « ménopause » implique « je deviens une vieille femme ». L’idée que la ménopause est le seuil de la vieillesse reste très ancrée dans l’imaginaire féminin. Peut-être parce qu’on a toujours tendance à associer fécondité et sexualité. Cela en dit long sur notre 20 - Question psycho AvIs d’ExPERt Alain Héril, psychologue et sexologue. A 40 ans, la femme a perdu certaines illusions « Chaque femme vit sa vie de façon unique. Mais on peut dire que souvent, à la quarantaine, une femme a perdu certaines illusions. Officiellement elle ne croit plus au prince charmant, bien que ceci mérite souvent d’être relativisé … Il n’est sans doute pas faux de dire qu’à la quarantaine une femme sait très bien sectoriser ses relations avec les hommes. Elle aura même tendance à affecter les hommes à certaines relations avec elle en fonction de ses choix à elle  : confident, ami apprécié pour ses échanges intellectuels stimulants, amant … Le conjoint peut ainsi passer du statut de mari et d’amant à celui d’ami. » société soi-disant libérée. Le témoignage de ce médecin généraliste est clair à ce propos  : « C’est très simple, quand je prononçais le mot « ménopause » devant une patiente qui avait la quarantaine ou la petit cinquantaine, je ne la revoyais plus jamais ! C’était une patiente de perdue, pour la vie ! Maintenant j’utilise des périphrases bien rôdées, je suis devenu prudent ! Plus sérieusement, cela signifie que la ménopause reste mal vécue par la majorité des femmes. » La femme de 40 ans observe son corps, et elle s’inquiète. Elle est à l’affût de tout signe de vieillissement  : petites rides, cheveu blanc etc. Son rapport à son corps devient difficile. à tort ou à raison la quarantaine n’est pas vécue de la même façon par les hommes. La raison est que la société salue la quarantaine version masculine comme l’âge de la maturité, l’âge de tous les possibles. Certains signes comme les tempes argentées sont perçus comme des facteurs de séduction spécifiquement masculins. D’où le danger pour l’homme  : oublier que sa partenaire vit sa quarantaine à elle, qui est différente de sa quarantaine à lui. Les tentatives que l’homme fera pour « expliquer » à la femme qu’elle est toujours aussi séduisante seront vaines et risquent même de détériorer la relation. La raison est que pour la femme c’est son ressenti à elle qui compte. Elle n’accorde pas de crédit à ce que l’homme explique. Le moment de vérité pour la femme n’est pas dans une conversation avec un homme mais dans l’intimité de sa salle de bains, où elle s’observe sans indulgence. Du côté du travail Côté boulot, la quarantaine et les années qui suivent sont. également une forte période d’interrogations. Pour les femmes salariées « Si elles travaillent dans un grand groupe, les femmes de 40 ans et plus ont du mal à rebondir, souligne Catherine Rousseau, dirigeante du cabinet de conseil écoute Active +. L’entreprise ne leur propose plus de formations et les postes qu’elle leur présente sont souvent inintéressants et peu rémunérateurs par rapport à celui qu’elles occupent aujourd’hui. » Intégrer une PME peut alors être un débouché intéressant pour celles qui ont envie de jouer la carte professionnelle de la polyvalence. Leur rapport au travail est plus serein, certaines acceptent même plus facilement de faire des heures supplémentaires car les enfants sont plus autonomes. Créer une entreprise peut être une autre solution. « Entre 40 et 45 ans, on a l’expérience, on peut capitaliser sur sa première partie de carrière, se fixer des objectifs atteignables » assure Catherine Rousseau qui est également membre du réseau Action’elles. « Elles sont bien armées parce qu’elles ont tiré des leçons de leur parcours », renchérit Danièle Rousseau, fondatrice du réseau Dirigeantes. « Elles sont capables d’affronter une course de longue haleine. » Pour les femmes qui souhaitent retravailler Après une longue période d’inactivité, ces femmes ont souvent le sentiment de n’être
pas ou plus capables de retravailler, d’avoir tout oublié dans le cas où elles ont eu des qualifications. Elles peuvent aussi avoir un sentiment très fort de ne servir à rien. Elles ont alors tendance à s’orienter vers des activités peu qualifiées. « Elles ont une image dégradée d’elles-mêmes, de leurs compétences et de leur capacité à reprendre une activité », explique Yves Deloison, chargé de mission pour Retravailler. « Elles ont en plus une méconnaissance du milieu économique et social qui leur fait redouter d’affronter le marché de l’emploi ». Le rebond professionnel passe alors par l’appui d’associations spécialisées. Selon les compétences, les goûts personnels et la volonté de ces femmes, des reconversions peuvent être envisagées, par exemple, vers le secteur des services aux particuliers, qui réclame de plus en plus une main d’oeuvre mature, ou vers la création d’entreprise. « Pourquoi ne pas recycler l’expérience que l’on a acquise dans une association sportive ou culturelle ? Ou faire d’un loisir ou d’un talent personnel, une activité ? » propose Danièle Rousseau. Depuis janvier 2009, le nouveau statut de l’auto-entrepreneur a permis à des milliers de femmes de 40 ans et plus de créer leur propre emploi en créant leur propre entreprise en solo. « Mais attention, c’est une prise de risque. Si la femme n’est pas soutenue par le mari et/ou les enfants, le virage est souvent voué à l’échec », estime Catherine Rousseau. Le look qu’il faut Enfin, ce qu’il faut garder en tête, c’est qu’à 40 ans, on doit avoir la maîtrise de son style et l’exprimer avec beaucoup d’élégance tout en restant « fashion ». On n’a pas à se détacher de la mode parce qu’on a pris du grade ou des rondeurs ! Côté couleurs toutefois, la sobriété s’impose. à 40 ans, on a encore accès à une large gamme de teintes, l’essentiel étant d’éviter les couleurs trop clinquantes, surtout quand elles sont déclinées en monochrome sur une pièce centrale. Côté couleurs métallisées, on peut très facilement miser sur des touches d’or et d’argent, l’essentiel étant toujours d’éviter le total look. Enfin, les teintes poudrées très tendres doivent être associées à des couleurs plus fortes pour ne pas vous vieillir. Portées en contraste avec du noir ou du blanc, elles vous permettront d’être très élégante tout en restant très sobre ! Normalement, à la quarantaine, on a trouvé son look, son style. Si ce n’est pas encore le cas, ne piquez surtout pas à votre adolescente ses leggings ou sa mini-jupe pour faire encore jeune, car se serait pire que tout ! évitez également les « total looks » qui peuvent vous vieillir prématurément, comme les tailleurs deux pièces notamment. Côté coiffure, à vous de voir s’il est temps de vous couper les cheveux, sachant qu’une coupe courte a toujours tendance à rajeunir, mais que les cheveux mi-longs restent très à la mode et vous assurent plus de féminité. Côté maquillage, faites léger et si vous êtes déjà obsédée par vos rides, ne tombez pas tout de suite dans la chirurgie esthétique car c’est bien trop tôt ! à la rigueur, quelques séances d’injections vous redonneront bonne mine, donc avec le moral en prime ! Tenez-le pour dit. A 40 ans et après, ce qui compte, c’est que vous vous sentiez belle, bien dans votre peau et sûr de vous ! Votre capacité de séduction est à son comble, profitez-en ! ■ A LIRE être femme à 40 ans, et après ? Comment aborder en toute sérénité les changements physiologiques propres à la femme après 40 ans ? Pour vous aider à rester en pleine forme et à vous sentir bien, ce livre apporte des réponses claires aux questions que vous vous posez  : « Après 40 ans, dois-je encore prendre une contraception ? Ma libido a baissé, est-ce normal ? Les traitements hormonaux pour la ménopause, vous croyez que c’est bon pour la santé ? Prendre du poids, est-ce inévitable ? J’ai peur du cancer, est-ce une fatalité ? » Le Docteur Christian Jamin est médecin spécialiste en endocrinologie et gynécologie à Paris. Il est l’auteur de nombreuses publications, françaises et internationales, sur le thème de la femme de plus de 40 ans et sur la ménopause. Par le Dr Christian Jamin, Editions Santé Active, 111 pages. A lire aussi  : Être femme à 40 ans, de D re Johanne Blais et Chantal Lamarre, Editions, Les Intouchables, 216 pages. Question psycho - 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 1Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 2-3Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 4-5Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 6-7Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 8-9Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 10-11Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 12-13Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 14-15Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 16-17Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 18-19Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 20-21Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 22-23Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 24-25Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 26-27Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 28-29Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 30-31Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 32-33Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 34-35Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 36-37Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 38-39Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 40-41Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 42-43Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 44-45Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 46-47Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 48-49Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 50-51Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 52-53Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 54-55Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 56-57Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 58-59Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 60-61Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 62-63Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 64-65Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 66-67Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 68-69Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 70-71Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 72-73Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 74-75Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 76-77Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 78-79Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 80-81Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 82-83Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 84-85Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 86-87Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 88-89Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 90-91Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 92-93Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 94-95Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 96-97Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 98-99Question Psycho numéro 23 fév/mar/avr 2011 Page 100