Question Pratique n°49 oct/nov/déc 2014
Question Pratique n°49 oct/nov/déc 2014
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°49 de oct/nov/déc 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 29,4 Mo

  • Dans ce numéro : automobilistes... arrêtez de vous faire tondre !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Dossier anti-âge PHOTOS.COM PHOTOS.COM.Etikp Nutrition > Des vitamines à gogo Le corps est en train de changer, et certaines carences peuvent s’installer. Il faut donc lutter de plusieurs façons pour compenser cette tendance. La première est encore et toujours le bol alimentaire. Faire le plein de vitamines s’avère indispensable et là encore les légumes jouent un rôle primordial. Remplir les assiettes de vert et diminuer les quantités globales de nourriture, voici les nouvelles règles. Le métabolisme de base a tendance à ralentir, et pour garder le même poids, il faut donc de façon mathématique réduire le nombre de calories quotidiennes. Facile à dire, mais difficile à faire, car la vie continue et la ménopause s’installe souvent de façon très 48 Question-pratique ? lente. Le changement dure en moyenne de trois à quatre ans, entre la préménopause et la fin du processus. Si l’on ne souhaite pas diminuer les quantités, il faudrait augmenter l’activité métabolique, cela peut se faire par le sport, si l’on en a la capacité, le goût et le temps. > Compléments alimentaires Pour éviter certaines carences, les compléments alimentaires sont souvent les amis de la cinquantenaire. Il ne s’agit pas de prendre des surplus de vitamines au petit bonheur la chance en se disant que cela fera du bien. Au contraire, les surplus peuvent être nocifs, donc attention ! Les compléments s’avèrent pourtant souvent indispensables pour certaines, en particulier lorsqu’il n’y a pas de traitement THS. La ménopause a en effet un effet négatif sur la peau, ainsi que sur les cheveux et les ongles. Le choix est vaste en parapharmacie et les gélules type Anacaps ou Forcapil sont à prendre sans état d’âme. Une par jour pendant trois mois, un arrêt de un ou deux mois, et une reprise, car il faut le dire, la compensation ne se fait pas par miracle. Pour la peau, ce sont les fruits et légumes qui sont la base d’un vrai traitement, mais pour les épidermes très secs, certains compléments sont utiles en cures de un à deux mois. Les ingrédients à privilégier sont les huiles de bourrache, d’onagre, la plupart des produits incluent aussi des vitamines C et E. THS Le traitement hormonal substitutif permet d’éviter bien des désagréments inhérents à la ménopause. Très efficace dans la lutte contre les bouffées de chaleur, il est aussi positif pour la peau, les troubles de l’humeur ou la sécheresse vaginale. Le choix de suivre un traitement de ce type sur la durée doit cependant se faire sous contrôle médical, certains risques n’étant pas négligeables pour les femmes souffrant par exemple d’hypertension. Le THS peut être une aide pour préserver sa jeunesse, mais il n’est pas indispensable, d’autres solutions plus naturelles existent. > Boire de l’eau Attention cela n’exclut pas l’hydratation via les crèmes et l’absorption d’eau. Car les eaux minérales ont des qualités différentes : magnésium, calcium sont au rendez-vous en fonction des marques. Un complément de silice liquide peut aussi être envisagé afin de compléter son petit traitement maison. Point trop n’en faut, la règle de base reste que le complément ne doit être pris que lorsque la carence ne peut être compensée par l’alimentation. Avec une alimentation adaptée par exemple, il n’est nul besoin de prendre des gélules à base d’oméga ou des suppléments de calcium. Utiles, les compléments alimentaires doivent être pris avec précaution. Et en cas de doute, s’adresser à son médecin de famille est conseillé. Boire de l'eau en quantité chaque jour est essentiel pour l'organisme. PHOTOS.COM
PHOTOS.COM PHOTOS.COM > Attention aux féculents Si l’on ne peut oublier les féculents, autant dire qu’il faut les prendre en quantité réduite, surtout si l’on a plutôt tendance à prendre du poids. Il est hors de question d’en consommer tous les jours, et mieux vaut ne pas aller au-delà d’une fois par semaine. Les modes de cuisson ont aussi leur importance, fritures et sauces sont à éviter. A 50 ans, il faut commencer à privilégier les soins cosmétiques pour peaux matures. Sport > Choisir ses activités Si l’activité physique fait partie intégrante d’un programme de longévité, il convient cependant de faire des choix. Sauf exception, certains sports doivent être évités après 50 ans, la règle de base étant de préserver ses articulations. Tous les médecins du sport le savent, les sports violents L'aquagym est une activité physique idéale pour les plus de 50 ans.comme certains arts martiaux, ceux qui demandent des arrêts brusques comme le tennis ou le squash, doivent être réduits, voire arrêtés. Au profit d’autres permettant de garder une bonne souplesse mais sans à-coups : gymnastique, sports nautiques, vélo, marche rapide, autant d’activités qui peuvent continuer jusqu’à un âge très avancé. Et même si cela peut choquer, attention au fameux jogging qui se pratique sur route et est une véritable aberration pour les spécialistes. Après un certain âge, mieux vaut éviter ce sport qui se solde souvent par des arthroses du genou et des chocs répétés pour les hanches. Soins visages > A fond sur les soins Si l’on met la pédale douce sur l’assiette, ce n’est pas le cas au niveau des cosmétiques et des soins. Les rides s’installent, rien de plus normal. Question pratique Certaines sont des amies, d’autres peuvent paraître insupportables, cela est affaire de chacune. La routine prend un peu d’ampleur et se doit d’être la plus régulière possible avec toujours démaquillage, crèmes de jour et de nuit, masques hydratants et exfoliants doux. La lutte contre les radicaux libres est non seulement déclarée, mais s’installe. Le mot d’ordre est dorénavant protection et encore et toujours hydratation. Un diagnostic de peau s’avère très utile, car la peau change et mieux vaut s’assurer que l’on choisit les bons produits. Cela peut être fait en institut de beauté, mais le temps est venu de faire une visite chez un dermatologue spécialisé en esthétique, qui pourra conseiller des produits utiles et souvent relativement peu onéreux. > Des corrections esthétiques Si l’on n’a pas cédé à cette tentation auparavant, il est clair que l’envie de gommer quelques rides peut soudainement devenir pressant. Ces cor- Question-pratique ? 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 1Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 2-3Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 4-5Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 6-7Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 8-9Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 10-11Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 12-13Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 14-15Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 16-17Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 18-19Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 20-21Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 22-23Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 24-25Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 26-27Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 28-29Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 30-31Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 32-33Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 34-35Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 36-37Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 38-39Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 40-41Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 42-43Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 44-45Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 46-47Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 48-49Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 50-51Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 52-53Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 54-55Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 56-57Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 58-59Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 60-61Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 62-63Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 64-65Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 66-67Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 68-69Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 70-71Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 72-73Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 74-75Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 76-77Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 78-79Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 80-81Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 82-83Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 84