Question Pratique n°47 avr/mai/jun 2014
Question Pratique n°47 avr/mai/jun 2014
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°47 de avr/mai/jun 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : pannes et services défaillants, les recours imparables.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Santé au quotidien PHOTO.COM Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes et irritabilité sont les trois effets les plus difficiles à supporter. PHOTO.COM cins détiennent des solutions et il convient de ne pas se laisser aller à la déprime seule dans son coin. Consulter est salvateur. Parmi les effets les plus gênants, on retrouve l'irritabilité et les bouffées de chaleur, qui interviennent souvent la nuit, mais aussi le jour et constituent un véritable handicap. Bouffées & sudation nocturne Il s’agit certainement du symptôme le plus handicapant pour les femmes qui les ressentent périodiquement. D’où proviennent ces fameuses bouffées ? En fait, nos hormones interviennent dans la régulation de la température de notre corps. Il est donc assez normal que le ralentissement, voire la cessation, de l’activité hormonale se manifeste par cette sorte de montée en température. Trois femmes sur quatre qui consultent disent en souffrir. Le problème est que ces bouffées interviennent essentiellement pendant la nuit et par conséquent viennent aussi perturber votre sommeil, ce qui évidemment n’arrange pas votre forme générale le lendemain matin. Elles commencent souvent par la tête pour se propager ensuite dans le corps. C’est justement parce que ces sudations sont la plupart du temps nocturnes qu’il faut agir, car vous vous sentez bien sûr épuisée et donc fragilisée. Il arrive aussi que l’on en souffre en pleine journée, ce qui est particulièrement ennuyeux lorsque l’on travaille, car la transpiration peut être intense, avec apparition de sueur sous les aisselles, sans oublier la rougeur qui monte au visage. Il est toujours difficile de n’avoir pas d’autre choix que d’afficher les maux qui nous affligent, d’autant qu’ils sont l’aveu explicite de notre âge… De désagréables effets secondaires Un point important : toutes les femmes ne souffrent pas des mêmes symptômes. Certaines ne noteront qu’une fragilité nouvelle au niveau des cheveux et des ongles, tandis que d’autres traverseront une véritable période de souffrance, phy- sique et psychologique. L’important est évidemment de se dire que tout cela est transitoire, mais enfin, plusieurs mois sont souvent en cause, voire plus. Contrairement aux générations de femmes précédentes, depuis une bonne trentaine d’années, les méde- PHOTO.COM PHOTO.COM 36 Question-pratique ? Les traitements médicaux En général, on agit contre ces bouffées en administrant des œstrogènes. Lorsque les hormones sont contreindiquées, des solutions de rechange peuvent être trouvées comme certaines molécules agissant contre l’hypertension artérielle ou des préparations intégrant de la belladone. Le traitement hormonal substitutif ou THS Il ne faut pas le confondre avec les traitements que vous avez pu prendre lors de votre pré-ménopause. Il s’agit ici de vous administrer après l’arrêt complet des menstruations un traitement qui remplace œstrogène+progestérone que vous ne produisez plus naturellement. Les formes de traitement sont de toute nature que ce soit par voie orale, cutanée peu importe, cela n’affecte en rien leur efficacité, il s’agit simplement d’adopter l’usage qui vous convient le mieux. Au départ, ce traitement a été mis en place pour réduire les symptômes climatériques difficiles à supporter tels que bouffées de chaleur et il paraissait logique effectivement de reproduire de manière artificielle un équilibre hormonal disparu qui évitait ce genre de malaise. Et de fait, le THS est très efficace pour les bouffées ou la sudation. Il agit aussi sur la paroi vaginale et a une action positive sur les problèmes urinaires éventuels. Cependant, ce traitement resté très décrié par les femmes les premières qui lui reprochent notamment d’être chimique et de leur faire prendre un poids souvent important et des rondeurs disgracieuses, à un âge où il est plus difficile de mincir.
De nombreux compléments alimentaires naturels existent pour réguler les principaux troubles hormonaux de la ménopause. PHOTO.COM Les traitements naturels Les phyto-œstrogènes Devant la peur provoquée par les études anglo-saxonnes à propos du THS, de nombreuses femmes se sont orientées vers des médecines dites parallèles. Les plus connues sont les isoflavones dont l’origine est essentiellement le soja. Il y a bien sûr d’autres végétaux qui en contiennent comme les céréales, les fruits ou même le thé. Chimiquement, ces produits sont proches des hormones féminines et il paraît normal de les tester pour venir en aide sur les deux symptômes les plus courants et les plus gênants : bouffées de chaleur et sécheresse vaginale. Ils sont classifiés dans la catégorie compléments alimentaires, car ils intègrent souvent des vitamines ou des antiradicalaires. Cela a une conséquence importante : ces produits ne sont donc pas obligés d’avoir recours à l’accord de mise en marché, processus long et complexe réservés aux médicaments. Mais qui a l’avantage de devoir présenter des études accompagnés de résultats probants quant au but recherché. L’AFSSAPS a mené quelques études dont les résultats ne sont pas concluants. En résumant, les phytoœstrogènes n’apporteraient rien sauf une meilleure tonicité des vaisseaux sanguins, ce qui n’est déjà pas si mal, non ? L’homéopathie Sans danger et sans effets secondaires, l'homéopathie aide les femmes à mieux aborder la période de la ménopause atténuant bouffées de chaleur, prises de poids, insomnies, ostéoporose, troubles de la libido, etc. ✔ En traitement de fond : • Belladonna (en 9 CH, 3 granules 1 fois par jour). Ce médicament peut être donné quasi systématiquement lors de la ménopause surtout lorsque celle-ci s'accompagne de bouffées de chaleur.• FSH (en 9 CH, 3, granules 1 fois par jour). Il s'agit d'un médicament appartenant à l'organothérapie (utilisation d'extraits de glandes endocrines pour soigner). En homéopathie, cette hormone issue de l'hypophyse est diluée, comme tous les autres principes actifs employés qu'ils soient d'origine animale, végétale ou minérale, à très haute dose. Ces deux remèdes peuvent être prescrits au long cours, en plus de ceux qui correspondent à des symptômes particuliers. ? 37 Question-pratique Mai-Juin-Juillet 2013 - 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 1Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 2-3Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 4-5Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 6-7Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 8-9Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 10-11Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 12-13Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 14-15Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 16-17Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 18-19Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 20-21Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 22-23Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 24-25Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 26-27Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 28-29Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 30-31Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 32-33Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 34-35Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 36-37Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 38-39Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 40-41Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 42-43Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 44-45Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 46-47Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 48-49Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 50-51Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 52-53Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 54-55Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 56-57Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 58-59Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 60-61Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 62-63Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 64-65Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 66-67Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 68-69Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 70-71Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 72-73Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 74-75Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 76-77Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 78-79Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 80-81Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 82-83Question Pratique numéro 47 avr/mai/jun 2014 Page 84