Question Pratique n°49 oct/nov/déc 2014
Question Pratique n°49 oct/nov/déc 2014
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°49 de oct/nov/déc 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 29,4 Mo

  • Dans ce numéro : automobilistes... arrêtez de vous faire tondre !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Vie quotidienne, st r✓ `° Lucie'4_,'u•eiel) uoueN► ZoeJ E Zoé V eA3t, v (D aut3snC Louise î m Camille H V sTeud auzlned r = Romane Ec,. M fûc...to «. c L -. O Océane C a.a Sarah Evanc-PanP a3lolJe4) CN Emma anoi l W asinoi Romanectara z Pauline a11zue) ■'■■ Clara Camille w ea a1.. 03 L 3 W i Chloé a Julie 4U Charlotte ti pa ps uouew.0) O r ro aper Justine E Pauline DTJp14 a, Loa-g'cu 13 E É W 0 L CC J J OC Ç cn W a014) Ctara fac. v O Manon aliolJeto Manon eo w e0 E E W N O â UOUE'W Evr'a aOZ asinoi -.J J En quoi notre prénom nous influence ? ro•I-+ : I-i "tu, a).° ;'cm Justine ailnC O V L Pautina n Ç Les prénoms nous définissent en tant qu'être indépendant et distinct. Et effectivement, dans le cadre familial ou ailleurs, le binôme « nom, prénom », c'est nous. Mais alors, dans quelles mesures nous caractérisent-ils ? Serions-nous différents avec un autre prénom ? Ce choix fait par les parents est loin d’être anodin car le prénom peut avoir une incidence psychologique importante pour le développement de l’enfant. 4 Question-pratique ? Ç c son Camille 0 Chloé pa el.) artellia - Fotolia Notre prénom nous prédestinerait-il ? Nous avons tous autour de nous quelqu’un qui a été nommé « parce que c’est le prénom d’untel », untel pouvant un être une grand-mère aimée ou une star. Là, le choix du prénom ne se fait pas en vertu d’une mode mais plutôt d’un hommage à une personne. On entend souvent : « Je porte le prénom d’une grandtante, une femme extraordinaire. En m’appelant ainsi, mes parents ont voulu me transmettre de sa force intellectuelle. » Le prénom serait-il alors une sorte de guide imposé ? « Le prénom révèle ce que les parents projettent, en fonction de pulsions évidemment inconscientes, dit Joël Clerget, psychanalyste. Tout cela se fait la plupart du temps à leur insu, révélant au grand jour l’histoire de chaque généalogie. » Du point de vue des parents, il apparaît crucial de bien nommer son enfant, afin de lui donner une bonne identité et donc un bon départ. Le prénom peut donc exercer une influence pesante, parce qu’il témoigne des désirs de ceux qui nous l’ont donné. In- a1ea1 a)
`I• : -41 ! s consciemment, l’enfant se sent investi de quelque chose. En tant que support de l’identité, le prénom fait partie des modèles sur lesquels l’enfant va s’appuyer pour bâtir sa personnalité. De fait, il est important de raconter plus tard à l’enfant l’histoire de son prénom. « Quand on naît, on nous donne des étiquettes, affective et intellectuelle, suggère Chantal Rialland, psychogénéalogiste. Les prénoms sont la première projection de notre famille sur nous. Ils permettent de comprendre ce que nos parents ont souhaité que nous reproduisions. Ce qui est indispensable si l’on souhaite s’en libérer ! » Une connotation culturelle et sociale I 1 VON.• Y•.ir _b/ll Notre prénom nous marque autant qu’un tatouage. S’appeler toute une vie Marie- Chantal ou Cerise, n’est donc pas si anodin qu’il y paraît. D’autant que la société a un énorme poids dans le choix d’un prénom. Nous sommes aussi les jouets de facteurs culturels : la gamme dans laquelle nous puisons n’est pas la même selon le pays, la région ou la religion. Elle reflète aussi le niveau de vie et la place hiérarchique dans la société. Pierre, Louis, Paul et les prénoms composés restent l’apanage de la bourgeoisie. En outre, il existe un certain caractère cyclique des prénoms : un prénom à la mode à un instant T deviendra inintéressant car trop courant par la suite, d’où l’apparition Hubert Héliès - Fotolia de « C’est un prénom de vieux ! », puis redeviendra à la mode lorsqu’il sera tombé en désuétude. Cette pratique correspond finalement à un effet de mode. Comme nous le voyons, la société pose d’emblée des règles. La quête d’originalité est parfois aussi ce qui guide le choix. Les parents veulent trouver un prénom hors du lot, pas vu, pas entendu. « Il est difficile d’éviter la pression de la mode, explique Jean-Gabriel Offroy, psychosociologue et auteur de Le choix du prénom, c’est dans l’air du temps, quelque chose d’indéfinissable. Certains prénoms, à certaines périodes sonnent mieux que d’autres ! » Aujourd’hui, les prénoms inventés se multiplient. Car si le choix des prénoms était réglementé durant la période post- Révolution, depuis une loi de 1993, il est possible d’inventer un prénom pour son enfant. L’officier d’état-civil peut cependant saisir le juge des affaires familiales s’il considère qu’un prénom est difficile à porter, « lorsque des prénoms lui paraissent contraires à l’intérêt de l’enfant ». Nul n’interdit de prendre un objet ou une marque, telles Ikea ou Chanel, comme référence. De la même façon, les prénoms fabriqués ne risquent-ils pas de provoquer la curiosité et les questions qui vont avec, pendant toute une existence ? Au-delà des éventuelles moqueries, les étiquettes peuvent être lourdes à porter. Assumer ou non son prénom Si l’enfant a une suffisante estime de lui, s’il est à l’aise, il digérera même un pré- Question-pratique ? 5 yanlev - Fotolia



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 1Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 2-3Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 4-5Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 6-7Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 8-9Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 10-11Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 12-13Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 14-15Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 16-17Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 18-19Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 20-21Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 22-23Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 24-25Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 26-27Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 28-29Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 30-31Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 32-33Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 34-35Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 36-37Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 38-39Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 40-41Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 42-43Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 44-45Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 46-47Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 48-49Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 50-51Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 52-53Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 54-55Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 56-57Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 58-59Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 60-61Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 62-63Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 64-65Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 66-67Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 68-69Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 70-71Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 72-73Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 74-75Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 76-77Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 78-79Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 80-81Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 82-83Question Pratique numéro 49 oct/nov/déc 2014 Page 84